Navigation – Plan du site
Article varia

Mexican Blood, American Heart : l’entrepreneuriat de soi et le culte DIY des fans latinos de Morrissey à Los Angeles

Mexican Blood, American Heart: Self-Entrepreneurship, D.I.Y Cults and Morrissey’s Latino Fans in Los Angeles
Élodie Grossi
p. 225-241

Résumés

Cet article s’intéresse aux discours et pratiques des fans de Morrissey et des Smiths en Californie, à Los Angeles, qui sont majoritairement immigrants et descendants d’immigrants mexicains-américains de première et deuxième génération. En s’appuyant sur les résultats d’un questionnaire quantitatif dont les participants ont été recrutés sur la page « Moz Angeles » du réseau social Facebook, ainsi que sur des sessions d’observations participantes lors de concerts dans le comté de Los Angeles, et sur une enquête qualitative conduite entre juin et août 2016, on cherchera à mettre en relief les modalités de structuration de ce groupe de fans à Los Angeles. On s’intéressera aux discours des fans qui rationalisent leur attachement à l’artiste, ainsi qu’aux diverses fonctions qu’occupent la production et la consommation par les fans de produits dérivés locaux à l’effigie de Morrissey. L’article montre en quoi les fans latinos de Morrissey à Los Angeles livrent une ré-interprétation originale de leur idole : plutôt qu’un culte de fans orienté seulement vers la célébration de la personnalité et de la musique du chanteur, les fans organisent un marché local de production et de consommation d’artefacts DIY qui sont formulés sous l’angle de l’ethnicité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Travaux sur les fans, leurs discours et leurs pratiques
Les fans de Morrissey à Los Angeles : une typologie du groupe virtuel « Moz Angeles » sur Facebook
La variable de l’ethnicité
La fabrique de l’entre-soi
Les raisons de l’attachement des fans à Morrissey
La provocation comme forme d’émancipation
La stigmatisation ethno-raciale
S’approprier Morrissey : processus d’essentialisation culturelle et raciale
Les fonctions de la construction d’un marché local dédié à Morrissey
Première fonction : faire vivre sa passion par l’entrepreneuriat
Deuxième fonction : se créer un espace de créativité pour soi
Troisième fonction : le processus de création et de consommation offre aussi des possibilités de distinction
Quatrième fonction : fonction de culte pour les consommateurs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au fil des années, le groupe The Smiths formé à Manchester en 1982 a déployé une identité visuelle basée sur leur ville natale. Par ailleurs, le groupe aurait une identité musicale proprement « anglaise » si l’on s’en tient aux paroles de leurs chansons, notamment « Suffer Little Children », « The Headmaster Ritual » et « Rusholme Ruffians », qui font référence au contexte social anglais des années 1980 et plus directement à la ville de Manchester. Le groupe s'est également mis en scène lors de sessions photos prises dans les années 1980 à Manchester et sa banlieue, par exemple devant le Salford Lads’ Club, devenu maintenant un lieu de référence pour les fans du monde entier. Comme l’a remarqué Andrew Warnes, chercheur en études américaines, les photos de promotion des Smiths mettent en scène un groupe de Blancs issus de la classe ouvrière anglaise, dans une esthétique marquée du Nord de l’Angleterre (les briques, les rues pavées, les quartiers industriels), ce qui solidifie l’ancra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Grossi, « Mexican Blood, American Heart : l’entrepreneuriat de soi et le culte DIY des fans latinos de Morrissey à Los Angeles », Volume !, 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, 225-241.

Référence électronique

Élodie Grossi, « Mexican Blood, American Heart : l’entrepreneuriat de soi et le culte DIY des fans latinos de Morrissey à Los Angeles », Volume ! [En ligne], 16 : 2 / 17 : 1 | 2020, mis en ligne le 20 juin 2023, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/8177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8177

Haut de page

Auteur

Élodie Grossi

Élodie Grossi est MCF en études américaines au laboratoire CAS à l'université Toulouse - Jean Jaurès. Ses recherches portent sur l’histoire sociale et la sociologie de la médecine et de la notion de « race » aux États-Unis depuis le XIXe siècle et l’histoire des musiques populaires dans les espaces anglophones. Elle a notamment co-dirigé avec Paul Edwards et Paul Schor l’ouvrage Disorder – Histoire sociale des mouvements punk et post-punk (Mélanie Seteun - Presses du Réel, 2019).

Articles du même auteur

  • Disorder [Texte intégral]
    Histoire sociale des mouvements punk et post-punk
    Paru dans Volume !
Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page