Navigation – Plan du site
Aux limites du chant

Le human beatbox entre musique et parole : quelques indices acoustiques et physiologiques

Human Beatboxing, Between Music and Speech. Acoustic and Physiological Aspects
Claire Pillot-Loiseau, Lucie Garrigues, Didier Demolin, Thibaut Fux, Angélique Amelot et Lise Crevier-Buchman
p. 125-143

Résumés

Technique vocale impliquant l’appareil vocal pour imiter des instruments de musique ou des sons électroniques, le human beatbox est décrit acoustiquement et physiologiquement. Musicalement parlant, entre les trompettes bouchées, grosses caisses, charleston et caisses claires originales et imitées, les oscillogrammes, courbes mélodiques, spectrogrammes et pentes spectrales montrent plusieurs ressemblances. En outre, la notation des percussions utilisées par les beatboxeurs rend compte d’analogies entre celles-ci et certaines consonnes des langues du monde, analogies quantifiables par exemple par une intensité plus faible et une énergie plus concentrée dans le grave pour la grosse caisse que pour la caisse claire beatboxées, comme [p] et [t] respectivement. Nos analyses aérodynamiques ont montré que la production de percussions beatboxées s’apparentait à celle de consonnes éjectives pour la grosse caisse beatboxée (notamment fermeture des plis vocaux juste avant l’explosion), implosives pour la caisse claire (notamment flux d’air inhalé avant le bruit d’explosion), et de clics pour la charleston beatboxée (notamment débit d’air nasal décroissant puis croissant). Le larynx est sollicité comme vibrateur et articulateur ; ses composants sont utilisés de manière indépendante. Les lèvres et la langue participent également à la production de ces sons beatboxés, ainsi situés entre musique et parole.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Aspects musicaux du human beatbox : comparaison acoustique avec quelques instruments de musique
Trompette bouchée
Percussions
Synthèse
Liens entre le human beatbox et la parole
Notation
Soufflerie : analyse aérodynamique
Vibrateur : comportement laryngé (étude de cas)
Résonateurs
Lieu d’articulation des percussions : quantification acoustique
Analyse articulatoire
Synthèse
Conclusion

Aperçu du début du texte

Encore relativement peu documenté sur son histoire, le human beatbox, issu au départ d’une nouvelle branche du hip-hop, a été créé dans les années 1980 par des artistes new-yorkais comme Doug E. Fresh et Darren Robinson (Hess, 2007 ; Proctor et al., 2013). Le hip-hop, d’origine noire américaine, s’étant ensuite diffusé dans les années 1980, est ancré dans le milieu des banlieues urbaines. Ses disciplines comprennent notamment le rap et le djing. Selon Martino (2009), le human beatbox fait référence, comme l’ensemble de la culture hip-hop qui affiche une grande variété dans l’appropriation des contenus (Bazin, 1995), à différentes pratiques préexistantes, comme celle du scat. Le mode d’expression privilégié de cette technique vocale s’effectue au moyen de championnats dont le premier apparaît en 2005 au niveau mondial ; les beatboxers s’affrontent aussi lors de battles, confrontations organisées, où le gagnant est désigné, soit par un jury, soit par l’enthousiasme du public. Internet...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Pillot-Loiseau, Lucie Garrigues, Didier Demolin, Thibaut Fux, Angélique Amelot et Lise Crevier-Buchman, « Le human beatbox entre musique et parole : quelques indices acoustiques et physiologiques », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 125-143.

Référence électronique

Claire Pillot-Loiseau, Lucie Garrigues, Didier Demolin, Thibaut Fux, Angélique Amelot et Lise Crevier-Buchman, « Le human beatbox entre musique et parole : quelques indices acoustiques et physiologiques », Volume ! [En ligne], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/8121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8121

Haut de page

Auteurs

Claire Pillot-Loiseau

Claire Pillot-Loiseau est maître de Conférences en Phonétique depuis 11 ans, et orthophoniste spécialisée dans la rééducation des troubles de la voix parlée et chantée. Ancienne professeur de diction au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, elle enseigne la phonétique clinique et celle du Français Langue Etrangère. Elle a créé pour ses étudiants en master de phonétique et de linguistique un séminaire intitulé Langues, chant et musique pour réfléchir sur la complexité des liens entre parole, langage, chant et musique. Ses recherches concernent la description phonétique de la voix et de la parole de plusieurs techniques vocales chantées (chant lyrique, chant long mongol, Human Beatbox, doublement des consonnes dans la musique baroque française…), la description de la voix et des écarts de prononciation d’apprenants du Français Langue étrangère, et celle des voix et parole chez les patients atteints de dysphonies et dysarthries.

