Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2DossierArticlesVers une étude citoyenne des musi...

Dossier
Articles

Vers une étude citoyenne des musiques populaires ?

Towards a Citizen Study of Popular Music?
Christophe Levaux
p. 85-97

Résumés

Plusieurs décennies après leur apparition, les popular music studies auraient-elles dérivé vers l’entre-soi et l’élitisme contre lequel elles s’étaient initialement érigées ? Auraient-elles manqué d’embrasser les musiques populaires dans leur ensemble, tout comme de s’adresser à des publics plus larges qu’aux seuls initiés, comme certains l’avaient d’abord espéré ? Auraient-elles par ailleurs concédé une part de terrain fertile à certaines initiatives privées ou à vocation universelle comme l’encyclopédie Wikipédia ? Face à ces critiques, formulées par certains au sein même du champ, la présente contribution vise à mesurer l’intérêt, pour les popular music studies, de s’inspirer du tournant épistémologique suscité par la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour et Michel Callon lorsque ceux-ci tentèrent, dès les années 1980, d’« ouvrir les boites noires » des faits scientifiques en vue d’en démystifier le contenu. Selon cette approche, faits et valeurs sont profondément interconnectés. Il s’agit alors d’imaginer de nouveaux dispositifs refusant les oppositions caduques entre savoir et pouvoir ou entre spécialistes et profanes, et d’ouvrir les sciences à la démocratie, notamment par le biais de la participation citoyenne.

Haut de page

Texte intégral

1Reportages, mémoires, collections ou encore commentaires de presse : bien que le projet d’étude des musiques populaires peut être retracé au moins jusqu’au xixe siècle (Middleton & Manuel, 2001), il faut attendre le dernier tiers du siècle suivant pour voir apparaitre les premières tentatives de fonder un champ d’étude qui leur soit entièrement consacré. En 1971, la revue Popular Music and Society est fondée à l’initiative de R. Serge Denisoff afin de donner aux musiques populaires leur « place méritée sur le plan de la compréhension et de la critique universitaire » (2). Dix ans plus tard, en 1981, le premier numéro de la revue Popular Music témoigne d’une ambition analogue : ses éditeurs, Richard Middleton et David Horn, visent à donner une « définition large » – aussi bien sur le plan historique, géographique que culturel – de la « musique des masses » de la société industrielle (1). En Europe et aux États-Unis, d’autres chercheurs comme Philip Tagg (1982), Simon Frith (1983), Antoine Hennion (1989) ou Peter Wicke (1990) parmi d’autres participent du même effort. Et si leurs définitions et approches des musiques populaires (qu’elles soient sociologiques, esthétiques, historiques ou sémiologiques) diffèrent, toutes s’accordent sur un même constat : il y a nécessité de développer des outils d’analyse sérieux (et souvent multidisciplinaires) en vue de mettre en lumière ces formes d’expression musicale mésestimées par l’institution scientifique et les élitismes de tous bords.

2En 2019, près de trente ans après la parution du premier numéro de Popular Music, Simon Frith, qui a participé au premier numéro de la revue (1981), reconnait rétrospectivement le succès massif de cette entreprise de créer un nouveau champ de recherche : « J’ai vu l’étude des musiques populaires naitre de nulle part, pour ainsi dire, s’établir progressivement, et devenir dans mon cas une initiative académique célébrée. » (2019 : 142) Philip Tagg en 2015, et d’autres avant lui (voir Cloonan, 2005), faisaient un constat analogue ; l’étude des musiques populaires s’est désormais creusé une place dans les départements des universités ; elle possède ses propres revues de haut rang international auprès d’éditeurs reconnus (Popular Music and Society chez Taylor and Francis, le Journal of Popular Music Studies aux University of California Press, Popular Music aux Cambridge University Press pour n’en citer que trois) ; elle a vu l’organisation de dizaines de colloques nationaux et internationaux, la publication de centaines de projets de recherche, de milliers d’ouvrages, et sa société savante, l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM), forme désormais un réseau mondial composé d’une quinzaine de branches locales. Succès franc : incontestable et incontesté.

