Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros16 : 1VariaCultures ouvrières et musiques po...

Varia

Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970

Working-class Cultures and Popular Music in Great Britain: The Case of Brass Bands in British Coalfields From 1945 to mid-1970’s
Marion Henry
p. 145-160

Résumés

L’histoire des brass bands britanniques dans la deuxième moitié du xxe siècle est souvent mise en avant comme le symbole d’une culture ouvrière en déclin, progressivement avalée par les forces de la culture de masse et le succès d’autres types de musiques populaires comme le rock’n’roll. Le cas des brass bands miniers montre que si ce genre musical est de plus en plus marginalisé entre 1945 et le milieu des 1970, processus qui n’est que l’intensification d’un phénomène amorcé dans l’entre-deux-guerres, son évolution est complexe. L’utilisation de sources variées et inédites, et en particulier de sources orales, met en lumière des phénomènes de complémentarité, de continuité et d’adaptation. Ce travail vise ainsi à penser la complexité de l’articulation entre les notions de culture ouvrière, culture populaire et culture de masse et à contribuer au dialogue entre l’histoire sociale et les popular music studies.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a reçu le prix « Jeune chercheur » décerné par la branche francophone d’Europe de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM-bfE) pour l’année 2018.

Texte intégral

  • 1 « Grimethorpe set for Olympic Opening Ceremony », 4barsrest, 27 juillet 2012 [en ligne]. URL : http (...)

1En juillet 2012, le Grimethorpe Colliery Band, fameux brass band minier du Yorkshire est invité à jouer lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres pour accompagner la fresque historique pensée par Danny Boyle représentant le passage de la Grande-Bretagne d’un paradis rural et bucolique à une société industrielle1. Cette performance est particulièrement représentative de la place ambiguë que tient ce genre musical, à la fois marginale au sein de la culture musicale populaire britannique et centrale dans l’expression d’une identité ouvrière symbolique. Les brass bands sont des ensembles musicaux amateurs formés de 24 à 25 cuivres accompagnés de percussions. Nés dans les régions industrielles du Nord de l’Angleterre au milieu du xixe s., leur instrumentation se fige à la fin du siècle dans le cadre de la pratique de la compétition (Herbert, 2000 : 6). Ces formations musicales, qui occupent une place centrale au sein du champ des musiques populaires en Grande-Bretagne jusqu’en 1914, sont progressivement marginalisées après cette date. Dans un chapitre intitulé « What is wrong with the Brass bands ? Cultural Change and the Brass Band Movement, 1918-c.1964 », Dave Russell détaille ce processus de déclin numérique accompagné d’une perte d’influence, qui trouve un point de non-retour à la fin des années 1950 (Russell, 2000). S’il ne peut donner des chiffres précis en raison de l’absence d’un registre officiel des brass bands, l’historien estime à 2 600 le nombre de ces formations musicales en 1913 et fait état d’un déclin continu depuis 1918 avec des phases d’accélération juste après la Première Guerre mondiale et entre la fin des années 1950 et les années 1960. Selon lui, le nombre de brass bands aurait diminué de plus de la moitié entre 1913 et le milieu des années 1960 (Russell, 2000 : 69-72).

  • 2 L’ouvrage d’Hoggart est divisé en deux parties : « An “Older” Order » et « Yielding Place to the Ne (...)
  • 3 L’analyse repose essentiellement sur les archives du magazine Coal publié par le National Coal Boar (...)

2Dans une perspective héritée des cultural studies, développées à partir des années 1950 par Richard Hoggart, Raymond Williams et Stuart Hall, l’histoire des brass bands dans la seconde moitié du xxe siècle est exemplaire du déclin de la culture ouvrière perçue comme traditionnelle, avalée par la culture de masse (Fontaine, 2017b). Dans La Culture du pauvre paru en 1957, Richard Hoggart met en avant ce genre musical comme représentatif d’un « monde plus ancien » (Hoggart, 1992 : 1102). S’inscrivant dans les renouvellements récents d’une histoire sociale des musiques populaires (Gildart, 2013 ; Frith et al., 2013 et 2018 ; Nott, 2002), cet article, en se concentrant sur le cas des brass bands liés à l’industrie minière britannique, cherche à mettre en avant la complexité de ce processus et à souligner l’existence de continuités et de complémentarités entre les genres musicaux dits traditionnels et ceux liés à l’explosion de la culture jeune et à l’influence des États-Unis, principalement le jazz et le rock’n’roll. Cette démarche permet d’interroger l’évolution des brass bands en insistant sur la porosité de la frontière entre tradition et modernité. Elle s’appuie sur le recours à des sources variées et notamment à l’histoire orale, qui permet de mettre en lumière les expériences et trajectoires individuelles des musiciens et des musiciennes3.

  • 4 Voir notamment le programme du colloque « Le son et la musique au prisme des sound studies » organi (...)

3Cette recherche s’inscrit dans un contexte d’essor de l’histoire sociale des musique populaires depuis les années 1980, alors que celles-ci sont progressivement devenues un objet d’étude à part entière pour les historiens grâce au développement et à l’institutionnalisation des popular music studies et plus récemment des sound studies (Russell, 1993 ; Sterne, 2012). Ce dynamisme a permis de consolider le dialogue entre les disciplines comme l’histoire, la musicologie ou encore l’anthropologie autour de l’objet musical (Buch et al., 2013 ; Campos et al., 20064). Cette évolution se reflète dans celle de l’histoire du brass band movement, qui s’attache depuis les années 1980 à inscrire davantage le genre musical dans un contexte social, économique et culturel (Taylor, 1979 et 1983 » ; Herbert, 1991 et 2000). Toutefois, si l’identité ouvrière des brass bands est mise en avant, le lien entre ces formations musicales et les secteurs industriels est rarement exploré en détail, si ce n’est pour la période d’avant 1930 et dans le cas d’études régionales (Etheridge, 2014). Le chapitre déjà évoqué de Dave Russell sur l’histoire des brass bands entre 1918 et le milieu des années 1960 est une donnée précieuse, bien que les analyses concernant la période d’après 1945 soient moins détaillées que celles sur l’entre-deux-guerres. On peut également mentionner ici l’utilité des travaux francophones sur le mouvement orphéonique (Gumplovicz, 1987 ; Martino, 2016 ; Cambon, 2011).

