Navigation – Plan du site

AccueilLa collection "Musique & Société"...« Plus que la musique… »

« Plus que la musique… »

Musiques, sociétés et politique, Caraïbes, États-Unis, Afrique du Sud
Denis-Constant Martin

Dédicace

Ouvrage publié avec le soutien de la Société française d’ethnomusicologie et du laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM)

Texte intégral

Présentation

1Une anthologie essentielle d’études sur la musique telle qu’elle est jouée et vécue à travers le monde, de la France aux États-Unis en passant par l’Afrique du Sud, qui souligne le rôle incontournable de Denis-Constant Martin dans la sociologie des musiques populaires. Questionnant depuis les années 1970 les musiques enregistrées et médiatisées en dépassant les catégories musicales instituées, marqués à la fois par la transversalité, la spécificité, mais aussi la pluralité des cas étudiés, sensibles à l’ethnographie aussi bien qu’à la sémiologie et aux rapports de pouvoir capitalistes ou postcoloniaux, les travaux de Denis-Constant Martin frappent par leur contemporanéité.

2Depuis la fin du XIXe siècle, la sociologie de la musique (dont Max Weber fut un pionnier) a voulu montrer que « la musique, c’est toujours plus que de la musique » ; que, « fait social total » (notion empruntée à Marcel Mauss), elle fait entendre un écho de la société dans laquelle elle est produite tout en influant sur sa vie collective. L’ethnomusicologie s’est ensuite attachée à rendre compte de la place et du rôle de la musique dans des sociétés où elle est transmise oralement, pour s’ouvrir plus récemment à toutes sortes de genres. Parallèlement, s’est développée une sociologie des musiques populaires qui a étudié, entre autres, les mécanismes de sa production et de sa diffusion, les paroles des chansons et ses significations sociales.

3Ce livre, qui se rattache à cette dernière discipline sans négliger les enseignements des précédentes, présente une conception de ce que la sociologie des musiques populaires peut apporter à la compréhension des phénomènes sociaux et politiques, Denis-Constant Martin retenant du structuralisme un refus méthodologique de choisir entre étude du contexte social et de la musique elle-même. Le livre propose en outre des études de cas, échelonnées dans le temps, réparties dans l’espace, qui abordent les questions de la créolisation des musiques dans des sociétés modelées par le colonialisme et envisage notamment les héritages de l’esclavage inscrits dans les genres populaires aux XXe et XXIe siècles, tout en illustrant certaines perspectives et méthodes. Ces études portent sur différents répertoires de musique sud-africaine, de musique antillaise, de musique afro-étatsunienne pour finir par une réflexion sur le phénomène de la world music.

4Rassemblant une collection de textes importants, rares ou indisponibles, parus dans des revues et des ouvrages collectifs souvent prestigieux, l’ouvrage contient un essai introductif inédit de l’auteur.

Informations

  • Collection « Musique et Société »

  • 28 €. Commander en ligne.

  • 22x14 cm (broché).

  • 522 p.

  • langue : français.

  • ISBN : 978-2-913169-61-6

  • EAN : 9782913169616

Commander

  • Distribution : les presses du réel. Commander.

Recensions

  • À venir.

Table des matières

Prélude

  • « Ça c’est d’la musique ! » Étudier les musiques « populaires »

Première partie : approches et méthodes

  • « “Le myosotis, et puis la rose…”, les “musiques de masse” : cadre d’analyse général et directions de recherche »

  • « “Tu seras mienne”, l’appropriation, α et ω de la création »

  • « “J’ai deux amours…”, l’ethnomusicologie et les musiques “populaires” »

  • « “Auprès de ma blonde…”, musique et identité »

  • « “Le temps des cerises” : comment analyser les rapports entre musique et politique ? »

Deuxième partie : musiques « populaires » et créolisation

  • « “Cape Town Is the Place for Me”, l’invention de musiques créoles au Cap (Afrique du Sud), xviie–xixe siècles »

  • « “We Shall Overcome”, l’héritage musical de l’esclavage : de la créolisation à la World music »

  • « “Black Is Beautiful”, la question de la création devant l’inexistence et la réalité de l’idée de “musique noire” »

Troisième partie : études de cas

  • « “Get Up, Stand Up”, reggae, rastafarisme et politique »

  • « “No Pan-Dey in the Party”, fusions musicales et divisions politiques à Trinité-et-Tobago »

  • « “Gwine to Ride Up in the Chariot”, humanisation et conscience de soi dans un spiritual afro-américain »

  • « “Our Kind of Jazz”, musique et identité en Afrique du Sud »

  • « “De La Rey, De La Rey Sal Jy Die Boere Kom Lei ?”, chanson, clip et représentations de la “nouvelle” Afrique du Sud chez les jeunes Afrikaners »

  • « “Rosa”, Nederlandsliedjies, reconstructions identitaires et conceptions du mélange au Cap (Afrique du Sud) »

  • « “Die Goema Dans”, emprunts mélodiques, pulsation créole et résilience, Le Cap (Afrique du Sud) »

  • « “We Are The World”, les “musiques du monde”, approches sociologiques et musicologiques »

Bibliographie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis-Constant Martin, « « Plus que la musique… » », Volume ! [En ligne], mis en ligne le , consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/volume/8401

Haut de page

Auteur

Denis-Constant Martin

Après avoir suivi des études de socio-anthropologie et de politologie, Denis-Constant Martin a effectué une carrière de chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques de 1968 à 2015. Il a consacré une grande partie de ses activités à étudier des phénomènes liés aux musiques populaires dans les Caraïbes, aux États-Unis, en Afrique et en France, en s’efforçant d’en tirer des enseignements théoriques et méthodologiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search