Navigation – Plan du site

Les pratiques collectives en amateur dans les musiques populaires

Collectif

Texte intégral

Une étude publiée en deux volets, pilotée et réalisée par la FEDELIMA (Fédération des lieux de musiques actuelles), le concours de Cécile Offroy, Benjamin Fraigneau, Stéphanie Gembarski et Hyacinthe Chataigné, avec le témoignage de nombreux·ses musicien·nes amateur·es, et l’aide de nombreuses structures adhérentes de la FEDELIMA.

Présentation

1De nombreuses études statistiques nous l’ont souvent rappelé, la musique est la première pratique artistique des Français et ce n’est pas récent ! Expression personnelle et/ou collective qui permet de se rendre acteur et non pas seulement consommateur de culture, la pratique musicale en amateur fait écho aux droits fondamentaux de l’homme : toute personne a le droit de participer à la vie culturelle.

2Et ce sont bien les personnes qui pratiquent en amateur qui sont au cœur de cette étude. Mais qui sont-elles ? Cette question qui sous-tend le premier volet de cette publication tient à la volonté d’actualiser la perception de ces musiciens et musiciennes et de mieux connaître leurs parcours et leurs pratiques. Quels instruments, quels styles de musique pratiquent-ils ? À quelle fréquence ? Pourquoi ? Dans quels lieux ? Autant de questions qui ont été posées en entretiens collectifs à plus d’une centaine de personnes, en complément d’une enquête en ligne à laquelle 1 300 musiciennes et musiciens ont répondu. Ce travail de recherche a permis d’affiner les représentations des pratiques collectives et volontaires en amateurs et de rendre visibles les artistes qui s’y adonnent.

3Dans sa seconde partie, cet ouvrage donne la parole à différents réseaux, partenaires, fédérations, lieux et équipes qui accompagnent au quotidien ces pratiques des musiques populaires. Quels sont les liens, les enjeux, les principes d’actions qui relient ces structures aux musiciens et musiciennes qui font le choix de s’investir dans une pratique musicale, le plus souvent collective, en amateur ? Quels rôles jouent les lieux dédiés aux musiques actuelles et populaires dans l’accompagnement des personnes vers des pratiques artistiques émancipées et auto-organisées ?

Enfin, cette étude tend à élargir nos perspectives d’appréhension de ces pratiques collectives au regard de l’exercice des droits culturels. En effet, c’est l’affirmation de l’existence des musiciens et musiciennes amateurs ou de leur expression personnelle dans un espace de socialisation, d’échanges ou de négociation entre personnes qui se joue également ici. Autrement dit, ces pratiques musicales en groupes sont autant d’expériences d’apprentissage de la vie en société que de moyens d’exprimer ce qu’on veut dire au monde.

Télécharger

  • Télécharger le rapport au format pdf.

Extraits

Sommaire

  • Introduction

  • Cadre de l’étude

    • Contexte de l’étude

    • Périmètre de l’étude

    • Méthode

    • Déroulement

    • Profil des musiciens enquêtés

  • Principaux résultats de l’étude

    • Parcours individuels en musique

    • Voies et expériences subjectives de la pratique collective

    • La vie des groupes et des formations

  • Conclusion

    • Bibliographie

Introduction

4Le qualificatif d’amateur a généralement une connotation négative. Les musiques dites actuelles n’y échappent pas. Ainsi, la pratique de musique en amateur est tantôt considérée comme un loisir, un hobby confiné au cercle des proches, tantôt comme l’étape qui précède la professionnalisation. En tout état de cause, le·la musicien·ne amateur est perçu·e comme n’excellant pas (encore) dans son art, et ne suscitant pas ou peu l’intérêt des publics.

5À moins qu’il·elle ait la prétention d’en faire un métier, c’est-à-dire de devenir un·e vrai·e musicien.ne, il·elle trouvera difficilement l’appui pour développer son travail, s’informer et se former, enregistrer sa musique, la diffuser et rencontrer des spectateurs. On accompagne plus volontiers les musiciens lorsqu’ils sont jugés prometteurs, et surtout, lorsqu’ils se prêtent au jeu du développement de carrière. Et dans un domaine artistique où le modèle industriel imprègne les façons de penser, l’objectif des accompagnants, parfois autodésignés développeurs, est régulièrement réduit à l’insertion dans le marché.

6Si l’industrie n’a que peu d’intérêt pour la pratique en amateur (en dehors du juteux marché du matériel et des instruments), l’État l’a introduite dans le cahier des charges du label « Scène de musiques actuelles — SMAC ». Mais force est de constater que ce n’est pas toujours le premier endroit où se portent les attentions au moment des discussions avec les partenaires, ou lors de celui de l’évaluation du projet. Et dans l’article 32 de la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP), l’artiste amateur reste uniquement défini comme un non professionnel.

7Pour autant, les droits culturels des personnes, auxquels l’État a réaffirmé son attachement en 2015 dans la loi NOTRe, puis à nouveau dans la loi LACP, nous invitent à interroger la perception que nous avons de ces pratiques, et donc aussi à questionner les enjeux de leur meilleure prise en compte.

