Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Politiques publiquesUne légitimation non-linéaire du ...

Politiques publiques

Une légitimation non-linéaire du rap en banlieue rouge depuis 1990. Analyse de la construction sociale d’une légitimité et d’une illégitimité artistique locale

A Non-Linear Legitimization of Rap in the “Red Belt” Since 1990. The Social Construction of a Local Artistic (Il)Legitimacy
Pauline Clech
p. 129-146

Résumés

Cet article analyse la construction sociale de la légitimité et/ou de l’illégitimité du rap en banlieue populaire parisienne, marquée par une gestion communiste. Si, à l’échelle nationale, les industries culturelles et les politiques publiques ont systématiquement associé rap et banlieue populaire à partir des années 1990, alimentant l’illégitimité du rap et la stigmatisation de la banlieue, qu’en est-il dans cet « espace social localisé » ? Au tournant des années 1990, le rap est approprié par une partie de l’élite locale – la « bourgeoisie rouge » – en charge des politiques culturelles locales. Cette dernière, en s’appuyant sur un registre de légitimation artistique à visée universaliste, inscrit le genre dans la tradition des politiques publiques soutenant la création artistique contemporaine. Néanmoins, dès 1991, le rap connaît un processus d’illégitimation artistique locale. La « bourgeoisie rouge » se détourne de ce genre, tandis qu’il est soutenu par des intermédiaires culturels du champ des politiques sociales. Ces acteurs s’appuient sur un registre de légitimation artistique à visée particulariste, fixant le rap comme un art de banlieue fait par et pour une jeunesse locale populaire et racisée. À partir du milieu des années 2000, face à ce constat de l’illégitimité artistique du rap, quelques membres de la « bourgeoisie rouge » mènent à nouveau un travail de légitimation du rap, opérant cependant une sélection dans le rap soutenu.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1990-1991 : éphémère légitimation du rap par la « bourgeoisie rouge »
Un espace d’actives politiques culturelles et d’émergence d’une « bourgeoisie rouge »
Inscrire le rap dans la tradition des politiques culturelles soutenant la création artistique
Années 1990 : le rap, un art de banlieue soutenu par les politiques sociales locales
Une double réception du rap au sein de l’espace social localisé
L’affirmation d’un autre type d’intermédiaire culturel lié aux politiques sociales locales
20 ans après : continuités et ruptures dans la difficile légitimation du rap en banlieue rouge
Un ancrage durable du rap dans les politiques sociales de la banlieue rouge
Renouveau du travail de légitimation artistique du rap, un art populaire à visée universaliste

Aperçu du texte

Les travaux de Karim Hammou (2012) montrent la construction sociale de l’illégitimité artistique du rap à l’échelle nationale. Dans les années 1980, en France, le rap est promu comme une nouvelle forme artistique underground, par une partie des prescripteurs culturels (Nova, Actuel). Néanmoins, dans les années 1990, cette perspective devient marginale. Malgré un ancrage du rap au sein de larges fractions de la jeunesse française (Hammou & Molinero, 2020), dans le champ médiatique, politique et l’industrie du disque, ce genre devient systématiquement associé à la figure du « jeune de banlieue » et aux problèmes sociaux que cette figure cristallise (Hammou, 2015). Cette assignation a des effets sur la manière dont le rap est approprié par les politiques publiques : il n’est pas associé au champ des politiques culturelles, mais à celui des politiques sociales – et devient un levier d’action de la Politique de la Ville (Hammou, 2012 ; Lafargue de Grangeneuve, 2008).

Cet article propose d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Clech, « Une légitimation non-linéaire du rap en banlieue rouge depuis 1990. Analyse de la construction sociale d’une légitimité et d’une illégitimité artistique locale »Volume !, 17 : 2 | 2020, 129-146.

Référence électronique

Pauline Clech, « Une légitimation non-linéaire du rap en banlieue rouge depuis 1990. Analyse de la construction sociale d’une légitimité et d’une illégitimité artistique locale »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8581 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8581

Haut de page

Auteur

Pauline Clech

Pauline Clech est docteure en sociologie. Elle a soutenu une thèse portant sur une analyse conjointe des politiques culturelles et du changement social en banlieue rouge depuis les années 1960. Après avoir effectué une recherche post-doctorale au Chili portant sur l’immigration arabe et les ressorts sociaux d’une ascension sociale collective par l’argent dans ce pays, elle mène actuellement une recherche post-doctorale portant sur les colonies de vacances et leurs effets socialisateur sur la jeunesse.

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search