4Le cas des brass bands miniers est particulièrement intéressant car les formations musicales liées à l’industrie minière représentent au lendemain de la guerre une part très importante du brass band movement (Russell, 2000 : 100) et parce que les pratiques culturelles des communautés minières britanniques ont longtemps été présentées comme spécifiques et archétypiques de la culture ouvrière. Cette vision a été influencée par les travaux d’anthropologie et de sociologie des community studies des années 1950 et 1960 (Dennis et al., 1956 ; Franckenberg, 1957) mais aussi par l’historiographie marxiste (Arnot, 1949). Elle a largement été critiquée à partir des années 1980 par un ensemble de travaux cherchant à nuancer l’unité supposée des mineurs en mettant en lumière l’importance des expériences régionales et locales (Campbell et al., 1996). Appréhender l’histoire de ce genre musical à travers l’industrie minière permet également d’utiliser des sources inexplorées par les historiens du brass band movement et d’opérer un glissement de perspective vers des espaces aux degrés d’urbanisation divers, alors que les villes sont généralement au cœur des travaux qui analysent l’impact de la culture de masse sur les musiques populaires dans la deuxième moitié du xxe siècle (Gildart, 2013 ; Frith et al., 2013). Au moment de la nationalisation de l’industrie minière britannique en 1947, désormais dirigée par le National Coal Board (N.C.B.), les brass bands sont mis en avant comme le porte-drapeau de l’unité des mondes miniers alors que le charbon est essentiel à la reconstruction du pays après la guerre (Henry, 2018). En 1945, il existe différents types de formations musicales liées à l’industrie : des town bands ou publics bands liés à une localité, des colliery bands affiliés à une mine en particulier et des welfare bands rattachés à un miners’ welfare club. L’expression de « brass bands miniers » permet de recouvrir cette diversité.

  • 5 L’arrivée du rock’n’roll en Grande-Bretagne est marquée par la sortie de « Rock Around the Clock » (...)

5Cette étude prend en compte l’ensemble des régions minières britanniques mais avec un regard plus précis sur une sélection d’espaces : l’Écosse, les Midlands le l’Est et le Yorkshire. Ce choix permet de mettre en évidence des bassins miniers aux caractéristiques différentes : une industrie vieillissante et touchée dès la fin des années 1950 par le processus de désindustrialisation en Écosse contrairement aux mines du Yorkshire et des Midlands de l’Est, plus modernes et atteintes plus tardivement par les fermetures de puits. Cette démarche permet également de ne pas restreindre l’analyse aux brass bands anglais, qui sont généralement au cœur des travaux de synthèse (Russell, 2000). La période qui s’étend du lendemain de la Seconde Guerre mondiale au milieu des années 1970 enserre ce deuxième moment d’accélération du déclin des brass bands de la fin des années 1950 et des années 1960 (Russell, 2000 : 72) et coïncide avec une première vague de désindustrialisation qui affecte principalement les bassins miniers d’Écosse, du nord-est et du nord-ouest de l’Angleterre et du sud du Pays de Galles (Phillips, 2018). Il s’agit alors d’interroger la spécificité de ce moment marqué par l’essor du rock’n’roll5, tout en insistant sur la continuité avec la période de l’entre-deux-guerres. En effet, le processus d’américanisation de la culture de masse et de diversification des pratiques culturelles, lié aux innovations technologiques et à la hausse du niveau de vie est en cours depuis les années 1920 (Fowler, 2008 ; Nott, 2002 ; Russell, 2000). Le milieu des années 1970 marque en Grande-Bretagne le début d’une période de stabilisation du processus de désindustrialisation qui affecte l’industrie minière (Phillips, 2018) et l’apparition de nouveaux sous-genres musicaux liés aux cultures jeunes avec le glam rock porté par David Bowie à partir de 1972-1973 et la musique punk (Gildart, 2013 : 16).

6Une première partie de cet article s’appuiera volontairement sur l’opposition classiquement opérée entre les brass bands, comme forme de musique populaire dite traditionnelle, et le jazz et le rock’n’roll, genres musicaux liés à l’américanisation de la culture de masse, afin de montrer la porosité de cette frontière et de mettre en lumière des complémentarités et des continuités sur le plan des pratiques. Une deuxième partie s’intéressera aux efforts d’adaptation des brass bands, en particulier en matière de répertoire, et soulignera l’importance du rôle de ces dernier pour la vie sociale et culturelle des bassins miniers jusqu’au milieu des années 1970. Bien que la portée de ces initiatives soit limitée, il s’agit ici de mettre en avant la persistance, sous certains aspects, du caractère populaire de ces formations musicales dans les bassins miniers.

Les brass bands miniers face aux « nouvelles » musiques populaires

Les brass bands miniers face au jazz de 1945 à la fin des années 1950 : une frontière poreuse

7La transformation des pratiques musicales des bassins miniers britanniques liée à l’américanisation de la culture de masse et à l’essor des cultures jeunes s’inscrit dans un cadre chronologique large. Depuis les années 2000, les historiens des musiques et des cultures populaires ont nuancé la rupture des années 1950-1960, mise en avant notamment par Arthur Marwick (Marwick, 1998), et ont montré la continuité avec l’entre-deux-guerres (Gildart, 2013 ; Fowler, 2008 ; Nott, 2002) voire avec la période antérieure (Faulk, 2010), alors que le concept de « culture jeune » est désormais pensé sur le long terme (Fowler, 2008 ; Savage, 2008). Dans son analyse des musiques populaires britanniques pendant l’entre-deux-guerres, James Nott montre que le processus d’américanisation est déjà bien enclenché dans les années 1930 avec le succès du jazz et des dance bands (Nott, 2002). Le jazz participe du déclin des brass bands après la Première Guerre mondiale, alors que ceux-ci sont progressivement éclipsés par les dance bands lors des soirées dansantes locales (Russell, 2000). La fonction dansante des brass bands, déjà peu importante avant 1914, disparaît alors progressivement, rompant un des liens primordiaux entre ce genre musical et la culture jeune. À partir des années 1920, les brass bands se concentrent alors sur les concerts, de plus en plus souvent organisés à l’intérieur, sur les défilés lors d’événements sociaux ou politiques et sur les compétitions (ibid : 86-92).

  • 6 Entretien réalisé avec Marie Smith à Stonebroom, Derbyshire, le 19/03/18.

