Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros17 : 2Publics et espaces publicsPrésence et expérience du rap en ...

Publics et espaces publics

Présence et expérience du rap en public : banalité, trouble et disqualification morale

The Public Presence and Experience of Rap: Ordinariness, Public Disturbance and Moral Disqualifications
François Debruyne
p. 195-207

Résumés

Esquisser quelques pas de danse en étant embarqué dans la musique écoutée en solo, diffuser du rap dans le métro avec la fonction haut-parleur de son téléphone portable, faire vrombir les basses d’un titre dirty south au volant d’une voiture toutes fenêtres ouvertes, ou encore scander le refrain d’un egotrip un casque sur les oreilles, composent des situations devenues courantes, mais suscitent rarement l’indifférence. Cet article propose de s’intéresser à cette présence relativement ordinaire du rap dans notre vie quotidienne. Il focalise l’attention sur les formes de présence et d’écoute du rap dans les espaces publics urbains, en documentant, par l’ethnographie, trois pratiques manifestes : danser, rapper, diffuser du rap. Dès lors que ces pratiques se produisent en public et qu’elles troublent l’ambiance, elles ouvrent un potentiel de catégorisation sociale et de jugement moral particulièrement saillant dans les espaces urbains français.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Présence du rap dans la vie quotidienne : une banalisation inachevée
Expériences du rap (plus ou moins) partagées : indifférence et reconnaissance
Quand le rap brouille l’ambiance : du trouble à la disqualification morale
Expérience publique du rap : catégorisation sociale et retour au thème de la banlieue
Conclusion

Aperçu du texte

Nombreux sont les indices de la place prépondérante prise par le rap dans les cultures populaires et médiatiques, dans nos oreilles ou dans l’économie de la musique, comme ce numéro de Volume ! La revue des musiques populaires en fait plusieurs fois le constat. La présence relativement ordinaire du rap dans l’expérience des villes contemporaines pourrait être un indice supplémentaire de sa banalisation. L’hypothèse défendue ici est que ce processus de banalisation reste inachevé et que le rap ne laisse jamais vraiment indifférent. Cette relative banalité ouvre en effet un potentiel de publicité ambiguë : la présence du rap peut transformer une ambiance et transfigurer une situation, si bien que celles et ceux qui l’écoutent sont alors publiquement différenciés des autres participants à la situation ; cette dynamique de différenciation peut contribuer à partager une expérience du rap ; mais elle peut aussi agir comme processus de catégorisation sociale disqualifiante.

Le matériau ethn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Debruyne, « Présence et expérience du rap en public : banalité, trouble et disqualification morale »Volume !, 17 : 2 | 2020, 195-207.

Référence électronique

François Debruyne, « Présence et expérience du rap en public : banalité, trouble et disqualification morale »Volume ! [En ligne], 17 : 2 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/8641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.8641

Haut de page

Auteur

François Debruyne

Maître de conférences en sciences de la communication à l’université de Lille depuis 2004, François Debruyne est membre du laboratoire GERIICO, enseigne au sein du Département Culture, département interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, où il est responsable du Master Culture et Communication depuis 2006. Orientés par un tropisme ethnographique, ses travaux s’inscrivent dans la perspective d’une épistémologie des sciences sociales qui vise avant tout à rester au plus près des phénomènes réels en jeu. Ils portent sur les transformations contemporaines de l’expérience musicale et de l’expérience publique. Ses enquêtes ont jusqu’ici principalement concerné 4 thématiques : pratiques d’écoute ; musique et formes de vie publiques quotidiennes ; commerce de la musique, industries culturelles et (inter)médiations ; cultures musicales populaires.

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search