Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 1VariaApproches du sauvage : la formati...

Varia

Approches du sauvage : la formation du goût pour le metal extrême

Approaching Wild Sounds: the Formation of a Taste for Extreme Metal
Catherine Guesde
p. 137-148

Résumés

Cet article s’interroge, dans une perspective esthétique, sur la formation du goût pour le metal extrême : comment se développe l’appréciation pour ces musiques aux sonorités réputées difficiles (saturation, cri…) ? En articulant les emprunts à la sociologie de l’amateur et les outils de l’esthétique, cet article identifie les étapes et stratégies de la formation du goût pour le metal extrême, et cherche à qualifier ce parcours : initiation, domestication ?

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a reçu le prix « Jeune chercheur » décerné par la branche francophone d’Europe de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM-bfE) pour l’année 2019.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Le metal extrême : de la musicologie à l’esthétique
Expériences de l’excès
Approcher le sauvage
De la terreur à la réalité
Fils d’Ariane
Exposition progressive
Comprendre
Une initiation ?

Aperçu du texte

Le goût pour le metal extrême peut sembler paradoxal. De fait, ce goût se singularise comme minoritaire : si le metal est déjà un genre particulièrement clivant, le metal extrême, qui en radicalise l’esthétique, ne peut qu’accentuer ce clivage. De droit ensuite : le metal extrême met en avant des sonorités – cris, timbres abrasifs, saturation de l’espace sonore – que la tradition esthétique et musicale a longtemps rejetées aux marges de la musique, en raison de leur tendance à heurter les sens. Là où le heavy metal maintenait des liens avec le rock et dans le blues, le metal extrême rompt avec la mélodie et rend les structures de ses morceaux difficiles à appréhender, donnant davantage une impression de chaos sonore s’approchant du bruit. Comme le résume Keith Kahn-Harris :

« Les différences entre le metal extrême et d’autres formes de musiques populaires sont si prononcées que ceux qui ne sont pas des amateurs de musiques extrêmes peuvent ne pas discerner les différences internes à ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guesde, « Approches du sauvage : la formation du goût pour le metal extrême »Volume !, 18 : 1 | 2021, 137-148.

Référence électronique

Catherine Guesde, « Approches du sauvage : la formation du goût pour le metal extrême »Volume ! [En ligne], 18 : 1 | 2021, mis en ligne le 01 avril 2024, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/volume/9169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9169

Haut de page

Auteur

Catherine Guesde

Catherine Guesde, ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, est docteure en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, critique musicale et musicienne. Ses recherches portent sur l’écoute du metal extrême et de la noise ; elle a co-écrit The Most Beautiful Ugly Sound in the World : à l’écoute de la noise avec Pauline Nadrigny. Elle est membre du comité de rédaction de Volume ! La revue des musiques populaires, et de la revue en ligne La Vie des idées.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search