8Ces évolutions se poursuivent dans les années 1940 et 1950, alors que la présence de militaires américains en Grande-Bretagne pendant la guerre accroit rapidement la popularité du jazz (ibid. : 109). La concurrence croissante du jazz pour le brass band movement est bien visible dans les bassins miniers entre 1945 et la fin des années 1950, alors que les dance bands locaux se multiplient et attirent des musiciens des brass bands. C’est le cas d’une jeune cornettiste du Shirland Miners’ Welfare Band dans le Derbyshire, Marie Smith, qui devient trompettiste professionnelle au sein du groupe de jazz féminin formé par Ivy Benson, le Ivy Benson’s and Her All Girls Band puis du Dinah Dee All Girls’ Band entre la fin des années 1950 et le début des années 19606. Les trajectoires inverses, quoique plus rares, existent également. Rab Wilson, ancien mineur de la région de l’Ayrshire en Écosse mentionne le cas de son père, saxophoniste d’un groupe de jazz local, « The Modernaires », dans les années 1940 et 1950 avant de rejoindre un brass band :

  • 7 « He was a keen musician and he learned saxophone and this had been like in the 1940s or in the ear (...)

« [Mon père] était passionné de musique et a appris le saxophone, c’était dans les années 1940 ou au début des années 1950 quand la musique des dance bands était à la mode. Il a appris le saxophone et a joué dans un groupe de jazz très populaire qui s’appelait The Modernaires […] mais quand il s’est marié il a abandonné le jazz et il s’est installé ici à New Cumnock […] et s’est intéressé à la musique de brass band, il a abandonné le saxophone7. »

  • 8 Entretien réalisé avec Marie Smith. Article du Derbyshire Times du 20 septembre 1963, Derbyshire Re (...)

9Si la proximité de l’instrumentation entre les brass bands et les dance bands rend possible ces va-et-vient, elle permet surtout des formes de complémentarités de ces deux pratiques musicales dans les bassins miniers. Dave Russell souligne que les musiciens des brass bands conservent souvent l’habitude de combiner leur loyauté envers leur formation musicale d’origine et des activités semi-professionnelles (Russell, 2000 : 107). Les entretiens réalisés avec des musiciens de brass bands liés à l’industrie minière montrent en effet qu’il est fréquent pour ces individus de cumuler leur appartenance au brass band local avec des performances au sein d’un dance band le week-end, généralement dans les miners’ welfare clubs. Ainsi, c’est en accompagnant tous les week-ends son oncle cornettiste jouer de la trompette dans les clubs de mineurs du Derbyshire que Marie Smith acquiert de l’expérience en tant que musicienne de dance band avant de devenir professionnelle. Plus tard, cette activité ne l’empêche pas de revenir occasionnellement jouer des solos avec le Shirland Miners’ Welfare Band lors de compétitions. Elle est présente en septembre 1963 lorsque son père, Jack Fawbert, qui dirige alors le brass band lors d’une compétition locale, décède sur scène. Marie abandonne ensuite sa carrière de musicienne professionnelle pour enseigner la musique aux anciens élèves de son père8. Cet exemple montre bien les complémentarités qui existent entre les brass bands et les dance bands et qui peuvent être mis en lumière grâce à une focalisation sur les trajectoires individuelles plutôt que sur les formations musicales. L’expérience de Marie souligne en outre le rôle encore relativement peu étudié les femmes dans dance bands professionnels et semi-professionnels (Bailey, 2013).

Brass bands miniers et « pit pop » du milieu des années 1950 au milieu des années 1960 : l’impact de la culture de masse au regard du processus de désindustrialisation

  • 9 « Now, as the 1960s swung merrily on, the bands often found themselves squeezed out, largely becaus (...)
  • 10 Coal News, octobre 1963, National Mining Museum Scotland (N.M.M.S.), Newtongrange, Écosse.
  • 11 Coal News, mars 1964, N.M.M.S.
  • 12 Coal News, ibid., N.M.M.S.
  • 13 Coal News, mars 1964, N.M.M.S.
  • 14 Acc. 9805/186 : Collated Information, N.U.M. Scottish Area Records, National Library of Scotland, E (...)

10La fin des années 1950 et le début des années 1960 marquent une période d’accélération de la marginalisation de la musique des brass bands en Grande-Bretagne ; comme le note Arthur Taylor dans son ouvrage de synthèse : « Quand les années 1960 arrivèrent joyeusement, les brass bands se retrouvèrent souvent amputés de musiciens, en grande partie parce les municipalités et le public les trouvaient désormais démodés. Le baiser de la mort dans une décennie ou tout devait être nouveau » (Taylor, 1979 : 1659). L’impact de l’arrivée du rock’n’roll sur les pratiques et goûts musicaux des régions minières britanniques est bien visible dès la fin des années 1950, comme le souligne Keith Gildart pour le cas anglais (Gildart, 2013). Si le magazine Coal, organe officiel de l’industrie minière nationalisée, ne relaie que très peu l’activité musicale qui sort du cadre perçu comme traditionnel (brass bands, chorales, sociétés d’opéra amateur et pipe bands), la donne change au début des années 1960 dans le contexte de l’explosion de la beat music. Durant l’année 1963, de nombreux articles du magazine sont consacrés à des groupes pop formés de mineurs ou de fils de mineurs. C’est le cas des « Sixteen Strings » dans la région du Tyneside10, ou de « The Detour » dans les Midlands de l’Est11. L’engouement est tel que le journal crée l’expression « pit pop » (« la pop du puit ») pour nommer le phénomène12. Outre la musique, ces jeunes musiciens adoptent également le style vestimentaire et capillaire en vogue à l’instar de George Palmer, dessinateur industriel pour le N.C.B. dans les Midlands de l’Est et guitariste de « The Detour », dont Coal News s’amuse à mettre en avant sa ressemblance avec Ringo Starr13. Il convient toutefois d’utiliser ces sources avec précaution. En tant que publication officielle du N.C.B., le journal cherche à donner à l’industrie minière une image moderne en mettant en avant les pratiques musicales des jeunes et le succès de ces groupes doit être relativisé. Il est ainsi intéressant d’observer que la tentative du district du Fife en Écosse de la Coal Industry Social and Welfare Organisation (C.I.S.W.O.), institution chargée du développement des loisirs dans les bassins miniers, d’organiser une compétition de groupes de beat music lors du gala de 1965 se solde par un échec14. Alors que la C.I.S.W.O. cherche à rendre cet événement traditionnel davantage attractif pour les jeunes, aucun groupe ne s’est porté volontaire pour participer. Il est difficile de savoir si cela est dû au manque de groupes dans la région ou à une mauvaise communication de la part de la C.I.S.W.O. mais cela nuance l’enthousiasme de Coal News sur la portée de la « pit pop ».