3Pourtant, Frith, comme Tagg, ne manquent pas d’exprimer une série de doléances :

  • 1 Toutes les citations sont traduites en français par mes soins.

« À mes débuts, mon ambition n’était pas de faire de l’étude des musiques populaires un nouveau domaine de recherche, mais de transformer l’étude de la musique afin que les distinctions analytiques et pédagogiques entre la musique “haute” et “basse” n’aient plus de sens. L’étude des musiques populaires n’a pas évolué comme je le souhaitais. Elle a pris sa place dans l’institution universitaire, mais ce faisant, la combinaison espérée de sociologie, de musicologie et des études culturelles a été rompue. La musicologie populaire a été absorbée dans les départements de musique plutôt que de les transformer ; la sociologie de la musique est utilisée afin d’étayer les diplômes en musique “commerciale” ou “appliquée” ou la recherche financée par l’industrie. » (Frith, 2019 : 1541)

« Je crains que l’institutionnalisation de l’étude des musiques populaires au cours des trois dernières décennies n’ait été un cheval de Troie. Je veux dire que, bien que des progrès aient été réalisés, dans le sens où la musique de la majorité des humains peut maintenant être prise au sérieux en matière d’éducation et de recherche, je pense que nous, les spécialistes de la musique populaire, risquons de répéter des erreurs d’ethnocentrisme et d’élitisme que nous déplorons naturellement dans l’ancien système d'études musicales eurocentriques, mais dont nous semblons moins conscients dans notre propre domaine. En d’autres termes, je crains que nous ne construisions des barrières plutôt que des ponts. » (Tagg, 2015 : 2)

  • 2 Voir également Tagg, 1998 ; et Guibert, 2008 pour un éclairage sur la position de Tagg sur les popu (...)

« Il est clair qu'une sorte de canon musical est en formation tandis que les popular music studies sont institutionnalisées dans les départements des sciences sociales des universités anglophones. » (Ibid. : 92)

  • 3 Voir la recension de Rock Over the Edge (au sein duquel parait le texte de Grossberg) par Simon Fri (...)
  • 4 Des critiques sur la blanchité (« whiteness ») de la recherche en musicologie ont été formulées par (...)

4Ces critiques à l’endroit des popular music studies ne sont en réalité pas neuves : « ce n’est que lentement que les chercheurs commencent à se rendre compte que les musiques et les publics qui constituent la musique populaire sont beaucoup plus diversifiés et multiples que nous ne voulions l’admettre » écrivait Lawrence Grossberg dans ses « Reflections of a Disappointed Popular Music Scholar » en 2002 (32), à l’époque pourtant violemment critiqué par le même Simon Frith3. Les approches de type « scholar-fan » promues par Richard Middleton (1993) dans le champ des popular music studies ont parfois mené à une justification académique des goûts personnels, affirmait Julio Mendívil en 2013 (200). Sans même compter les reproches adressés aux popular music studies pour leur retard en matière de parité (voir Strong, 2015 ; Strong & Rush, 2018) ou sur le plan de la diversité culturelle et ethnique4.

5En préfaçant le premier numéro de Popular Music en 1981, Richard Middleton et David Horn manifestaient une ambition supplémentaire pour l’étude les musiques populaires : que celle-ci puisse instruire les « non-initiés » au sujet de la musique des « gens ordinaires » dans un « style accessible » (1). Tâche ardue s’il en est : dans Between Montmartre and the Mudd Club: Popular Music and the Avant-Garde, Bernard Gendron évoquait, en se basant sur le cas de la scène punk/new-wave new-yorkaise des années 1970, la défiance des musiciens et de leurs publics à l’égard de toute tentative d’explicitation (par principe intellectualisante) de leur travail (2002). Dans un même ordre d’idée, à la suite du premier colloque de l’IASPM de 1981, Philip Tagg faisait lui-même le récit savoureux de la parution d’une annonce dans le NME (New Musical Express), relatant la rencontre d’« hommes à barbes et lunettes » discutant « entre fromages et vins […] de questions aussi importantes que “Dieu, la moralité et le sens dans les chansons récentes de Bob Dylan” » (1982 : 37).

