Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Médias et industries culturellesDu « bon » et du « mauvais » rap ...

Médias et industries culturelles

Du « bon » et du « mauvais » rap ? Les processus médiatiques de hiérarchisation artistique

“Good” vs. “Bad” Rap? How the Media Rank Artists
Marion Dalibert
p. 83-97

Résumés

Cet article s’intéresse à la médiatisation et aux processus de légitimation artistique du rap à l’œuvre dans la presse dite « de référence » (Le Figaro, Le Monde, Libération, Télérama) de 2000 à 2018. Il montre que, même si un processus de reconnaissance médiatique du rap a eu lieu progressivement, celui-ci est ambivalent car la presse est porteuse de hiérarchies entre types de rap, hiérarchies qui reposent sur des rapports de race et de classe. Il met en avant que la presse représente la scène rap comme étant sexiste, homophobe et narcissique, d’une part, en présentant les figures du rap « gangsta », « bling-bling » et « business » comme majoritaires et repoussoirs et, d’autre part, en qualifiant les rappeurs « respectables » comme étant des exceptions.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

2000-2009, 2010-2019

Genre musical :

rap / hip-hop
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

L’évolution de la visibilité médiatique du rap
Une scène rap présentée comme étant de plus en plus diversifiée
Les figures repoussoirs du « bling-bling » et du « gangsta rap »
Les exceptions « cultivées » et « respectueuses » du rap
Conclusion

Aperçu du texte

Les médias, en tant qu’intermédiaires culturels prescripteurs (Lizé, Naudier & Sofio, 2014), participent aux processus de légitimation artistique des productions musicales. Ils leurs distribuent de la « reconnaissance » (Honneth, 1992), à savoir de la valeur (en tant que qualité), par le biais de publicité et de représentations positives (Voirol, 2005a et b). Cette reconnaissance est cependant inégale : l’ensemble des biens artistiques n’est pas valorisé dans les discours qui circulent à l’intérieur du champ médiatique. Ce dernier est, en outre, hétérogène : toutes les revues, émissions télévisuelles et radiophoniques ne sont pas équivalentes eu égard aux qualités qu’elles accordent ou non aux biens culturels. Les médias généralistes et culturels dits «  de référence » (désormais « médias de référence »), à l’instar du Monde et de France Culture, ont la particularité de faire autorité auprès des acteurs sociaux et instances de pouvoir (Merrill, 2000). Ils déterminent et publicisent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Dalibert, « Du « bon » et du « mauvais » rap ? Les processus médiatiques de hiérarchisation artistique  »Volume !, 17 : 2 | 2020, 83-97.

Référence électronique

Marion Dalibert, « Du « bon » et du « mauvais » rap ? Les processus médiatiques de hiérarchisation artistique  »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8561

Haut de page

Auteur

Marion Dalibert

Marion Dalibert est maîtresse de conférences au département Culture de l’Université de Lille et au laboratoire GERiiCO. Son travail interroge les rapports de genre, de race et de classe qui se manifestent dans les médias et la manière dont ces rapports participent à la production du nationalisme. Elle a récemment dirigé avec Aurélia Lamy et Nelly Quemener le double numéro 47-48 « Conflictualités dans les espaces publics » de la revue Études de communication (2016, 2017) et, avec Sébastien Fevry et Marco Dell’Omodarme, le no 14 de la revue Poli – Politiques de l’image intitulé « Regards de classe » (2018).

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search