Navigation – Plan du site
Varia

Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970

Working-class Cultures and Popular Music in Great Britain: The Case of Brass Bands in British Coalfields From 1945 to mid-1970’s
Marion Henry
p. 145-160

Résumés

L’histoire des brass bands britanniques dans la deuxième moitié du xxe siècle est souvent mise en avant comme le symbole d’une culture ouvrière en déclin, progressivement avalée par les forces de la culture de masse et le succès d’autres types de musiques populaires comme le rock’n’roll. Le cas des brass bands miniers montre que si ce genre musical est de plus en plus marginalisé entre 1945 et le milieu des 1970, processus qui n’est que l’intensification d’un phénomène amorcé dans l’entre-deux-guerres, son évolution est complexe. L’utilisation de sources variées et inédites, et en particulier de sources orales, met en lumière des phénomènes de complémentarité, de continuité et d’adaptation. Ce travail vise ainsi à penser la complexité de l’articulation entre les notions de culture ouvrière, culture populaire et culture de masse et à contribuer au dialogue entre l’histoire sociale et les popular music studies.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a reçu le prix « Jeune chercheur » décerné par la branche francophone d’Europe de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM-bfE) pour l’année 2018.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les brass bands miniers face aux « nouvelles » musiques populaires
Les brass bands miniers face au jazz de 1945 à la fin des années 1950 : une frontière poreuse
Brass bands miniers et « pit pop » du milieu des années 1950 au milieu des années 1960 : l’impact de la culture de masse au regard du processus de désindustrialisation
La continuité des pratiques musicales et la coexistence des générations entre 1945 et le milieu des années 1970
La persistance du caractère « populaire » des brass bands dans les bassins miners britanniques
La capacité d’adaptation des brass bands aux transformations culturelles
Une fonction culturelle et sociale importante dans les bassins miniers

Aperçu du début du texte

En juillet 2012, le Grimethorpe Colliery Band, fameux brass band minier du Yorkshire est invité à jouer lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres pour accompagner la fresque historique pensée par Danny Boyle représentant le passage de la Grande-Bretagne d’un paradis rural et bucolique à une société industrielle. Cette performance est particulièrement représentative de la place ambiguë que tient ce genre musical, à la fois marginale au sein de la culture musicale populaire britannique et centrale dans l’expression d’une identité ouvrière symbolique. Les brass bands sont des ensembles musicaux amateurs formés de 24 à 25 cuivres accompagnés de percussions. Nés dans les régions industrielles du Nord de l’Angleterre au milieu du xixe s., leur instrumentation se fige à la fin du siècle dans le cadre de la pratique de la compétition (Herbert, 2000 : 6). Ces formations musicales, qui occupent une place centrale au sein du champ des musiques populaires en Grande-Bretagn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Henry, « Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970 », Volume !, 16 : 1 | 2019, 145-160.

Référence électronique

Marion Henry, « Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970 », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2023, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7380 ; DOI : 10.4000/volume.7380

Haut de page

Auteur

Marion Henry

Marion Henry est doctorante en co-tutelle au Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP) (Paris) et au Scottish Oral History Centre (SOHC) de l’université de Strathclyde (Glasgow). Son travail de thèse, dirigé conjointement par Paul-André Rosental et Arthur McIvor, porte sur les brass bands au sein des bassins miniers britanniques entre 1945 et 1984. Dernière publication : « Les usages politiques et formes de politisation des cultures minières britanniques (1945 – début des années 1960) : le cas des brass bands », Cahiers Jaurès, 2018/4, no 230, p. 91-107.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page