Lucie Garrigues

Orthophoniste depuis 2015, Lucie Garrigues a effectué son mémoire de fin d’études d’orthophonie sur le Human Beatbox sous la direction de Lise Crevier-Buchman et Claire Pillot-Loiseau. Elle a ensuite progressivement élargi son champ d'horizon. Après quelques remplacements, elle a suivi une formation professionnelle d'art dramatique. Depuis, elle a fondé l'association Bruitage, qui œuvre pour l'utilisation du théâtre dans l'appréhension des troubles du langage et de la communication. Elle a ainsi monté des ateliers de pratique théâtrale pour adolescents qui bégaient, adultes porteurs de la maladie de Parkinson ou encore classes d'inclusion Ulis collège. Parallèlement, elle évolue au sein de la compagnie Celui Qui Dit Qui Est, en collaboration avec l'artiste Jazzboy, et développe des projets hybrides personnels.

Didier Demolin

Didier Demolin est professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 (phonétique expérimentale, physiologique et acoustique), Laboratoire de phonétique et phonologie (LPP), UMR CNRS-7018; Directeur de l'ILPGA (Institut de Linguistique et de Phonétique Générales et Appliquées). Membre de l'Académie Royale Belge des Sciences d'Outre-Mer et de l'Académie Européenne 'The European Academy'. Ses recherches portent sur le développement de méthodes expérimentales en phonétique; le développement de la théorie quantale en phonétique et phonologie; la description de nouveaux phénomènes dans les systèmes phonétiques et phonologiques des langues du monde; la dynamique des systèmes phonologiques; l’évolution de la parole et du langage et sur des musiques d’Afrique et d’Amérique du sud en ethnomusicologie.

Thibaut Fux

Thibaut Fux est spécialisé dans le traitement du signal de la parole. Après un diplôme d’ingénieur systèmes et signaux à l’ENSISA, il entreprit une thèse, soutenue en 2012, sur le thème de l’analyse et la transformation de l’effort vocal perçu dans la voix au sein de l’Institut Franco-Allemand de recherches de Saint-Louis en collaboration avec le GIPSA-Lab/CNRS de Grenoble. Il effectue ensuite deux post-doctorats au sein du Laboratoire de Phonétique et de Phonologie de Paris sur les thèmes du traitement et de la synchronisation de signaux acoustiques et non-acoustiques pour diverses modalités de parole. Puis, il effectue un an de post-doctorat au LORIA/INRIA de Nancy sur l’amélioration des systèmes de reconnaissance automatique de la parole en milieu bruité. En 2015, il devint chercheur biomédical en audition au sein du service de santé des armées à l’IRBA. Ces domaines de compétences étaient la perception auditive de la distance, la spatialisation du son (le son 3D) ainsi que le développement de moyens d’essais (logiciels, laboratoires, méthodologies) pour évaluer et prévenir les pertes auditives cachées chez les militaires. Thibaut FUX s’est aujourd’hui éloigné du monde de la recherche et est à présent ingénieur d’études en informatique industrielle dans le secteur privé.

Angélique Amelot

Angélique Amelot est Ingénieur de Recherche en technique instrumentale au Laboratoire de Phonétique et de Phonologie/CNRS (LPP) de Paris depuis 2010. Après une thèse de Phonétique à l’Université paris 3 Sorbonne Nouvelle, soutenue en 2004, elle a obtenu un post-doc au Gipsa-Lab/CNRS de Grenoble où elle a contribué au développement d’instruments pour la prise de données acoustiques sur la nasalité. Puis un second post-doc à l’École Supérieur de Physique et Chimie de Paris où elle a travaillé sur l’exploitation de données articulatoires issues d’un échographe. Actuellement, elle contribue au développement d’instrumentations et méthodologies pour la prise de données et l’analyse des paramètres aérodynamiques en parole normale et pathologique.

Lise Crevier-Buchman

Lise Crevier-Buchman est ORL et phoniatre, responsable du laboratoire de voix, parole, déglutition à l'Hôpital Foch (Université UVSQ Paris-Saclay) et chargée de recherches au Laboratoire de phonétique et de phonologie, LPP, CNRS UMR7018, Université Paris-Sorbonne-Cité, Paris, France. Présidente du Comité de Phoniatrie de l'European Laryngological Society, elle est responsable scientifique de projets de recherche français et européens. En recherche, elle est responsable scientifique de projets de recherche français et européens et participe au développement d'une plateforme physiologique expérimentale multi-capteurs pour mieux comprendre la production de la parole dans différentes langues et explorer certaines techniques vocales telles que le chant long mongol et le Human Beatbox. Elle donne des cours à la faculté de médecine de Paris et supervise des étudiants en master et en doctorat. En clinique, son expérience et ses réalisations professionnelles ont fait d'elle une experte dans l'évaluation et la gestion des troubles de la voix et de la parole, de la dysphonie à la dysarthrie, ainsi que des troubles de la déglutition chez l'adulte.

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page