Navigation – Plan du site
Recensions

José Juan Olvera Gudiño, Economías del rap en el noreste de México. Emprendimientos y resistencias juveniles alrededor de la música popular

Michael Spanu
p. 187-189
Référence(s) :

José Juan Olvera Gudiño, Economías del rap en el noreste de México. Emprendimientos y resistencias juveniles alrededor de la música popular, Mexico, CIESAS, 2018

Entrées d'index

Géographique :

Mexique / Mexico

Genre musical :

rap / hip-hop
Haut de page

Texte intégral

1Malgré une période d’effervescence dans les années 2000 autour du groupe de Monterrey Control Machete, le rap mexicain reste un genre musical assez confidentiel, tant dans son propre pays que dans les pays friands de culture hip hop comme la France ou les États-Unis. En effet, on ne le retrouve dans aucun classement de vente ou d’écoute en ligne. Pourtant, la pratique du rap est toujours vivace au Mexique, notamment dans les quartiers populaires de la zone frontalière avec les États-Unis. Cest ce que montre cet ouvrage du sociologue José Juan Olvera Gudiño, qui analyse le rap nord mexicain au prisme du concept de « scène musicale », dans un contexte de fortes inégalités sociales, de violence croissante et de flux de populations incessants entre États-Unis et Mexique.

2L’originalité de louvrage est dadopter une perspective économique pour aborder une scène musicale fragile, éclatée et qui dispose de très peu de ressources pécuniaires. En effet, la pratique du rap se démarque majoritairement de lindustrie musicale hégémonique au niveau régional, celle de la musique tex-mex, tant sur le plan esthétique qu’idéologique. Elle lutte contre un pouvoir politique considéré comme corrompu, qui ne reconnaît pas le rap comme pratique culturelle légitime ou qui linstrumentalise occasionnellement à des fins électorales (aux dépens des acteurs de terrain pour qui le rap a une dimension éducative et sociale). Le rap se confronte aussi aux forces paramilitaires (les cartels) qui fragmentent et détruisent les communautés, soit en dénonçant le phénomène, soit en l’intégrant pour en faire la chronique (narcorap). Ainsi, des formes de perméabilité existent, illustrant la complexité et lambivalence du phénomène observé. Cela nécessite un cadre théorique particulièrement flexible : lauteur fait appel à Edward P. Thompson pour son concept d’économie morale, à Will Straw, Andy Bennett et Richard A. Peterson pour leur concept de scène, et à José Juis Paredes Pacho pour le concept de pouvoir horizontal/vertical au sein des réseaux de production/diffusion culturelle ancrés dans la société mexicaine.

3L’auteur pose parallèlement les jalons historiques de la pratique du rap dans la ville où se déroule son étude (Monterrey), à partir des récits des acteurs impliqués. La première époque se situe entre 1985 et 1989, avec une poignée de jeunes des quartiers populaires dont les liens familiaux avec les États-Unis et la possession dantennes paraboliques permettent une forme dinitiation à la culture hip-hop. Dans les années 1990, plusieurs kiosques et marchés informels deviennent des points de rendez-vous des amateurs, préfigurant internet comme espace d’échange, tandis que les médias locaux souvrent peu à peu à cette nouvelle culture. À cette époque naît aussi, de lautre côté de la frontière, le rap chicano qui adopte et développe le point de vue des immigrés mexicains et de leurs descendants, traitant la dimension ethnique, la violence ou encore la solidarité de la vie des quartiers latinos, à travers une pratique oscillant entre espagnol et anglais (le parler « pocho » ). En 1996 sort l’album Mucho Barato du groupe Control Machete chez Polygram. Cet album à succès et aux sonorités rock initie une controverse concernant la « trahison » de la scène rap de Monterrey, tout en donnant à celle-ci une visibilité sans précédent qui culminera dans les années 2000. Cette dynamique sestompe au milieu de la décennie, avec la hausse de la violence entraînée par la guerre contre la drogue entamée par ladministration du président Felipe Calderón et les conflits entre cartels. En effet, la lutte territoriale de ces derniers dépend du contrôle des espaces nocturnes, affectant directement toutes les festivités musicales qui ont lieu généralement la nuit. Les lieux de concerts et bars musicaux sont régulièrement extorqués par les cartels (cobro de piso), voire deviennent carrément des lieux de rendez-vous mafieux, des zones de non droit. Le rap étant une culture de la rue, sa pratique est donc très affectée. Parmi les 80 espaces dédiés au rap que lauteur a recensé dans les années 1990, il nen reste plus que quatre en 2013.

4À travers une enquête ethnographique et des entretiens auprès dartistes de rap, lauteur met en évidence la précarité, le manque de relais médiatiques et de moyens de production. Un recensement des affiches de concerts sur une période allant de 2013 à 2015 permet d’établir quune grande partie de ces événements sont gratuits ou à un prix très accessible et se déroulent majoritairement dans des bars, des clubs ou des espaces publics (contrairement au rap étasunien ou espagnol dont les concerts sont chers et ont lieu dans des grandes salles). La vente de merchandising, comme au sein d’autres scènes musicales, permet aux artistes de générer quelques revenus supplémentaires. Le recours à des sponsors tels que des marques de vêtements hip hop permet de diminuer les frais dorganisation de concerts et de trouver un certain équilibre, lobjectif se limitant souvent à ne pas perdre dargent et à entretenir les liens de fraternité et de respect au sein de la scène. À travers une série d’études de cas, lauteur identifie ensuite plusieurs niveaux de formalité de la pratique du rap : souterraine (rappeurs de rue, faible scolarisation, présence danciens détenus, esthétique chicano), indépendante (insertion dans des circuits commerciaux alternatifs, forte scolarisation, esthétique east coast) et institutionnelle (dans le cadre de programme dintervention dans des quartiers difficiles).

5Cet ouvrage constitue ainsi une entrée bien documentée sur le fonctionnement de la scène rap du Nord-Est mexicain. On regrettera simplement un certain manque de systématisation et de références universitaires sur les dynamiques DIY qui ont été bien étudiées pour dautres scènes musicales et qui ne sont jamais mentionnées dans louvrage. Enfin, certains aspects, comme la dimension religieuse, ne sont que rapidement évoqués et méritent d’être explorés dans de futurs travaux sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Spanu, « José Juan Olvera Gudiño, Economías del rap en el noreste de México. Emprendimientos y resistencias juveniles alrededor de la música popular », Volume !, 16 : 1 | 2019, 187-189.

Référence électronique

Michael Spanu, « José Juan Olvera Gudiño, Economías del rap en el noreste de México. Emprendimientos y resistencias juveniles alrededor de la música popular », Volume ! [En ligne], 16 : 1 | 2019, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/volume/7511

Haut de page

Auteur

Michael Spanu

Michael Spanu est docteur de l’université de Lorraine. Sa thèse de sociologie porte sur la pratique des langues chantées dans les musiques populaires en France. Il a coordonné le numéro “Avec ma gueule de métèque” de la revue Volume ! La revue des musiques populaires et dirige le prix jeunes chercheurs de la branche francophone de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM). Il travaille également comme chercheur indépendant avec des organismes professionnels comme le Live DMA et la Fédération nationale des cafés-cultures (Bar-bars). Ses recherches actuelles portent sur la transition numérique de la musique live et sur le développement de la vie nocturne en milieu urbain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page