Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Politiques publiquesAcquérir une légitimité : défianc...

Politiques publiques

Acquérir une légitimité : défiance et promotion du Flow par les musiciens lillois du rap

Acquiring Legitimacy: How Rap Musicians in Lille Rejected and Appropriated the Cultural Equipment “Le Flow”
Vincent Becquet
p. 149-164

Résumés

À Lille, l’action publique locale à destination du rap a conduit à une expérience nouvelle par le biais d’un nouveau lieu exclusivement dédié aux pratiques du hip-hop : le « Flow ». Perçu au départ comme peu légitime par une partie des musiciens locaux du rap – hip-hop et mairie ne feraient pas bon ménage – ces derniers en viennent, au fil des saisons, à l’occuper massivement. Ce texte revient sur les conditions locales d’émergence du projet d’équipement qu’il faut alors lire dans la continuité des politiques publiques de régénération de la ville par la culture mises en place par la mairie de Lille. Il analyse ensuite les différents éléments qui permettent à l’équipement de s’installer durablement dans la scène locale du rap et d’acquérir progressivement une légitimité par une partie de ses détracteurs initiaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les particularités du contexte lillois
Une prise en charge politique du rap : du social au culturel
La logique équipementière : du prestige au populaire
Une première réception ambiguë de l’équipement
Un tissu associatif affaibli comme opportunité d’implantation
L’implication d’acteurs représentatifs dans l’organigramme de l’équipement
La construction progressive d’un équipement incontournable
Des offres attractives pour la captation des musiciens du rap
Points de vue en mutation : le rôle central du personnel d’équipement
Conclusion

Aperçu du texte

Le rap est devenu un objet des politiques publiques au début des années 1990 (Lafargue, 2008). Si sa pratique et son écoute n’ont jamais concerné exclusivement un public particulier (Molinero & Hammou, 2020), il est saisi par les acteurs de la toute jeune politique de la ville comme un « moyen de réaliser certains de ses objectifs tels que la sortie de la stigmatisation des banlieues » (Lafargue, 2008). Cette assignation aux quartiers populaires (Hammou, 2010) et son ancrage originel dans « une politique de discrimination positive territorialisée » (Kirszbaum, 2004) ont fait du rap un genre musical dont la valorisation s’est adossée à des vertus émancipatrices pour les jeunes des quartiers populaires. Soutenu partiellement, il reste cependant maintenu hors du droit commun, soit celui des politiques culturelles.

La décennie suivante, le rap reste affublé d’un statut particulier mais entre progressivement dans le giron du ministère de la culture et de la communication et dans celui des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Becquet, « Acquérir une légitimité : défiance et promotion du Flow par les musiciens lillois du rap »Volume !, 17 : 2 | 2020, 149-164.

Référence électronique

Vincent Becquet, « Acquérir une légitimité : défiance et promotion du Flow par les musiciens lillois du rap »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8593

Haut de page

Auteur

Vincent Becquet

Vincent Becquet est doctorant au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (UMR 8026) de Lille.

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search