Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2DossierArticlesUne préhistoire des Popular Music...

Dossier
Articles

Une préhistoire des Popular Music Studies : fonder la folk music comme objet des sciences sociales dans les États-Unis des années 1930

A Prehistory of Popular Music Studies. Establishing Folk Music as an Object of Study of Social Sciences in 1930s United States
Yves Dorémieux et Camille Moreddu
p. 13-31

Résumés

Cet article retrace les évolutions épistémologiques des recherches sur les musiques dites folk aux États-Unis de la fin du xixe siècle au début des années 1940. Durant ce demi-siècle, la définition de la catégorie musicale de folk music évolue constamment. Elle passe de l’idée selon laquelle seules des musiques perçues comme totalement préservées de l’influence des cultures savantes et commerciales peuvent être folk (c’est à dire émanent du peuple) à une conception beaucoup plus large incluant notamment des répertoires qui relèvent des musiques de masse (musiques diffusées sur disques et à la radio et dont l’audience peut être internationale). Un projet de recherche consacré aux musiques de la région de San Francisco réalisé à la fin des années 1930, le California Folk Music Project, fournit un exemple des méthodes d’enquêtes et d’études des musiques les plus à la pointe à cette période. À partir de l’étude du California Folk Music Project nous proposerons une définition formelle des folk music studies, puis envisagerons la manière dont l’étude des folk music studies éclaire la question de la position accordée aux non-experts dans les popular music studies.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Genèse des études de folk music aux États-Unis
Institutionnalisation de la folk music et révolution des sciences de l’homme
Le California Folk Music Project : un projet de recherche fondamentale
Folk music studies et popular music studies
Conclusion

Aperçu du texte

La première légitimation de musiques définies comme populaires aussi bien comme objet esthétique que comme objet d’étude a été le fruit du travail des spécialistes de folk music. L’histoire disciplinaire que nous retracerons s’étend de la proto-industrie des broadsides au xviiie siècle à la publication par de grandes maisons de disques des matériaux collectés par les folkloristes dans les années 1930-1940. La préoccupation constante des spécialistes de folk music de préserver des répertoires en voie de disparition – disparition souvent associée, à tort ou à raison, aux activités de l’industrie de la musique – rendait ce champ d’étude initialement peu apte à traiter spécifiquement des musiques de diffusion de masse des xixe et xxe siècles. L’ethnographie d’urgence a en effet conduit les collecteurs de folk music à recueillir et enregistrer en priorité les chants et musiques transmis oralement et menacés de disparition plutôt que ceux immortalisés sur des feuilles de chant ou, plus ta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Dorémieux et Camille Moreddu, « Une préhistoire des Popular Music Studies : fonder la folk music comme objet des sciences sociales dans les États-Unis des années 1930 »Volume !, 18 : 2 | 2021, 13-31.

Référence électronique

Yves Dorémieux et Camille Moreddu, « Une préhistoire des Popular Music Studies : fonder la folk music comme objet des sciences sociales dans les États-Unis des années 1930 »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/9424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9424

Haut de page

Auteurs

Yves Dorémieux

Université de Paris X Nanterre
Yves Dorémieux s’est intéressé aux taxonomies vernaculaires catégorisant des objets labiles, d’abord en ethnogéographie mongole, puis plus récemment en musiques populaires du XXe siècle.

Articles du même auteur

Camille Moreddu

Université de Paris X Nanterre
Camille Moreddu est docteur en histoire contemporaine (Nanterre, 2018). Ses recherches portent sur les agents de la construction des catégories musicales de folk music de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle. Elle est actuellement (2021-2022) John B. Lovelace Fellow à la Library of Congress.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search