Navigation – Plan du site
Styles, genres, techniques

La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création

Décryptage musicologique de l’interaction artiste-technologies-création par une écoute « studio » des enregistrements sonores
The Altered Voice and its Tricks. The Interactions Between Performers, Technologies and Creation in Led Zeppelin’s Recordings
Benoît Navarret et Jean-Marc Fontaine
p. 87-107

Résumés

L’étude de « Whole Lotta Love » et « Hats Off To (Roy) Harper » de Led Zeppelin rend compte d’identités sonores de la voix étendues par l’intégration de divers outils techniques et technologiques dans un processus de création rock de la fin des années 1960. Ces titres illustrent comment artistes, ingénieurs du son et producteurs se sont appropriés ces outils, aussi bien à l’enregistrement qu’en post-production. Réciproquement, ils montrent comment ces outils ont induit de nouvelles interactions dans le processus de création. Se pose alors la question de l’analyse de ces procédés en musicologie, dès lors que de nouveaux paradigmes sonores sont introduits et touchent à l’identité même de sources comme la voix transformée, dénaturée, tout en préservant une force expressive et émotionnelle qui fait partie intégrante de l’œuvre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Vers une voix dénaturée
Processus créatif : au-delà d’un idéal de transparence
Écoute phonographique, écoute du sonore et analyse musicologique
Deux titres de Led Zeppelin
Quand la technologie s’empare de la création : le cas de « Whole Lotta Love »
Quand la technologie se voit détournée : le cas de « Hats Off To (Roy) Harper »
En conclusion

Aperçu du début du texte

Humainement, psychiquement, sociologiquement, la voix est un puissant médium émotionnel de communication. Son expressivité et sa faculté à être porteur de sens – le plus souvent de manière univoque – sont capitales pour l’existence humaine et la relation de chacun à autrui. En création musicale, il est usuel de dissocier la voix des instruments, comme pour souligner des spécificités qui feraient de la voix un instrument à part, tant dans l’écriture (la composition) et l’interprétation que pour ses fonctions et son potentiel expressif. Susurrée, parlée, déclamée, chantée ou criée, la voix se présente sous de multiples identités qui se sont considérablement étendues au xxe s. grâce à l’électrification des technologies et les savoir-faire qui en découlent. Les possibilités de transformation de la voix se sont démultipliées, empruntant des directions artistiques qui l’ont probablement rapprochée des instruments – sur le plan de la création et des pratiques –, plongeant parfois l’auditeu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Navarret et Jean-Marc Fontaine, « La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 87-107.

Référence électronique

Benoît Navarret et Jean-Marc Fontaine, « La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création », Volume ! [En ligne], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/7981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.7981

Haut de page

Auteurs

Benoît Navarret

Benoît Navarret est enseignant-chercheur à l’UFR Musique et Musicologie de Sorbonne Université. Il enseigne l’écoute critique en phonographie, les techniques d’enregistrement, l’acoustique musicale et l’organologie en lien avec les pratiques et la recherche dans le champ des musiques populaires phonographiques. Spécialiste de la guitare électrique, il a travaillé en tant que guide-conférencier et chercheur au Musée de la musique de Paris, mais aussi comme auteur de contenus pédagogiques pour la Cité de la musique. Il est par ailleurs journaliste-pigiste pour la presse française spécialisée en guitare.

Jean-Marc Fontaine

Jean-Marc Fontaine est ingénieur de recherche au ministère de la Culture et de la Communication, au sein de la Phonothèque puis du département Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), et dans le cadre universitaire de Paris 6. Il rejoint en 1986 le Laboratoire d’Acoustique Musique (devenu l’équipe de recherche « Lutheries-Acoustique-Musique » en 2007). Il y a conduit l’ensemble des travaux concernant la conservation des supports d’enregistrement, leur vieillissement et leur numérisation, l’étude de la restauration audio de sources dégradées et l’impact des opérations de remastering audio sur la production phonographique.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page