6L’idée selon laquelle les popular music studies auraient manqué d’embrasser tous les genres des musiques populaires peut toutefois se voir aisément nuancée. S’il s’est longtemps focalisé sur le rock, le champ d’étude a récemment fait la part belle au rap chinois, à la K-Pop coréenne, aussi bien qu’au heavy metal brésilien – il suffira de parcourir le sommaire récent de l’une des revues spécialisées citées plus haut pour le concéder. On admettra toutefois plus aisément que le champ d'étude s’est rarement adressé aux publics et acteurs-mêmes des musiques populaires. Allan Moore l’affirmait d’ailleurs lui-même en 2002 : « “la musicologie populaire” devrait être entendue comme l’étude musicologique des musiques populaires, plutôt que comme l’étude accessible de la musique » (2n2). Et de fait, la revue Popular Music, constituée d’un comité de rédaction exclusivement universitaire, ne spécifie plus le « public » auquel elle s’adresse sur sa page web hébergée par Cambridge University Press5. Nul auteur de monographie parue chez un éditeur international ne l’ignore d’ailleurs : c’est essentiellement au sein-même de l’institution universitaire que les ouvrages de recherche (aux prix parfois prohibitifs6) se voient distribués par les éditeurs. Quant aux lieux de rencontre où s’échange la recherche, les colloques, essentiellement localisés au sein des universités, nul n’ignore non plus qu’ils s’adressent au chercheur bien plus qu’au grand public. Aucune duplicité ici : à titre d’exemple, la 21st Biennial Conference of the International Association for the Study of Popular Music prévue à Daegu (Corée du Sud) en 2021, bien que visant à « fournir un endroit idéal [de discussion] pour les participants de différentes couleurs, sexes, ethnies », visera avant tout à rassembler les « universitaires et experts du monde entier7 ».

7Est-ce pour autant à dire que le « grand public », ou du moins le public non-institutionnel ne manifesterait que peu d’intérêt pour l’étude et la compréhension des musiques populaires ? Rien ne semble moins vrai : « Why music journalism is actually healthier than ever » titrait le Guardian en 2018 au sujet de l’efflorescence de la presse musicale de niche (Simpson, 2018). Le journalisme musical spécialisé semble en effet démentir l’éventuelle incuriosité des « gens ordinaires » pour un tel savoir. Car c’est une particularité de l’étude des musiques populaires que de rares disciplines scientifiques partagent : tandis que la biophysique, les neurosciences la psychologie, ou même l’étude des musiques savantes connaissent quelques parutions de « vulgarisation », ce sont des milliers de revues, d’ouvrages ou d’articles dédiés aux musiques populaires qui paraissent annuellement, et que l’on peinera presque dans certains cas à distinguer des travaux de recherche institutionnels. Ainsi, parmi les personnalités influentes du champ d’étude, figurent des essayistes ou journalistes tels que Robert Christgau (The Village Voice), Simon Reynolds (Spin, Rolling Stone, The New York Times) ou Greil Marcus (1998).

8Un outil – certes imparfait – peut d’ailleurs donner une idée de la vitalité de l’engagement des « non-professionnels » dans le savoir ayant trait aux musiques populaires : Wikipédia. L’encyclopédie participative donne en effet une série de données chiffrées quant à l’édition ou à la consultation de ses notices dédiées aux musiques populaires, soit plus de 25 000 articles8. À titre d’exemple, on notera au début de l’année 2021, que la quatrième page la plus consultée de celles consacrées à une personnalité sur la plateforme est la version anglaise de la notice consacrée à Michael Jackson (derrière Donald Trump, Barack Obama et Elizabeth II), qu’elle comptabilise 125 millions de vues au total, environ 7 000 contributeurs, une moyenne de 5 éditions par jour, près de 13 000 mots, et plus de 500 références bibliographiques9.