Car l’on sait déjà que la réalité des musiciens est plus complexe que ne le décrit le droit du travail, et pour nombre d’entre eux, le désir de création et d’expression ne se contente pas non plus des cadres rigides du marché.

On peut même parier sans prendre trop de risque que le niveau d’excellence, si jamais l’on décidait un jour d’en définir le concept en matière d’art, n’est pas intrinsèquement attaché à un contrat de travail, à la notoriété ou à un score de vente.

8La FEDELIMA mène depuis deux ans une étude nationale et tâche de répondre à une question simple : qui sont aujourd’hui les musiciens et musiciennes qui pratiquent en amateur ? Quels sont leurs parcours et leurs aspirations ?

Notre sujet ici est celui de l’exercice de la liberté d’expression, de la dimension émancipatrice de la pratique de musique populaire, ainsi que de la relation de ces musiciens aux autres et à leur environnement. Plus concrètement, il s’agit d’ouvrir des pistes sur la manière et les moyens d’accompagner chaque personne dans une réalisation d’elle-même à travers sa pratique musicale. Les choix qu’elle fera ensuite sont d’un autre ordre.

Conclusion

9Cette étude s’est tout d’abord attachée à dresser un profil actuel des musiciens et musiciennes qui pratiquent en amateur. Elle a tenté de montrer ce qu’ils et ce qu’elles sont, davantage que ce qu’ils ne sont pas, comment, pourquoi ils pratiquent la musique, la valeur symbolique et effective qu’elle représente dans leurs constructions personnelles et collectives, dans leurs vies.

Elle s’est également efforcée d’éclairer les différentes temporalités et modalités des pratiques collectives et volontaires dans les musiques dites populaires. Elle met aussi en lumière le sens que les musiciens confèrent à ces pratiques.

10Elle confirme l’influence de la famille ou d’un entourage proche dans la transmission d’un intérêt pour la musique et le démarrage d’un premier instrument, l’apprentissage formel pendant l’enfance restant la norme. Plus marquée que pour les musiques traditionnelles, l’entrée dans les musiques amplifiées est corrélée à un mouvement d’émancipation individuelle, qui implique le choix d’un (nouvel) instrument et intervient à des périodes charnières du cycle de vie, plutôt à l’adolescence pour les hommes et plutôt après 35-40 ans pour les femmes. Issus de toutes les générations et de tous les milieux sociaux, les praticiens de musiques actuelles interrogés ont fait de la pratique musicale l’activité de toute une vie, que leurs parcours soient linéaires ou marqués par des phases d’interruption et de reprise de la musique.

11La pratique collective et volontaire de la musique intervient au terme d’étapes au cours desquelles les musiciens construisent leur légitimité et leur autonomie musicale. Les lieux de musiques actuelles jouent à ce titre un rôle majeur de sas, en organisant les conditions d’un tâtonnement vers une pratique auto-organisée et en favorisant l’émergence d’un écosystème propice au développement des formations amateures. Les logiques de constitution des groupes et les motivations qui président à la pratique collective évoluent tout au long de la vie, les affinités sociales et esthétiques ayant tendance à reculer avec l’âge au profit d’une approche expérientielle et relationnelle de la musique. La place que les musiciens attribuent à la musique permet de relever deux profils de praticiens : les passionnés, qui placent la musique au centre de leur vie et les dilettantes, pour qui la musique occupe une place plus périphérique. Parmi les passionnés, quelques-uns aspirent à se professionnaliser tandis que d’autres privilégient le maintien d’un cloisonnement entre musique, vie professionnelle et vie privée.

12Les facteurs de cohésion ou, au contraire, de tensions au sein des groupes recouvrent cette ligne de partage, le risque de séparation devenant effectif lorsque la finalité de l’activité musicale n’est plus partagée par l’ensemble des membres du groupe. Concernant les aspects pratiques de la vie des groupes, les lieux de répétition et de concert s’avèrent très divers, mais les acteurs des musiques actuelles sont bien identifiés comme accompagnateurs et relais vers les réseaux de diffusion. Enfin, les rémunérations perçues à l’occasion d’un concert sont moins vécues comme des signes de reconnaissance professionnelle que comme des opportunités de juguler les coûts induits par une pratique intensive.

13C’est pourquoi cette étude a essayé de mesurer, à travers ces pratiques, ce qui se joue au-delà de la sphère marchande. Sources de développement personnel et de lien social, les pratiques musicales en amateur constituent un réel enjeu de société. Leur dimension émancipatrice, dont ont témoigné les musiciens et musiciennes ayant participé à cette étude, doit ainsi être replacée au cœur des futures politiques publiques de la culture mises en place dans les territoires. C’est en ce sens, et dans l’espoir d’une plus grande prise en compte de ces enjeux, que ce travail a été mené.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Collectif, « Les pratiques collectives en amateur dans les musiques populaires », Volume ! [En ligne], mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/7635

Haut de page

Auteur

Collectif

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page