Navigation – Plan du site
Musique et Hacking

Musi[ha]cking : Ce que la musique fait au hacking (et inversement)

Musi[ha]cking : What Music does to Hacking (and Vice Versa)
Nicolas Nova et François Ribac
p. 115-126

Résumés

Dans cet article nous nous intéressons aux convergences entre hacking et pratiques musicales (musicking). Pour cela, nous mobilisons des terrains et époques variés ainsi que la sociologie et l’histoire des sciences. L’analyse de ces convergences nous amène d’abord à proposer une définition plus ouverte du hacking, où les amateurs ont toute leur place. Puis, nous montrons comment le hacking – au sens de la modification d’un système technique par une communauté d’usagers – peut nous aider à étudier la musique in situ et en action.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Le hacking et ses pratiques
Les lumières des STS et de David Edgerton
Ce que la musique fait au hacking
Le reggae 8-bit, une technique créole
Bifurcations sans savoirs techniques : l’exemple du microphone
Apprentissages
Conclusion(s)
Ce que le hacking fait à la musique
Ce que les STS et la musique font au hacking

Aperçu du début du texte

Le hacking et ses pratiques

Le terme de hack ou de « hacker culture » fait référence aux pratiques d’ingénierie se déroulant en dehors de la science ou de l’industrie. Celles-ci se traduisent à la fois par différentes formes de bidouillage d’objets techniques – ce qui peut impliquer tout autant la programmation que l’électronique – et le partage de connaissances ou de ressources matérielles par des communautés de hackers.

Une première définition de ce terme correspond au fait de réaliser des hacks, c’est-à-dire de tirer parti de moyens techniques limités pour programmer, et plus largement créer, des objets ou des usages nouveaux. Historiquement, le terme apparaît à la fin des années cinquante autour d’un groupe de passionné·e·s appartenant au club de modélisme ferroviaire du MIT. Contrairement à certains de leurs collègues du TMRC, ces premiers hackers s’intéressaient moins à la conception soignée de répliques de trains, qu’à l’édification du réseau électrique et de communication per...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Nova et François Ribac, « Musi[ha]cking : Ce que la musique fait au hacking (et inversement) », Volume !, 16 : 1 | 2019, 115-126.

Référence électronique

Nicolas Nova et François Ribac, « Musi[ha]cking : Ce que la musique fait au hacking (et inversement) », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2023, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7284 ; DOI : 10.4000/volume.7284

Haut de page

Auteurs

Nicolas Nova

Nicolas Nova est enseignant et chercheur à la Haute École d’Art et de Design (HEAD), Genève.

François Ribac

François Ribac est compositeur et enseignant chercheur à l’université de Dijon. Il est membre du laboratoire CIMEOS. Il a été responsable éditorial de Simon Frith, une sociologie des musiques populaires, Dijon/Paris, Petite collection du Labex Arts H2H / Les presses du réel, 2018.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page