9Accusées par certains d’ethnocentrisme ou d’élitisme, les popular music studies auraient-elles dérivé, au fil de leur institutionnalisation, vers l’entre-soi contre lequel elles étaient initialement érigées ? Auraient-elles concédé une part de terrain fertile à certaines initiatives privées ou à vocation universelle comme Wikipédia ? Face à ces critiques, la présente contribution vise à mesurer l’intérêt, pour les popular music studies, de s’inspirer du tournant épistémologique suscité par la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour et Michel Callon lorsque ceux-ci tentèrent, dès les années 1980, d’« ouvrir les boites noires » des faits scientifiques en vue d’en démystifier les contenants et rouages. Selon cette approche, faits et valeurs – que la science moderne aurait tenté (en vain) de disjoindre – seraient profondément interconnectés. Il s’agit alors d’imaginer pour ces chercheurs de nouveaux dispositifs refusant les oppositions caduques entre savoir et pouvoir ou entre spécialistes et profanes, et d’ouvrir les sciences à la démocratie, par le biais de la participation citoyenne notamment.

10Pour ce faire, j’aborderai ici dans un premier temps le projet d’étude de la construction des faits scientifiques développée par Bruno Latour dès les années 1980 ; j’envisagerai par ailleurs son application successive dans le domaine de l’étude de la musique. Dans un deuxième temps, je considérerai le projet de démocratie technique de Bruno Latour (2004 [1999]), prolongé par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe en 2001. Sur cette base, il s’agira enfin de dégager de nouvelles pistes de recherche pour l’étude de la musique, et les popular music studies en particulier.

Démystifier « la musique »

11Champ d’étude fécond s’il en est, la théorie de l’acteur-réseau (ou sociologie de la traduction) a, au fil de ses quatre décennies d’existence, alimenté ou donné lieu à bon nombre d’approches variées ; à un point tel que l’étiquette ANT (pour Actor-Network Theory) est elle-même presque tombée en désuétude. On compte parmi ces développements la sociologie de la médiation (Hennion, 2017), le post-humanisme et les études sur l’anthropocène (Gemenne, 2019), les animal studies (Despret, 2019) ou encore le cyber- ou écoféminisme (Haraway, 2020). Au départ de ces approches, un même postulat : les « non-humains » (technologies, idées, animaux, etc.) sont des acteurs à part entière du monde social ; humains et non-humains participent ainsi de la construction d’un monde commun. Les implications de cette prémisse sont multiples et expliquent à n’en pas douter les divers chemins que prendra la théorie au fil des années. Mais dans un premier temps, elles se déploient dans l’étude des sciences et techniques.

12C’est dans la Science en action de Bruno Latour de 1989 que cette approche est la mieux explicitée. Les hommes vivent désormais dans un monde peuplé par les produits de la technique et par les résultats de la science, explique Latour. Néanmoins, faits et techniques apparaissent pour ces hommes telles des « boites noires », mystérieuses et insondables :

« Quant aux millions – ou aux milliards – de gens qui sont extérieurs à la science, ils ne la connaissent qu’à travers la vulgarisation. Les faits et les artefacts que les sciences produisent retombent sur leurs têtes comme un sort venu de l’extérieur, et qui reste aussi étranger, aussi inhumain, aussi imprévisible que l’était le fatum des Romains. » (Latour, 1989 : 51)

13Or, l’ouverture de ces boites noires – l’étude de la science dans son développement pratique – permet d’observer que la dichotomie séparant prétendument l’« humain » du « non-humain » est caduque. Loin de toute pensée ésotérique, les faits scientifiques sont pensés par Latour comme le résultat d’une construction socio-technique, un compromis sans cesse renouvelé entre l’homme et la nature. Il en va de même pour les techniques : fruits de luttes, de conciliations et de contingences où l’homme et l’artefact s’engagent dans un travail collectif. Ce faisant, Latour et ses collègues Madeleine Akrich, Michel Callon ou John Law s’opposent au « réductionnisme social » de la sociologie de la connaissance scientifique de David Bloor ou de Harry Collins, qui auraient donné un poids excessif aux causes sociales quant à l’explication des innovations scientifiques.