  • 15 Coal News, avril 1963, N.M.M.S.
  • 16 Entretien réalisé avec Kevin Nicholson à Shirebrook, Derbyshire le 21/03/18 et avec Stuart Fletcher (...)

11Parallèlement à cet engouement pour les musiques liées au rock’n’roll dans les bassins miniers, les années 1960 voient les brass bands faire face à un certain nombre de difficultés. Ils ont alors peine à trouver de jeunes recrues à l’instar du Bedlington Doctor Pit Band dans le Northumberland, dont un membre du comité se plaint du manque d’intérêt des jeunes pour le genre musical15. Le succès du rock’n’roll, dont l’instrumentation est peu compatible avec celle des brass bands, et plus généralement l’attrait d’autres activités comme le sport ou la télévision peut expliquer ce manque d’intérêt pour une pratique musicale perçue comme démodée (Russell, 2000 : 109). Dave Russell souligne également le manque d’attractivité de la culture du brass band movement centrée sur la discipline (ibid. : 110). Ces évolutions culturelles et musicales affectent par ailleurs la popularité du jazz et des dance bands (ibid.). Mais les difficultés des brass bands miniers pendant cette période s’expliquent aussi par l’impact du processus de désindustrialisation sur les formations musicales alors qu’une première vague de fermetures touche principalement les bassins miniers dits « périphériques » d’Écosse, du Nord-Est et du Nord-Ouest de l’Angleterre et du Sud du Pays de Galles (Phillips, 2018 : 43). Celles-ci entraînent des transferts de main-d’œuvre vers des bassins miniers plus modernes et notamment les Midlands de l’Est. Kevin Nicholson et Stuart Fletcher, anciens mineurs et musiciens respectivement du Shirebrook Miners’ Welfare Band et du Creswell Colliery Band dans le Nottinghamshire se souviennent de l’arrivée de musiciens Écossais dans leur brass band au début des années 196016. Si le succès des genres musicaux liés au rock’n’roll auprès des jeunes des bassins miniers participe fortement de l’accélération du déclin des brass bands entre le milieu des années 1950 et le milieu des années 1960, il est important de mettre en regard ces bouleversement culturels avec l’impact du processus de désindustrialisation.

La continuité des pratiques musicales et la coexistence des générations entre 1945 et le milieu des années 1970

  • 17 « We should not mistake the emergence of new cultural practices and attitudes for the obliteration (...)

12Bien que la complémentarité des pratiques soit beaucoup plus rare entre les brass bands et les groupes de musique rock’n’roll, il faut souligner la continuité des goûts musicaux et des pratiques comme le souligne Andrew Goodwin dans son introduction à une réédition de La Culture du pauvre : « nous ne devons pas confondre l’émergence de nouvelles pratiques et comportements culturels avec l’éradication de ce qui existait jusqu’alors » (Hoggart, 1992 : xxi17). Le succès du rock’n’roll à partir du milieu des années 1950 n’éclipse pas non plus complètement la demande pour les dance bands et les brass bands dans les bassins miniers, notamment grâce à la coexistence générationnelle au sein de ces communautés. Si Jim Phillips a montré l’intérêt de la notion de génération pour l’histoire minière britannique d’un point de vue social et politique (Phillips, 2019), elle est également très utile en matière de pratiques culturelles. Ainsi, la génération qui atteint l’âge adulte dans les années 1920 au moment de l’explosion des dance bands, désormais âgée de plus de soixante ans dans les années 1960-1970, coexiste avec une génération adulte, qui a grandi dans les années 1940-1950 avec le renouveau du jazz et l’émergence du rock’n’roll et une génération plus jeune, qui vit sa jeunesse au son du rock’n’roll. Si les plus jeunes bénéficient d’espaces et de médias pour développer leur culture musicale propre (Gildart, 2013), les miners’ welfare halls, où sont souvent organisés des soirées dansantes le week-end, demeurent des points focaux des communautés minières, réunissant ces différentes générations. Ces événements donnent ainsi la possibilité aux musiciens des brass bands de continuer à se produire au sein de dance bands. Les sources montrent en effet que ces soirées voient souvent se succéder plusieurs genres musicaux en fonction de l’heure. Cela conduit soit à l’aménagement du répertoire par le groupe qui anime la soirée, soit à la succession de plusieurs groupes. Rab Wilson, musicien du New Cumnock Silver Band et d’un groupe de pop local nommé Midnight Express, relate ainsi le déroulement des soirées dansantes surnommées « Grab a Granny » (littéralement « attrape une mamie ») organisées à d’Ayr en Écosse tous les jeudis soir dans les années 1970 :

  • 18 « On Thursday night, they had a night on Thursday night em I don’t remember its official name but e (...)

« Tous les jeudi soir il y avait une soirée, je ne me souviens pas de son nom officiel mais tout le monde l’appelait “attrape une mamie”. Il y avait de la musique toute la soirée et bien sûr on commençait avec les trucs dansants pour les vieux ou pour les adultes tu vois, les plus vieux dansaient toutes sortes de danses de salon sur du jazz. C’est pour ça qu’on appelait ça “attrape une mamie”18 ! »

  • 19 Entretien réalisé avec Rab Wilson.

13Après le jazz en début de soirée, place à la musique pop après neuf heures du soir avec la performance de son groupe puis à la musique disco19. Ainsi, la focalisation sur les bassins miniers permet de mettre en lumière ces lieux spécifiques, comme les miners’ welfare clubs locaux, où les genres musicaux coexistent jusqu’au milieu des années 1970. Bien que le processus de marginalisation des brass bands, continu depuis l’entre-deux-guerres, soit bien visible au sein des bassins miniers britanniques, le recours à l’histoire orale et la mise en lumière des trajectoires individuelles des musiciens montrent l’existence de continuités et de complémentarités sur le plan des pratiques. Ces complémentarités existent également en matière de répertoire alors que les brass bands miniers tentent de s’adapter aux transformations musicales de la période.

