Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Publics et espaces publicsFemmes et Queers : des publics su...

Publics et espaces publics

Femmes et Queers : des publics subalternes et cachés du rap français ?

Women and Queer People: French Rap’s Subaltern and Invisible Audiences?
Paulo Higgins
p. 129-146

Résumés

Publics impensés ou impensables du hip-hop en France, les femmes et les personnes queers souffrent d’une dévalorisation de leurs pratiques d’écoute du rap les conduisant à rester dans les marges des publics du hip-hop. Dans cette note de recherche, rendant compte des résultats de nos travaux de master 2, nous nous intéresserons aux difficultés pour les femmes et les queers à se qualifier d’amateur·ice du genre hip-hop ou de membre des publics du hip-hop. Nous examinerons comment la sortie en concert participe à définir le cadre d’un amateurisme légitime et trace les contours d’un entre-soi au sein duquel les femmes et les queers ont très peu de place, les poussant à développer leurs propres pratiques d’écoute et de découverte du hip-hop.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Femmes impensées et queers impensables
La présence en concert, archétype des difficultés des corps féminins et queers dans les espaces publics
Contournement, non-mixité et émancipation des corps
Conclusion

Aperçu du texte

Au sein de la littérature scientifique, la catégorie d’amateur a opéré un glissement d’une sociologie de la culture plutôt tournée vers les professionnels et décrivant parfois les publics en situation de réception passive vers une sociologie des amateurs (Hennion, 2004). Ce changement de focale permet de révéler bon nombre de pratiques culturelles, leurs implications sociales, et l’importance pour ces pratiques de développer des relations sociales entre pairs (Hennion, 2000 ; Lizé, 2009).

La notion de « public » a quant à elle été définie comme « un milieu (qui) engage un certain type de sociabilité et un minimum de stabilité […] et dispose d’une capacité de performance » (Dayan, 2000). Être constitué en public marque donc la volonté de procéder à une présentation de soi et de s’affirmer comme un ou une participante d’un milieu ou d’une activité. Pour qu’un groupe minoritaire se constitue en public il faut donc qu’il sache qu’il en est un et qu’il ait des possibilités d’actions et de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulo Higgins, « Femmes et Queers : des publics subalternes et cachés du rap français ? »Volume !, 17 : 2 | 2020, 129-146.

Référence électronique

Paulo Higgins, « Femmes et Queers : des publics subalternes et cachés du rap français ? »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8621 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8621

Haut de page

Auteur

Paulo Higgins

Paulo Higgins est un activiste trans qui a travaillé durant son master sur l’accès au qualificatif d’amateur de hip-hop chez les femmes et personnes queers. Il a participé au colloque « Conçues pour durer, perspectives francophones sur les musiques hip-hop » et est le cofondateur, avec la rappeuse WAKA, de l’association Baham ARTS qui organise des festivals autour des cultures, mémoires et luttes queers, trans et afrodescendantes dont le hip-hop est l’un des vecteurs et moyens d’expression important.

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search