14Ouvrir les boites noires des faits et des techniques afin mettre au jour les associations hétérogènes d’acteurs humains et non-humains : dans l’étude de la musique, un tel projet va rapidement faire jour également. Antoine Hennion, associé de près au développement de la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour et Michel Callon au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’École des Mines de Paris, en prend la charge. Dans « Rameau et l’harmonie : comment avoir raison de la musique ? » (1987), Hennion pose les jalons d’une telle approche avec pour cas la dissonance « naturelle » de la septième. Cette dissonance, affirme Hennion, n’est ni une « découverte », ni la révélation de l’évidence cachée de la nature, mais une construction, un laborieux assemblage de compromis. C’est ce travail qui a contribué à produire la vérité de la réalité musicale ultérieure, non cette réalité qui peut juger a posteriori de la vérité de Rameau, explique Hennion. Les bases d’une approche musicale puisant à la sociologie des sciences sont posées. Dix ans plus tard, Hennion en aborde un autre pan : les idées, les théories, tout comme les artefacts sont le résultat d’une élaboration sociotechnique, mais ils sont également des médiateurs du monde social. L’approche se verra notamment développée dans le Music in Everyday Life de Tia DeNora mettant en lumière, à travers une enquête ethnographique, dans les classes d’aérobic ou des soirées karaoké, la manière dont, à travers la musique, des unions hétérogènes de personnes et de choses sont formées, interagissent et sont mutuellement structurantes (2000).

15Tandis qu’une série de chercheurs (Born, 1995 ; Piekut, 2011 ou Drott, 2013 parmi d’autres) poursuivent sur la voie ouverte par Hennion, le travail de « démystification » du fait musical trouve parallèlement son équivalent dans le domaine de l’organologie et des technologies musicales. Trevor Pinch, qui a oeuvré au développement de la sociologie de la connaissance scientifique avec Harry Collins opère un tournant de la physique à la musique en étudiant la construction socio-historique du synthétiseur Moog en 2002. Comme les faits musicaux, les instruments et technologies musicales, en dépit d’une sophistication apparente, s’avèrent des artefacts parfois excentriques, parfois à la limite de l’irrationnel (vi). Pinch ouvre la voie ; Karin Bijsterveld et Marten Schulp poursuivent (2004) et définissent de nouvelles perspectives pour l’organologie et les sound studies, axées sur les médiations scientifiques et technologiques de la musique (voir également Bates, 2012). In fine, tous partagent le même objectif : rompre avec les oppositions telles qu’objectivité versus subjectivité ou faits et machines versus humanité pour s’orienter vers une étude de la musique où humains, faits, artefacts, techniques, sons, répertoires et discours interagissent de concert.

Faire entrer les sciences (musicales) en démocratie

16Nous ne sommes jamais parvenus à appliquer le programme de la modernité qui postulait une indépendance du savoir par rapport au social ; par ailleurs, le « grand partage » du savant et du politique ne rend guère compte d’un monde où prolifèrent les objets « hybrides », n’appartenant ni exclusivement au monde scientifique ou technique, ni seulement au monde politique, culturel ou économique. Tel est le postulat de Nous n'avons jamais été modernes de Bruno Latour en 1991. Celui-ci est en outre la prémisse d’une autre démonstration, publiée quelques années plus tard, en 1999, dans Politiques de la nature : si l’opposition entre la réalité des faits de notre monde commun et les intérêts humains est caduque, il convient de réintégrer dans la réflexion sur nos démocraties des questions laissées jusqu’ici aux scientifiques, qui concernent pourtant la vie publique. En effet, ni l’écologie, ni la politique ne sont en mesure d’articuler les faits avec les valeurs ; la nature (souvent perçue comme « indiscutable ») avec la parole publique ; l’autorité (des sciences) avec la parole (politique). Impossible en effet d’opposer faits et valeurs, nature et politique, dans une affaire telle que, par exemple, celle de la vache folle dans les années 1990 où les protéines infectieuses provoquent des fermetures de frontières et les consommateurs se mettent à déconstruire le mythe d’une viande rouge saine et naturelle (Hert, 2002). Impossible de la même manière, à l’heure où ces lignes sont écrites, d’opposer faits et valeurs, nature et politique, dans une crise politico-sanitaire de l’ampleur de la pandémie de Covid-19.