La persistance du caractère « populaire » des brass bands dans les bassins miners britanniques

La capacité d’adaptation des brass bands aux transformations culturelles

  • 20 Entretien réalisé avec Danny Buchanan à Perth, Tayside le 14/12/17. « On the Sunny Side of the Stre (...)
  • 21 Entretien réalisé avec Danny Buchanan.
  • 22 Entretien réalisé avec une musicienne du Shirland Miners’ Welfare Band (anonyme) à Matlock, Derbysh (...)
  • 23 « Sweet Gingerbread Man » est une chanson dont la mélodie a été composée par Michel Legrand et les (...)
  • 24 Shirland Miners’ Welfare Band, Music For You, 1976 (source privée).
  • 25 « Most of the concerts that I had in the 1960s with Whitwell before I went to Creswell they all… yo (...)

14S’intéresser plus précisément au répertoire des brass bands, loin de constituer un ensemble homogène, permet également de montrer les circulations entre ce genre musical et la culture de masse et de souligner la capacité d’adaptation de ces formations musicales. Ce répertoire est très composite dans la deuxième moitié du xxe siècle et comprend à la fois des adaptations de morceaux de musique classique, des pièces spécialement composées pour les brass bands, des adaptations de chansons populaires, des marches d’inspiration militaire et des hymnes religieux (Russell, 2000 : 94). Il varie également en fonction du type de performance des brass bands, entre compétition d’un côté et concerts ou défilés de l’autre. Si l’évolution du répertoire des compétitions est bien étudiée et montre la montée en puissance des pièces composées spécialement pour les brass bands et la progression vers un public de plus en plus spécialisé (ibid. : 96), le cas des concerts et des défilés, événements à l’audience plus large, est moins connu. Généralement, et au moins jusqu’aux années 1950, le programme des concerts est fidèle à la structure établie par le modèle victorien : une marche suivie par une ouverture et une sélection de pièces d’opéra afin de plaire aux intérêts différents du public (ibid.). À partir des années 1950, les sources étudiées pour le cas des brass bands miniers montrent une relative ouverture de ces formations musicales aux morceaux de musique populaire contemporains. Les échanges entre les brass bands et le jazz sont notamment bien visibles sur le plan du répertoire alors que certains standards de jazz sont adaptés et interprétées par les brass bands miniers lors de concerts. Ainsi, Danny Buchanan, ancien mineur du Fife en Écosse et musicien du Cowdenbeath Silver Band, se souvient de jouer régulièrement « On the Sunny Side of the Street », suscitant ainsi l’enthousiasme du public dans les années 196020. En outre, les entretiens oraux mettent en évidence la place des musiques de film dans le répertoire des brass bands. Danny Buchanan souligne également que le Cowdenbeath Silver Band jouait souvent des morceaux de La Mélodie du bonheur (1965) et de Mary Poppins (1964) dans les années 196021. De même, une musicienne du Shirland Miners’ Welfare Band dans le Derbyshire raconte avoir joué une adaptation de « Bohemian Rhapsody » de Queen dans les années 197022. Sur le LP du Shirland Miners’ Welfare Band intitulé Music For You et enregistré en 1976, on trouve aussi bien une adaptation de la chanson populaire « Sweet Gingerbread Man23 » que l’ouverture du Barbier de Séville de Rossini ou encore l’hymne religieux « Belmont » datant de 185424. Il s’agit alors de s’adapter à la demande du public comme le montre cette citation de Stuart Fletcher, ancien mineur et musicien du Whitwell Colliery Band et du Creswell Colliery Band dans le Nottinghamshire : « À la plupart des concerts que j’ai fait dans les années 1960 avec Whitwell avant d’aller à Creswell… il fallait jouer euh… tu vois Gilbert O’ Sullivan des choses comme ça […] parce que c’était ce que les gens voulaient.25 »

  • 26 BBC Light est devenue BBC Radio 2 en 1967. L’émission « Listen to the Band ! » s’est arrêtée défini (...)
  • 27 Les brass bands forment un ensemble très hiérarchisé reposant sur la pratique de la compétition. Il (...)

15Ces tentatives d’adaptation et d’appropriation de la part des brass bands miniers sont également visibles sur le plan des pratiques après 1945, alors que ceux-ci cherchent à embrasser les innovations technologiques : enregistrements de LP, passages radiophoniques et télévisuels (Russell, 2000 : 93). Un cas emblématique est celui du Brighouse and Rastrick Band dans le Yorkshire qui atteint la seconde place des charts du Royaume-Uni en novembre 1977 avec son titre « Floral Dance » (Taylor, 1979). Cet exemple reste néanmoins exceptionnel et l’entrée de la musique de brass band dans le marché de la musique pop demeure très rare. La BBC joue toutefois un rôle important dans la diffusion de ce genre musical après 1945. Après la guerre et jusqu’au milieu des années 1950, de nombreux programmes radiophoniques sont consacrés aux brass bands. Ce dynamisme est en partie dû à l’action d’Harry Mortimer, figure éminente du brass band movement comme directeur des programmes de musique de brass et militaire entre 1942 et 1964 (Russell, 2000 : 94 ; Newsome, 2006 : 187). L’émission musicale hebdomadaire « Listen to the Band ! », diffusée à partir de 1943 sur BBC Home Service puis sur BBC Light à partir de 195826, est particulièrement populaire (Newsome, 2006 : 187). À partir de 1956, des brass bands sont invités à accompagner des orchestres de la BBC et des chanteurs star pour le programme « Friday night is Music Night » (ibid. : 188). Toutefois, le nombre de programmes dédiés à ce genre musical décline à partir de la fin des années 1950. Roy Newsome compte plus de 300 émissions avec 83 brass bands en 1955 contre respectivement 230 et 67 en 1960 (ibid.) et la tendance se poursuit dans les années 1960 et 1970. Le départ d’Harry Mortimer de la BBC en 1964 porte également un coup à la présence du genre musical sur les ondes (ibid. : 192). De manière générale, il convient de souligner que cette capacité d’adaptation aux transformations technologiques est plus aisée pour les brass bands les plus prestigieux, qui bénéficient de davantage de couverture médiatique27. Ces initiatives ne permettent par ailleurs que très rarement aux brass bands d’obtenir une audience plus large que le public spécialisé (Russell, 2000 : 94). Si ces efforts ont leurs limites, ce point permet néanmoins de souligner que les brass bands ne sont pas hermétiques à la culture de masse et qu’ils ne sont pas simplement des acteurs passifs des bouleversements culturels de la deuxième moitié du xxe siècle.

Une fonction culturelle et sociale importante dans les bassins miniers

  • 28 Entretien réalisé avec Marie Smith.
  • 29 Entretien réalisé avec Rab Wilson.
  • 30 Entretien réalisé avec Marie Smith.
  • 31 5 shillings pour la leçon et 2,5 shillings pour le bus jusqu’à Sheffield dans le cas de Marie dans (...)

