Navigation – Plan du site
Aux limites du chant

Des vocalités « bestiales » ? Caractériser les voix bruitées du black metal

Bestial Vocalities? Characterizing Black Metal’s Noisy Voices
Bérenger Hainaut
p. 145-161

Résumés

Les voix du black metal et, de façon plus générale, du metal extreme sont souvent présentées comme des voix « bestiales » et « inhumaines ». Pourtant, au-delà de la dimension sémantique, comment décrire ces sonorités particulières ? Dans cet article, l’auteur s’attache à caractériser les sons vocaux du metal extrême d’un point de vue acoustique et musical, avant de proposer des éléments de distinction entre les voix du black et du death metal. Après une brève présentation du mécanisme vocal commun aux deux styles, il s’intéresse aux différences de hauteurs perçues, puis aux différences de timbres : sont étudiées successivement les couleurs de timbres, ainsi que la façon dont death metal et black metal conçoivent et intègrent le bruit acoustique dans leurs vocalités. De façon synthétique, les voix du black metal peuvent finalement être décrites comme des voix très bruitées au timbre clair, employées dans une tessiture relativement aigüe, et mettant parfois en œuvre un jeu de « voisement expressif ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Premiers éléments de description
La hauteur sonore
Le timbre vocal : couleurs de timbres
Le timbre vocal : analyse quantitative du bruit
Le timbre vocal : l’importance du voisement
Synthèse

Aperçu du début du texte

Dans l’introduction de sa thèse de doctorat, Serge Lacasse rappelle que « la voix est généralement reconnue comme la source sonore la plus importante pour les musiques populaires » : puisqu’elle constitue « la marque la plus profonde de l’humain », elle est habituellement « la source sonore avec laquelle la plupart des auditeurs s’identifient » (Lacasse, 2000 : 9–10). Précisément pour cette raison, on pourrait ajouter avec Richard Middleton que

« la distorsion technologique du son de la voix (à l’aide d’un vocodeur, par exemple) est bien plus troublante [pour l’auditeur] qu’un traitement similaire appliqué au jeu instrumental » (Middleton, 1990 : 262).

Or, c’est justement sur ce trouble que jouent les voix du black metal et si elles sont bien produites de façon naturelle – sans traitement du son –, ces voix – et, plus largement, les voix du metal extrême – ne sont généralement pas décrites comme des voix « humaines ». Dans le meilleur des cas, certains phoniatres ont pu les identifier à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérenger Hainaut, « Des vocalités « bestiales » ? Caractériser les voix bruitées du black metal », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 145-161.

Référence électronique

Bérenger Hainaut, « Des vocalités « bestiales » ? Caractériser les voix bruitées du black metal », Volume ! [En ligne], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/8008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8008

Haut de page

Auteur

Bérenger Hainaut

Bérenger Hainaut est conservateur des bibliothèques au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Après des études de musicologie à l’université Paris-Sorbonne, il est lauréat du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM-bfe en 2012. Depuis 2016, il est membre permanent de l’Institut de recherche en musicologie (Iremus, UMR 8223). En 2017, il a publié Le Style black metal (éditions Aedam Musicae), ouvrage s’intéressant aux musiques metal à travers une approche mêlant musicologie et sciences sociales. Il a dirigé en 2018 l’ouvrage Picasso et la danse (éditions de la BnF), catalogue de l’exposition dont il a par ailleurs été commissaire (Palais Garnier).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page