17Politiques de la nature ne propose pas ou peu de pistes pratiques sur la (re)construction du monde commun dessiné par Latour. Cette tâche sera deux ans plus tard le fait de Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe dans Agir dans un monde incertain (2001). Observant la multiplication des controverses et inquiétudes mettant en cause le monopole des experts sur l’orientation des décisions politiques relatives aux questions technologiques (OGM, déchets radioactifs ou ondes électromagnétiques), analysant les nouvelles relations entre pouvoir et savoir qui émergent de ce débat, les auteurs visent à tracer les contours d’une « démocratie technique ». Au sein de celle-ci, spécialistes et profanes, citoyens ordinaires et professionnels de la politique entrent en dialogue. Ils font l’apprentissage du débat collectif ; de forums hybrides « où se discutent les orientations à donner à la recherche et les modalités d’application des résultats obtenus » (26).

  • 10 Dans le domaine de l’écologie ou de la conservation de la biodiversité par exemple (Arpin et al., 2 (...)

18Dans la foulée du travail de Latour, Callon, Lascoumes ou Barthe, le modèle des sciences participatives ou citoyennes connait une série de développements au fil des années 2000 et 201010. Ce modèle, toutefois, puise ses racines dans une tradition bien plus ancienne, celle des sociétés savantes et d’érudits depuis le xixe siècle, lorsque « monsieur tout le monde » contribuait à la collection ou à l’élaboration de données à caractère scientifique. À l’époque, Charles Darwin établissait de cruciales observations pour les sciences naturelles sans affiliation académique d’aucune sorte (il avait interrompu un cursus en théologie après un autre en médecine), tandis que les frères Grimm, juristes, faisaient de même pour la linguistique et la philologie. Ainsi la citizen science pourrait-elle apparaitre comme la dernière mouture d’une formule ancestrale ; certes relevée d’accents de participation politique (voir Bacqué & Sintomer, 2011).

  • 11 Voir http://pind.univ-tours.fr

19Divers programmes imprègnent les sciences citoyennes : ceux, initiés par des scientifiques, faisant appel aux volontaires (spécialistes, amateurs ou néophytes du domaine concerné) en vue de collecter des données ; ceux d'initiative citoyenne auxquels des scientifiques sont associés et intégrés ; ceux d’emblée coconstruits entre scientifiques et citoyens intéressés par un même sujet d’étude. Dans le domaine de l’étude de la musique, les projets relèvent généralement de la première catégorie : un projet conviera des participants en vue d’identifier ce qui rend un morceau inoubliable en vue d’avancer la rechercher sur la maladie d’Alzheimer (Suresh, 2013) ; un autre demandera à des volontaires décrire les couvertures de partitions victoriennes afin d’en étudier les fonctions sociales (Brauer, 2018) ; un autre encore convie des auditeurs dans le cadre d’un quizz sonore permettant d’avancer la recherche sur la compréhension de la musique par l’esprit humain (Reuell, 2019). En France, le projet PIND (Punk Is Not Dead) vise à écrire une histoire de la scène punk en France qui fait appel à des artistes ou activistes issus de la scène punk11.

20À vocation plus participative encore, ce projet d’Alexis Kallio, Navigating (Un)popular Music in the Classroom (2015) visant à considérer les tensions dans les salles de classes de musique entre élèves et enseignants, notamment sur le plan de la légitimation et de l’exclusion de certains répertoires populaires. À travers le dialogue entre enseignants et entre élèves, ce projet conçoit alors ces moments de friction, non pas comme des obstacles mais comme des ressources pour des pratiques démocratiques et inclusives dans l’éducation musicale.