16La question de l’éducation musicale au sein des régions minières britanniques permet de mettre en évidence la persistance du rôle des brass bands jusqu’au début des années 1970. L’analyse des sources, et en particulier des entretiens, montre l’existence d’un solide réseau de musiciens pour l’enseignement de la musique, au cœur duquel on trouve d’abord la famille. L’apprentissage d’un instrument de brass a souvent une origine familiale dans les bassins miniers et les musiciens débutent souvent très jeunes. C’est le cas de Marie Smith, fille d’un musicien du Shirland Miners’ Welfare Band dans le Nottinghamshire qui apprend le cornet à piston à l’âge de trois ans, en 1945 et joue son premier solo lors d’une compétition à l’âge de cinq ans28. Pour ceux qui n’apprennent pas la musique dans un cadre familial, l’école joue un rôle important, en particulier à partir des années 1950 et 1960, l’institution scolaire encourage le développement des junior bands et la formation d’un vivier de jeunes musiciens, à un moment ou le brass band movement peine par ailleurs à recruter. Les créations de la National School Brass Association et du National Youth Brass Band en 1952 s’inscrivent dans cette dynamique (Russell, 2000 : 75-77). Si le rôle des écoles est important, celles-ci s’appuient généralement sur l’enseignement des musiciens des brass bands locaux, souvent bénévoles. Rab Wilson, qui apprend le cornet à piston dans les années 1960, se souvient ainsi d’Hugh Johnstone, qui a enseigné la musique à bon nombre de musiciens de brass bands juniors de l’Ayrshire en Écosse29. Marie Smith quant à elle, a commencé à enseigner la musique quand elle avait 21 ans en plus de son activité professionnelle et continué pendant plus de trente ans30. Entre ses 8 et 15 ans, elle a pu bénéficier de leçons de la part d’un musicien professionnel mais celles-ci ont un coût qui en limite l’accès et rend indispensable l’existence de ce réseau de solidarité31. Les brass bands conservent ainsi un rôle culturel important au sein des bassins miniers britanniques, permettant aux plus jeunes de pratiquer un instrument. Outre la formation musicale, ce réseau permet aussi de fournir des instruments aux nouveaux musiciens par un système de prêt. Quand un brass band acquiert de nouveau instruments, les anciens servent souvent aux junior bands comme le souligne Stuart Fletcher pour le Creswell Colliery Band dans les années 1960 :

  • 32 « I started playing at school. […] Creswell band started a junior section […] they provided instrum (...)

« J’ai commencé à jouer à l’école […] Creswell Band avait lancé une section junior […] ils fournissaient les instruments et nous avons formé un groupe. Quelqu’un est parti et […] c’est comme ça que j’ai pu avoir l’instrument que j’ai aujourd’hui. Le directeur est venu me voir et a dit “Oh tu voulais rejoindre le brass band n’est-ce pas ?” J’ai dit “oui” et il a dit “viens avec moi” et m’a donné ce tuba avec lequel je joue toujours32. »

17Enfin, les brass bands conservent plus largement une fonction sociale importante dans les bassins miniers jusqu’au début des années 1970. Dans cette perspective, le cas des communautés minières permet de fortement nuancer l’idée d’une séparation progressive entre brass bands et vie sociale, telle qu’elle a été mise en évidence par Dave Russell (Russell, 2000 : 77). Dans les bassins miniers, les brass bands ne sont pas seulement des acteurs culturels, ils ont également une fonction sociale et politique qui est visible lors d’un certain nombre d’événements. L’exemple le plus parlant est sans doute celui des galas annuels organisés dans les différents bassins miniers et très populaires jusqu’au milieu des années 1970. Il convient toutefois de souligner que la popularité des galas a sans doute décliné au cours de la période et parallèlement au processus de désindustrialisation comme le note Martin Bulmer dans son analyse sociologique des communautés minières de la région de Durham à la fin des années 1970 (Bulmer, 1978 : 157). Malgré ce déclin, les brass bands continuent de jouer, et ce jusqu’à aujourd’hui, un rôle important lors de ces événements, alors que le défilé des brass bands avec les loges et les bannières syndicales demeure l’un des temps forts du gala, recréant symboliquement des communautés minières affectées par le processus désindustrialisation. Cette fonction sociale et symbolique est fondamentale pour comprendre la persistance de l’attrait pour les brass bands pendant la période comme le souligne Rab Wilson :

  • 33 « I suppose it’s a social thing, […] being part of an accepted social group … there’s an attraction (...)

« Je suppose que c’est quelque chose de social […] faire partie d’un groupe social établi… il y a un attrait pour cela, surtout quand tu as entre 12 et 15-16 ans […] tu veux faire partie d’une bande, d’un groupe […] et les brass bands […] recréent vraiment ça […]. Tu as l’impression de faire vraiment partie de ce groupe, de cette identité, il y a l’identité du groupe mais aussi […] l’unité sociale du groupe d’un village en particulier33. »

C’est la capacité des brass bands à recréer l’unité sociale des communautés minières qui peut expliquer la spécificité du cas des brass bands miniers et la persistance de leur rôle politique et social, bien que principalement symbolique.

18Ainsi, le cas des bassins miniers montre que la marginalisation de la musique des brass bands en Grande Bretagne entre 1945 et le milieu des années 1970 est un processus complexe fait de complémentarités, de chevauchements et de tentatives d’adaptation. Les outils de la méthode historique, et en particulier l’utilisation des sources orales, permettent de mettre en lumière la diversité des expériences et des trajectoires individuelles. Il s’agit ainsi de ne pas considérer les brass bands comme des acteurs passifs, avalés par ces changements mais d’historiciser l’analyse afin de penser les continuités et les ajustements au même titre que les ruptures et les révolutions. L’objectif de cet ancrage dans un contexte social particulier est de montrer la complexité que recouvrent les notions de « musique populaire » et de « culture populaire » en général. Dans son compte-rendu de l’histoire du brass band movement au xxe s., Dave Russell explique que les brass bands ont été une victime précoce de la culture de masse parce qu’ils n’occupaient pas une position centrale au sein de la culture ouvrière (Russell, 2000 : 121). Il compare cette position à celle d’autres institutions qu’il ne mentionne cependant pas. Pense-t-il aux syndicats ou aux partis politiques ? Nous dirons au contraire que les brass bands jouent un rôle éminemment social et politique et qu’il est important de continuer à faire dialoguer l’étude des musiques populaires avec l’histoire sociale.

