Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Publics et espaces publicsLes formes de distinction parmi l...

Publics et espaces publics

Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap et de r‘n’b : d’une sociologie de la consommation à une sociologie de la réception

Distinction Among Young Rap and RnB Fans: From a Sociology of Consumption to a Sociology of Reception
Florence Eloy et Tomas Legon
p. 167-183

Résumés

Cet article a deux ambitions : observer le rap et le r‘n’b à travers le prisme du public adolescent des années 2000, et construire cette observation autant par une étude de la consommation (à l’aide de données quantitatives) que par une analyse des modes d’appréhensions mobilisés (via entretiens et observations). On se donne ainsi les moyens de vérifier dans quelle mesure les musiques hip-hop et leurs auditeurs sont pris dans des logiques « classiques » de légitimité culturelle, y compris chez les plus jeunes générations et pour ces genres musicaux associés au populaire. Notre approche permet également de s’intéresser aux « prises » (ou « déprises ») spécifiquement liées à ces esthétiques musicales et dont se saisissent plus ou moins les différents adolescents.
Suivant les dispositions culturelles intériorisées dans leur passé, les mêmes caractéristiques esthétiques peuvent constituer aussi bien des supports du goût que des « déprises » chez les différents auditeurs. En outre, nous montrerons que toutes les prises potentielles du rap et du r‘n’b ne bénéficient pas de la même légitimité culturelle au début des années 2010 en s’intéressant à la valeur symbolique attribuée par l’instance de légitimation que constitue l’École aux diverses franges de ces genres et à leurs différents modes d’écoute.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Les dynamiques relatives à l’âge, le sexe et l’origine sociale du goût pour le rap et le r‘n’b
Le rap et le r‘n’b, des genres caractéristiques du collège, entre effets d’âge et effet de génération
L’évolution des écarts de préférences pour le rap et r‘n’b selon le sexe dans un contexte de popularisation des deux genres musicaux
Au-delà des préférences déclarées : autant d’auditrices, mais moins engagées
Des appréhensions plurielles des musiques hip-hop
La domination d’un rapport éthique au rap et au r‘n’b
Les manières esthétiques de découvrir, évaluer et écouter caractéristiques des auditeurs dotés en capital culturel
L’approche esthétisante du rap : un rapport à la musique associé à des profits de légitimité et validé par l’institution scolaire
Conclusion

Aperçu du texte

Le rap constitue un genre musical qui a connu une trajectoire atypique au regard de celles observées pour d’autres courants relevant au départ des musiques populaires comme le jazz, le rock ou plus récemment l’électro. Ainsi, ce genre, loin de suivre un mouvement clair de légitimation, est, dans les années 2000, « plus populaire que jamais » comme le soulignent Karim Hammou et Stéphanie Molinero (2020) : par rapport aux années 1990, ses publics, bien que beaucoup plus nombreux, sont moins diversifiés socialement, se concentrant davantage parmi les classes populaires. La comparaison avec l’évolution socio-historique d’autres genres musicaux conduit à une autre surprise : alors que le public du rap s’est largement diversifié en âge depuis les années 1990 (époque où le goût pour le genre était presque exclusivement juvénile), ce sont bien, à la fin des années 2000, chez les plus jeunes que cette concentration dans les classes populaires est la plus nette.

C’est là tout l’intérêt de met...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Eloy et Tomas Legon, « Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap et de r‘n’b : d’une sociologie de la consommation à une sociologie de la réception »Volume !, 17 : 2 | 2020, 167-183.

Référence électronique

Florence Eloy et Tomas Legon, « Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap et de r‘n’b : d’une sociologie de la consommation à une sociologie de la réception »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8603 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8603

Haut de page

Auteurs

Florence Eloy

Florence Eloy est maîtresse de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et membre de l’équipe CIRCEFT-ESCOL. Ses travaux portent sur la médiation culturelle envers les enfants et les adolescents, envisagée au sens large comme toute la chaîne qui relie production et réception culturelle. Ils questionnent en particulier le rapport entre cultures enfantines et juvéniles et culture institutionnelle, ainsi que le renouvèlement des hiérarchies culturelles.

Tomas Legon

Tomas Legon est docteur en sociologie de l’EHESS. Il a particulièrement étudié la construction et l’actualisation de rapports à la culture chez les adolescent·es, leur manière de s’orienter dans les marchés culturels, ainsi que la façon dont les institutions publiques essaient de transformer ces rapports à la culture. Ses travaux s’intéressent plus globalement aux conditions sociales qui rendent plus ou moins possible pour les individus d’envisager certains modes de vie.

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search