Navigation – Plan du site
Musique et Hacking
Entretien

From Circuitry to Live Improvisation (and Back): Hacking One’s Way Through Contemporary Electronic Music

Entretien avec Clément Canonne
Des circuits électroniques à l’improvisation live (et retour) : itinéraire d’un musicien hacker au sein des musiques électroniques
Nicolas Collins et Clément Canonne
p. 127-134

Résumés

Nicolas Collins est Professeur à la School of the Art Institute de Chicago. Influencé par Alvin Lucier, David Tudor et la culture punk, son travail se situe à la croisée de la musique expérimentale, de l’informatique musicale et de l’art sonore. Au cours de sa carrière, il a créé de nombreux dispositifs musicaux reposant sur le détournement ou l’altération de technologies existantes : des lecteurs CD modifiés donnant à entendre le son produit par le disque lorsque celui-ci est mis en pause (Broken Light, 1991) ; un trombone abritant un système de traitement du signal bricolé à partir d’une réverb digitale et d’une carte mère de Commodore 64 (Tobabo Fonio, 1986) ; ou encore des circuits électroniques hors d’usage qui se trouvent « réanimés », le temps d’une performance, par des sondes créant des jeux de feedbacks avec d’autres composants électroniques (Salvage, 2008). Il est également l’auteur d’un ouvrage de référence, Handmade Electronic Music: The Art of Hardware Hacking (Routledge, 2009), véritable manuel d’introduction au monde du hacking musical. Dans cet entretien, Nicolas Collins décrit son itinéraire en tant qu’artiste à la croisée des musiques expérimentales, de l’informatique musicale et de arts sonores et explique pourquoi le hacking compte autant dans les pratiques artistiques contemporaines.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet entretien est disponible en avant-première sur le site Books and Ideas.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Influences
Electronics and indeterminacy
Live performance
Circuitry
Making
Hacking

Aperçu du début du texte

Influences

Both my parents were artist-oriented so I grew up in New York in the 60s with a deep immersion in the art world—where they took their children instead of to the circus was galleries of avant-garde art, Jean Tinguely, a lot of technological art. I didn’t get interested in making music until high school, in 1968. I think it may have had as much to do with the idea of being anti-something as for-something. I liked the idea of the avant-garde, experimental music that was against the status quo. But then I branched into electronics, and weird things started to happen. I bought a reel-to-reel tape recorder to dub records, and it had a funny switch in it that made it feedback on itself, so it turned into this instrument. I built my very first oscillator circuit by finding information in some hobby magazines—you know, it was before Internet.

I ended up studying music in Wesleyan University, and the first time I met with my advisor in the Music Department, he said: “Do you know Alvi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Collins et Clément Canonne, « From Circuitry to Live Improvisation (and Back): Hacking One’s Way Through Contemporary Electronic Music », Volume !, 16 : 1 | 2019, 127-134.

Référence électronique

Nicolas Collins et Clément Canonne, « From Circuitry to Live Improvisation (and Back): Hacking One’s Way Through Contemporary Electronic Music », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7331

Haut de page

Auteurs

Nicolas Collins

Nicolas Collins est Professeur à la School of the Art Institute de Chicago. Influencé par Alvin Lucier, David Tudor et la culture punk, son travail se situe à la croisée de la musique expérimentale, de l’informatique musicale et de l’art sonore. Au cours de sa carrière, il a créé de nombreux dispositifs musicaux reposant sur le détournement ou l’altération de technologies existantes : des lecteurs CD modifiés donnant à entendre le son produit par le disque lorsque celui-ci est mis en pause (Broken Light, 1991) ; un trombone abritant un système de traitement du signal bricolé à partir d’une réverb digitale et d’une carte mère de Commodore 64 (Tobabo Fonio, 1986) ; ou encore des circuits électroniques hors d’usage qui se trouvent « réanimés », le temps d’une performance, par des sondes créant des jeux de feedbacks avec d’autres composants électroniques (Salvage, 2008). Il est également l’auteur d’un ouvrage de référence, Handmade Electronic Music: The Art of Hardware Hacking (Routledge, 2009), véritable manuel d’introduction au monde du hacking musical.

Clément Canonne

Clément Canonne est chargé de recherche au CNRS, rattaché à l’équipe Analyse des Pratiques Musicales au sein de l’UMR 9912 « Sciences et Technologies de la Musique et du Son » (IRCAM-CNRS-Sorbonne Université).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page