Skip to navigation – Site map
Styles, genres, techniques

La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création

Décryptage musicologique de l’interaction artiste-technologies-création par une écoute « studio » des enregistrements sonores
The Altered Voice and its Tricks. The Interactions Between Performers, Technologies and Creation in Led Zeppelin’s Recordings
Benoît Navarret and Jean-Marc Fontaine
p. 87-107

Abstracts

The study of “Whole Lotta Love” and “Hats Off To (Roy) Harper” by Led Zeppelin shows extended vocal sonic identities through the use of a variety of technical and technological tools in a late 1960s rock creation process. These songs illustrate how artists, sound engineers and producers have appropriated these tools, during both recording and post-production sessions. Conversely, they show how such tools have induced new interactions in the creative process. This raises the question of how musicology should analyse these processes, as new sound paradigms are introduced and affect the very identity of sources such as voices transformed and distorted voices, while preserving an expressive and emotional strength which is an integral part of the musical work.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2024.
Read it

Outline

Vers une voix dénaturée
Processus créatif : au-delà d’un idéal de transparence
Écoute phonographique, écoute du sonore et analyse musicologique
Deux titres de Led Zeppelin
Quand la technologie s’empare de la création : le cas de « Whole Lotta Love »
Quand la technologie se voit détournée : le cas de « Hats Off To (Roy) Harper »
En conclusion

Text / first lines

Humainement, psychiquement, sociologiquement, la voix est un puissant médium émotionnel de communication. Son expressivité et sa faculté à être porteur de sens – le plus souvent de manière univoque – sont capitales pour l’existence humaine et la relation de chacun à autrui. En création musicale, il est usuel de dissocier la voix des instruments, comme pour souligner des spécificités qui feraient de la voix un instrument à part, tant dans l’écriture (la composition) et l’interprétation que pour ses fonctions et son potentiel expressif. Susurrée, parlée, déclamée, chantée ou criée, la voix se présente sous de multiples identités qui se sont considérablement étendues au xxe s. grâce à l’électrification des technologies et les savoir-faire qui en découlent. Les possibilités de transformation de la voix se sont démultipliées, empruntant des directions artistiques qui l’ont probablement rapprochée des instruments – sur le plan de la création et des pratiques –, plongeant parfois l’auditeu...

Top of page

References

Bibliographical reference

Benoît Navarret and Jean-Marc Fontaine, « La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 87-107.

Electronic reference

Benoît Navarret and Jean-Marc Fontaine, « La Voix dénaturée : l’artifice comme moteur de la création », Volume ! [Online], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, Online since 01 January 2024, connection on 14 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/7981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.7981

Top of page

About the authors

Benoît Navarret

Benoît Navarret est enseignant-chercheur à l’UFR Musique et Musicologie de Sorbonne Université. Il enseigne l’écoute critique en phonographie, les techniques d’enregistrement, l’acoustique musicale et l’organologie en lien avec les pratiques et la recherche dans le champ des musiques populaires phonographiques. Spécialiste de la guitare électrique, il a travaillé en tant que guide-conférencier et chercheur au Musée de la musique de Paris, mais aussi comme auteur de contenus pédagogiques pour la Cité de la musique. Il est par ailleurs journaliste-pigiste pour la presse française spécialisée en guitare.

Jean-Marc Fontaine

Jean-Marc Fontaine est ingénieur de recherche au ministère de la Culture et de la Communication, au sein de la Phonothèque puis du département Audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BnF), et dans le cadre universitaire de Paris 6. Il rejoint en 1986 le Laboratoire d’Acoustique Musique (devenu l’équipe de recherche « Lutheries-Acoustique-Musique » en 2007). Il y a conduit l’ensemble des travaux concernant la conservation des supports d’enregistrement, leur vieillissement et leur numérisation, l’étude de la restauration audio de sources dégradées et l’impact des opérations de remastering audio sur la production phonographique.

Top of page

Copyright

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Top of page