Haut de page

Bibliographie

Arnot Robert (1949), The Miners : A History of the Miners’ Federation of Great Britain 1889-1910, Londres, Allen & Unwin.

Bailey Jenna (2013), « Lady be good » : an exploration of women making music in the Ivy Benson Band 1940 – c. 1985, Thèse de doctorat, University of Sussex.

Buch Esteban, Donin Nicolas & Feneyrou Laurent (eds.) (2013), Du Politique en analyse musicale, Paris, Vrin.

Bulmer Martin (1978), Mining and Social Change : Durham County in the Twentieth Century, Londres, Croom Helm.

Cambon Jérôme (2011), Les Trompettes de la République. Harmonies et fanfares en Anjou sous la Troisième République, Rennes, PUR.

Campbell Alan, Fishman Nina & Howell David (1996), Miners, Unions and Politics 1910-1947, Aldershot, Scholar Press.

Campos Rémy, Donin Nicolas & Keck Frédéric (2006), « Musique, musicologie, sciences humaines : sociabilités intellectuelles, engagements esthétiques et malentendus disciplinaires (1870-1970) », Revue d’Histoire des sciences humaines, vol. 1, no 14, p. 3-17.

Dennis Norman, Henriques Fernando & Slaughter Clifford (1956), Coal is our Life : An Analysis of a Yorkshire Mining Community, Londres, Tavistock Publications.

Etheridge Stephen (2014), « Slate-Grey Rain and Polished Euphoniums » : Southern Pennine Brass Bands, the Working-Class and the North, c. 1840-1914, PhD thesis, University of Huddersfield.

Faulk Barry (2010), British Rock Modernism, 1967-1977, The Study of Music Hall in Rock, Farnham, Ashgate.

Fontaine Marion (2017a), « Introduction », Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, vol. 1, no 35, p. 9-17.

Fontaine Marion (2017b), « Une Quête sans cesse renouvelée. Culture ouvrière et politique au prisme de Richard Hoggart », Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, vol. 1, no 35, p. 159-182.

Fowler David (2008), Youth Culture in Modern Britain, c. 1920-1970, Londres, Palgrave Macmillan.

Franckenberg Ronald (1957), Village on the Border : A Social Study of Religion, Politics and Football in a North Wales Community, Londres, Cohen & West.

Frith Simon, Brennan Matt, Cloonan Martin & Webster Emma (2013), The History of Live Music in Britain, Volume I : 1950-1967 : From Dance Hamm to the 100 Club, Farnham, Ashgate.

Frith Simon, Brennan Matt, Cloonan Martin & Webster Emma (2019), The History of Live Music in Britain, Volume II : 1968-1984 : From Hyde Park to the Hacienda, Londres, Routeledge.

Gildart Keith (2013), Images of England through Popular Music. Class, Youth and Rock‘n’roll, 1955-1976, Londres, Palgrave Macmillan.

Grignon Claude & Passeron Jean-Claude (1989), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard.

Gumplovicz Philippe (1987), Les Travaux d’Orphée : 150 ans de vie musicale amateur en France : harmonies, chorales, fanfares, Aubier.

Gumplovicz Philippe (2017), « De l’orphéon au jazz. Une métamorphose de classe (xixe-xxe s.) », Mil neuf cent. Revue d'histoire intellectuelle, vol. 1, no 35, p. 103-116.

Henry Marion (2018), « Les usages politiques et formes de politisation des cultures minières britanniques (1945 – début des années 1960) : le cas des brass bands », Cahiers Jaurès, vol. 4, no 230, p. 91-107.

Herbert Trevor (1991), Bands : The Brass Band Movement in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Manchester, Open University Press.

Herbert Trevor (2000), The British Brass Band : A Musical and Social History, Oxford, Oxford University Press.

Hoggart Richard (1992) [1957], The Uses of Literacy : Aspects of Working-Class Life with Special Reference to Publications and Entertainments, N. Brunswick, Transaction Publishers.

Jackson Brian (1968), Working Class Community : Some general notions raised by a series of studies in Northern England, Londres, Routledge.

Martino Laurent (2016), Sous le signe de la lyre : les ensembles à vent en Europe, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Didier Francfort, Université de Lorraine.

Marwick Arthur (1998), The Sixties : Cultural Revolution in Britain, France, Italy and the United Sates, c. 1958-c.1974, Oxford, Oxford University Press.

Nott James (2002), Music for the People. Popular Music in Interwar Britain, Oxford, Oxford University Press.

Phillips Jim (2019), Scottish Coal Miners in the Twentieth Century, Édimbourg, Edinburgh University Press.

Phillips Jim (2018), « The Meanings of Coal Community in Britain since 1947 », Contemporary British History, vol. 32, n1, p. 39-59.

Russell Dave (1993), « The “Social History” of Popular Music : A Label Without a Cause ? », Popular Music, vol. 12, no 2.

Russell Dave (2000), « “What’s Wrong with Brass Bands ?” : Cultural Change and the Band Movement, 1918-c.1964 », in Herbert (ed.), The British Brass Band. A Social History, Oxford, Oxford University Press, p. 68-121.

Savage John (2008), Teenage : The Creation of Youth, 1875-1945, Londres, Pimlico.

Sterne Jonathan (2012), The Sound Studies Reader, New York, Routeledge.

Taylor Arthur (1979), Brass Bands, Hart-Davis MacGibbon.

Taylor Arthur (1983), Labour and Love : An Oral History of the Brass Band Movement, Londres, Elm Tree Books.

Haut de page

Notes

1 « Grimethorpe set for Olympic Opening Ceremony », 4barsrest, 27 juillet 2012 [en ligne]. URL : https://www.4barsrest.com/news/15553/grimethorpe-set-for-olympic-opening-ceremony.

2 L’ouvrage d’Hoggart est divisé en deux parties : « An “Older” Order » et « Yielding Place to the New » (« céder la place au nouveau »).

3 L’analyse repose essentiellement sur les archives du magazine Coal publié par le National Coal Board (N.C.B.) à partir de 1947 et qui devient le journal Coal News en 1961 et sur une série de 14 entretiens menés avec des musiciens de brass bands liés à l’industrie minière (anciens employés du N.C.B. et membres de leur famille) en Écosse, dans les Midlands de l’Est et dans le Yorkshire entre juillet 2012 et juillet 2018.

