Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Médias et industries culturellesMesurer les processus d’(il)légit...

Médias et industries culturelles

Mesurer les processus d’(il)légitimation des musiques hip-hop en France

Méthodologie et premiers résultats d’une recherche en cours sur la période 1990-2019
Measuring the (de)Legitimization of Hip-Hop Music in France. Methodology and First Results of an Ongoing Research on the 1990-2019 Period
Karim Hammou et Marie Sonnette
p. 99-127

Résumés

Les processus de légitimation des champs artistiques sont une question classique de la sociologie de la culture largement investie dans les travaux sur la musique. Dans cet article, nous présentons les premiers pas d’une enquête en cours sur la légitimation des musiques rap et hip-hop, en exposant principalement son volet quantitatif. Alors que le genre rap manifestait jusque dans la première moitié des années 2010 des dynamiques de légitimation contradictoires, il semblerait qu’il bénéficie depuis la seconde moitié des années 2010 d’un processus de légitimation inachevé mais significatif. Pour arriver aux conclusions que nous présentons en fin d’article, nous exposons la construction d’indicateurs de légitimité médiatique (en saisissant l’évolution historique de la présence du rap à la télévision et à la radio) et professionnelle (en observant cette même évolution dans les prix et dispositifs d’accompagnement musicaux) puis nous les comparons aux données dont nous disposons sur l’évolution du marché de la musique enregistrée en France. Nous revenons en détail sur la démarche que nous avons suivie afin d’objectiver les catégorisations en genres musicaux des artistes en France, et de pouvoir opérer des comparaisons entre genre dans les instances de légitimation contemporaine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

1990-1999, 2000-2009, 2010-2019

Genre musical :

rap / hip-hop
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Mesurer l’évolution de la légitimité d’un genre musical populaire sans misérabilisme
Choisir des indicateurs de notoriété et de consécration du genre rap au sein des mondes professionnels de la culture
Les matinales culturelles de France Inter : la rhétorique de l’éclectisme éclairé
« Taratata » : la mise en scène de l’authenticité musicale par la performance live
Les prix musicaux et dispositifs d’accompagnement des jeunes artistes comme distinction professionnelle
Une enquête en deux volets : renseigner quantitativement l’évolution de la présence du hip-hop, examiner qualitativement sa réception et son traitement
Des instances de catégorisation génériques plurielles : comment objectiver le genre musical en sciences sociales ?
Premières constatations d’une augmentation du poids économique et des profits de légitimité des musiques hip-hop
Une bonne résistance face à la crise de l’industrie du disque
Des profits de notoriété en augmentation dans les médias généralistes pour certains artistes hip-hop et urbains
Hétérogénéité des prix musicaux : régime d’opinion commune vs. régime d’opinion experte
Conclusion : 40 ans plus tard, les musiques hip-hop sont-elles en voie de légitimation en France ?

Aperçu du texte

La légitimation des champs artistiques est une question classique de la sociologie de la culture. Depuis les travaux pionniers sur la bande-dessinée (Boltanski, 1975), la littérature (Bourdieu, 1992) ou les politiques culturelles (Dubois, 1993 ; 1999), cette question a fait l’objet d’un investissement particulier en ce qui concerne les mondes musicaux. Lorsqu’un objet musical commence à être considéré pour sa forme esthétique (qualité, innovation, histoire, etc.) et non plus pour ses seules fonctions sociales (divertissement, éducation, contrôle social, etc.), on observe qu’un processus de légitimation a débuté. C’est notamment ce que des travaux sociologiques sur le jazz ont examiné, en analysant les mécanismes qui conduisent à l’obtention de profits de légitimité par une diversité d’acteurs (artistes, publics, critiques, politiques, universitaires, etc.), permettant de voir le genre s’imposer comme forme artistique légitime (Coulangeon, 1999 ; Fabiani, 1986 ; Roueff, 2013).

En 2012...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Hammou et Marie Sonnette, « Mesurer les processus d’(il)légitimation des musiques hip-hop en France »Volume !, 17 : 2 | 2020, 99-127.

Référence électronique

Karim Hammou et Marie Sonnette, « Mesurer les processus d’(il)légitimation des musiques hip-hop en France »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8573

Haut de page

Auteurs

Karim Hammou

Karim Hammou est chargé de recherche CNRS au Cresppa-CSU (UMR 7217). Auteur du livre Une histoire du rap en France (La Découverte, 2012), ses recherches actuelles portent sur les logiques de catégorisations musicales, l’exploitation marchande des attributs minoritaires dans les industries culturelles et la socio-histoire des musiques hip-hop.

Articles du même auteur

Marie Sonnette

Marie Sonnette est maîtresse de conférences en sociologie à l’université d’Angers. Après une thèse sur les pratiques d’engagement politique des rappeurs au sein des mouvements sociaux, elle consacre maintenant ses travaux aux processus de légitimation des musiques hip-hop et rap ainsi qu’aux rapports de domination genre, classe, race dans le monde professionnel du rap.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search