Navigation – Plan du site
Aux limites du chant

Quelques éléments de flow dans le rap français des débuts (1984-1991)

The Flow of Early French Rap (1984-1991)
Olivier Migliore et Nicolas Obin
p. 163-181

Résumés

Cette contribution présente une analyse musicale du flow dans cinq morceaux emblématiques de rap français des débuts. Trois éléments sont étudiés : le degré de synchronisation, le placement des syllabes accentuées et les pratiques prosodiques récurrentes. Fondée sur le contenu acoustique des enregistrements, cette étude sollicite des logiciels d’analyse du signal développés par l’Ircam tels que Audiosculpt et OpenMusic. Grâce à ces derniers, les données sont extraites, annotées et représentées, permettant la mise en lumière des nuances infimes de l’interprétation vocale dans les cinq morceaux choisis. Les spécificités d’articulation entre les paroles et le cadre métrique musical sont ainsi dévoilées, montrant que celles-ci sont défiantes envers les systèmes linguistiques et musicaux utilisés tout en s’inscrivant dans la continuité d’une prosodie musicale française plus traditionnelle.

Haut de page

Entrées d'index

Mots clés :

voix, rythme, analyse musicale

Géographique :

France

Chronologique :

1980-1989, 1990-1999

Genre musical :

rap / hip-hop
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Analyser le contenu audio : musique/voix
Présentation du corpus et de la chaîne de traitement
Corpus
Segmentations syllabiques et estimations du placement des temps
Annotations prosodiques
Représenter le flow
Quelques éléments de flow dans le rap français des débuts
Le degré de synchronisation entre la voix et les instruments
Positionnement des syllabes accentuées
Particularités prosodiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis son apparition, le rap interroge les présupposés méthodologiques des musicologues. En effet, l’absence de relations harmoniques et mélodiques entre la voix et les instruments, la vélocité des rythmes vocaux et l’absence de partition en font un objet musical résistant aux outils traditionnels de l’analyse musicale tels que la transcription ou l’analyse de la partition. De ce fait, les travaux existants se fondent davantage sur le texte (Rubin, 2004 ; Barret, 2008 ; Marc-Martinez, 2015), sur le contexte social dans lequel cette musique émerge (Pecqueux, 2008 ; Hammou, 2012 ; Guibert et al., 2004), sur sa dimension vocale selon des approches linguistiques (Daniela Rossi, 2012) et sur son esthétique (Béthune, 2004) que sur son matériau musico-littéraire.

Dans ce contexte, analyser le flow – conçu comme « toutes les caractéristiques rythmiques et articulatoires de la livraison des paroles par un rappeur » (Adams, 2009) – apparaît tout à fait approprié. Le terme de flow est par aill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Migliore et Nicolas Obin, « Quelques éléments de flow dans le rap français des débuts (1984-1991) », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 163-181.

Référence électronique

Olivier Migliore et Nicolas Obin, « Quelques éléments de flow dans le rap français des débuts (1984-1991) », Volume ! [En ligne], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/8086 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8086

Haut de page

Auteurs

Olivier Migliore

Olivier Migliore est docteur en musicologie et enseignant d’éducation musicale dans le secondaire. Ses recherches portent sur l’analyse de la voix et de la prosodie musicale des musiques vocales enregistrées. Il s’intéresse particulièrement aux méthodologies d’analyse (traditionnelles et computationnelles) de la voix et aux significations que peuvent recouvrir les choix interprétatifs des chanteurs, rappeurs ou slameurs au sein des œuvres enregistrées. Il est également co-fondateur de la revue des sciences humaines et sociales À l’épreuve et membre du projet ANR PIND (Punk Is Not Dead). Ses publications dévoilent une pratique interdisciplinaire sollicitant des savoirs en musicologie, en sciences informatiques, en linguistique et en sciences sociales.

Nicolas Obin

Nicolas Obin est maître de conférences à la Faculté des Sciences de Sorbonne Université et chercheur dans l’équipe Analyse et Synthèse des Sons à l’Ircam (STMS – Ircam/CNRS/Sorbonne Université) depuis 2013. Il a réalisé une thèse de doctorat sur la modélisation de la prosodie et du style pour la synthèse de la parole à partir du texte, pour laquelle il a obtenu le prix de thèse de la Fondation des Treilles en 2011. Il est chercheur en traitement du son, apprentissage machine, et modélisation statistique de signaux sonores spécialisé sur la voix. Son domaine de recherche principal est la modélisation générative de l’expressivité de la voix parlée et chantée, avec application à des domaines variés comme la synthèse vocale, les agents conversationnels, et la musicologie computationnelle. Il participe activement à la promotion des sciences et technologies numériques pour les arts, la culture, et le patrimoine. Il a notamment collaboré avec des artistes de renoms (Georges Aperghis, Philippe Manoury, Roman Polansky, Philippe Parreno, Éric Rohmer, André Dussolier), et a contribué à reconstituer la voix numérique de personnalités, à l’exemple de la synthèse de la voix d’André Dussolier (2011) des films Marilyn (P. Parreno, 2012) et du film documentaire Juger Pétain (R. Saada, 2014).

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page