4 Voir notamment le programme du colloque « Le son et la musique au prisme des sound studies » organisée à l’EHESS du 24 au 26 janvier 2019 : https://www.ehess.fr/fr/conference-sound-studies.

5 L’arrivée du rock’n’roll en Grande-Bretagne est marquée par la sortie de « Rock Around the Clock » de Bill Haley and The Comets en 1955 et « Heartbreak Hotel » d’Elvis Presley en 1956 (Gildart, 2013 : 14).

6 Entretien réalisé avec Marie Smith à Stonebroom, Derbyshire, le 19/03/18.

7 « He was a keen musician and he learned saxophone and this had been like in the 1940s or in the early 1950s when dance band music and dance bands where the thing to be in. So, he learned saxophone and played in a very successful local jazz band called The Modernaires (…) but when he got married he gave up playing in a jazz band and he came here to New Cumnock and (…) he got interested in silver band music so he gave up saxophone. » Entretien réalisé avec Rab Wilson à New Cumnock, Ayrshire, le 04/12/17. Toutes les traductions sont de l’auteur.

8 Entretien réalisé avec Marie Smith. Article du Derbyshire Times du 20 septembre 1963, Derbyshire Record Office, Matlock.

9 « Now, as the 1960s swung merrily on, the bands often found themselves squeezed out, largely because they were regarded by local councils, promoters and audiences alike, as old fashioned – the kiss of death in a decade when everything had to be new. »

10 Coal News, octobre 1963, National Mining Museum Scotland (N.M.M.S.), Newtongrange, Écosse.

11 Coal News, mars 1964, N.M.M.S.

12 Coal News, ibid., N.M.M.S.

13 Coal News, mars 1964, N.M.M.S.

14 Acc. 9805/186 : Collated Information, N.U.M. Scottish Area Records, National Library of Scotland, Edinburgh. Les galas sont des événements politiques et culturels traditionnels des bassins miniers marqués par un défilé des loges syndicales accompagnées des brass bands, suivi d’un meeting politique et d’activités culturelles et sportives. Le plus important est celui de Durham ou « Big Meeting » qui existe depuis 1871.

15 Coal News, avril 1963, N.M.M.S.

16 Entretien réalisé avec Kevin Nicholson à Shirebrook, Derbyshire le 21/03/18 et avec Stuart Fletcher à Clowne, Derbyshire le 23/03/18.

17 « We should not mistake the emergence of new cultural practices and attitudes for the obliteration of the old ».

18 « On Thursday night, they had a night on Thursday night em I don’t remember its official name but everybody called it “Grab a Granny” (…) So it was a full night music, and of course it started with, you know dancing for the old folks or the middle age folks, you know see these older guys and women there doing all the kind of ball room dances with the jazz band, so that was why they called it “Grab a Granny” you know ! » Entretien réalisé avec Rab Wilson.

19 Entretien réalisé avec Rab Wilson.

20 Entretien réalisé avec Danny Buchanan à Perth, Tayside le 14/12/17. « On the Sunny Side of the Street » est une chanson populaire composée par Jimmy McHugh en 1930 devenue un standard de jazz.

21 Entretien réalisé avec Danny Buchanan.

22 Entretien réalisé avec une musicienne du Shirland Miners’ Welfare Band (anonyme) à Matlock, Derbyshire le 20/013/18.

23 « Sweet Gingerbread Man » est une chanson dont la mélodie a été composée par Michel Legrand et les paroles écrites par Alan Bergman et Marilyn Bergman pour le film The Magic Garden of Stanley Sweetheart de Leonard Horn datant de 1970.

24 Shirland Miners’ Welfare Band, Music For You, 1976 (source privée).

25 « Most of the concerts that I had in the 1960s with Whitwell before I went to Creswell they all… you got to play em… you know Gilbert O’Sullivan things like that […] ‘cause people wanted it. » Entretien réalisé avec Stuart Fletcher. Gilbert O’ Sullivan est un auteur-compositeur et interprète irlandais particulièrement populaire au début des années 1970.

26 BBC Light est devenue BBC Radio 2 en 1967. L’émission « Listen to the Band ! » s’est arrêtée définitivement en mai 2018. Voir le catalogue historique des programmes de la BBC en ligne : https://genome.ch.bbc.co.uk/.

27 Les brass bands forment un ensemble très hiérarchisé reposant sur la pratique de la compétition. Ils sont répartis en différentes sections en fonction de leur niveau, de la plus haute (championship section) à la plus basse (quatrième section).

28 Entretien réalisé avec Marie Smith.

29 Entretien réalisé avec Rab Wilson.

30 Entretien réalisé avec Marie Smith.

31 5 shillings pour la leçon et 2,5 shillings pour le bus jusqu’à Sheffield dans le cas de Marie dans les années 1950.

32 « I started playing at school. […] Creswell band started a junior section […] they provided instruments and we started the band. Somebody left and […] that’s when the instrument that I got came available. The headmaster came ‘round and said “Oh you wanted to join the band, didn’t you ?” I said “yes” and he said “well come with me” and he gave me this tuba and I played it ever since. » Entretien réalisé avec Stuart Fletcher.

33 « I suppose it’s a social thing, […] being part of an accepted social group … there’s an attraction to that, especially when you’re the age of say 12 and 15-16 […] you want to be part of a gang, a group […] and … that’s where bands […] are very much like that […] You feel very much part of that group that identity, there’s the identity of the band but there’s also […] the social unity of the band from a certain village ». Entretien réalisé avec Rab Wilson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Henry, « Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970 »Volume !, 16 : 1 | 2019, 145-160.

Référence électronique

Marion Henry, « Cultures ouvrières et musiques populaires en Grande-Bretagne : le cas des brass bands miniers de 1945 au milieu des années 1970 »Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/7380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.7380

Haut de page

Auteur

Marion Henry

Marion Henry est doctorante en co-tutelle au Centre d’Histoire de Sciences Po (CHSP) (Paris) et au Scottish Oral History Centre (SOHC) de l’université de Strathclyde (Glasgow). Son travail de thèse, dirigé conjointement par Paul-André Rosental et Arthur McIvor, porte sur les brass bands au sein des bassins miniers britanniques entre 1945 et 1984. Dernière publication : « Les usages politiques et formes de politisation des cultures minières britanniques (1945 – début des années 1960) : le cas des brass bands », Cahiers Jaurès, 2018/4, no 230, p. 91-107.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search