Wikipédia, entre aubaine et dangers

21On l’évoquait ici plus haut : il est une interface web qui, depuis 2001, s’illustre par sa conception participative du savoir : Wikipédia. Classée en sixième place parmi les sites les plus consultés, l’encyclopédie est la plus importante fondation culturelle et le plus large corpus de référence libre et collaboratif (Chiriac, 2015 : 161). Après seulement vingt années d’existence, elle comptabilise plus de six millions d’articles écrits en plus de 300 langues et édités par près de 95 millions d’utilisateurs enregistrés (dont 350 000 sont actifs). 30 % de ces articles sont consacrés à la culture et aux arts12. Chacun d’entre eux, créés et édités par des utilisateurs lambda, experts ou profanes, peuvent être débattus et administrés par tout un chacun, moyennant une série de normes d’édition et de sourçage (afin notamment d’éviter les contenus à caractère publicitaire). L’encyclopédie, gratuite, populaire et ergonomique, ne remplace certes pas la recherche et ses propres canaux de diffusion. Pourtant, largement documentée et surtout éminemment documentable, elle s’avère un espace fertile à l’expérimentation du savoir participatif.

22Dans l’esprit de Callon et al. (2001 : 249-323), pourrait-on concevoir l’interface comme le lieu d’un dialogue entre spécialistes et profanes où l’expert, plutôt qu’indiquer ou prescrire, accompagne ou administre la recherche, ou certains pans de celle-ci ? Comme dans d’autres universités, une telle expérience est mise en œuvre au sein du séminaire de musicologie de l’Université de Liège depuis 2017, dans le cadre du cours de « Répertoire, interprétation, discographie » de Christophe Pirenne où les étudiants participent au travail de documentation des lieder de Schubert13. En 2021, dans le cadre d’un cours d’économies et d’administrations de la musique, il s’est agi pour ma part, dans cette visée participative, de produire une étude de l’« Impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur musical belge ». Dix étudiants travaillaient alors de concert sur un article fouillé illustrant l’historique de la crise dans le secteur musical, donnant un aperçu des mesures sanitaires, de leurs conséquences chiffrées ou relatant encore l’activisme ayant trait aux musiques vivantes lors de la pandémie. L’expérience présentait de nombreuses qualités : elle permettait de sensibiliser les étudiants à la fiabilité des données scientifiques, à l’importance de la citation et à la qualité générale du texte. Par ailleurs, grâce l’historique des éditions de l’interface, chaque contribution pouvait être évaluée avec justesse, en minimisant le risque de plagiat. Sans compter le sentiment d’utilité qu’une telle entreprise de construction du savoir accessible à tous pouvait procurer aux étudiants (voir Chiriac, 2015 : 161-162 à ce sujet). En outre, moins d’un mois après sa publication, l’article, bien que particulièrement spécifique, rassemble deux fois plus de contributeurs et totalise près de 500 vues individuelles14. Ainsi pourrait-on conclure à l’instar de certains (Farzan & Kraut, 2013) : c’est en marge des universités, en dépit des résistances initiales de celles-ci (Konieczny, 2012) et avec un succès sans cesse croissant que le savoir participatif se développe. Ce faisant, aux universitaires de prendre le train en marche et de contribuer à l’initiative, ce à quoi Wikipédia d’ailleurs les exhorte largement (Chiriac, 2015 : 161-163).

23Telle pourrait être notre conclusion, si celle-ci ne faisait pas émerger une série de nouvelles interrogations. On passera outre ici la critique de l’expertise « menacée », et on se départira des postures clivantes en se penchant toutefois sur une série de biais. Ceux-ci sont en effet bien présents. À titre d’exemple, plus un article de l’encyclopédie est spécialisé, moins il comporte d’éditeurs ; en outre, la plupart des articles sont modelés par une poignée de contributeurs principaux, tandis que la plupart se limitent à quelques modifications mineures (Chiriac, 2015 : 160). Et de fait, notre expérience participative confirme cet état de fait : une fois mise en ligne et édité par les étudiants, tandis le nombre d’éditeurs augmente largement, ces derniers se bornent à quelques remarques de forme, parfois rigides (ainsi qu’en atteste l’historique des éditions), laissant toutefois une liberté de fond presque totale aux créateurs de l’article.

24Presque totale en effet, car la marge de manoeuvre des éditeurs de l’encyclopédie est soumise à un cadre épistémologique préexistant : la « neutralité de point de vue » et la seule mobilisation des « sources faisant autorité15 ». Outre les questionnements évidents que ne manque pas de susciter une telle approche (quid, par exemple, des controverses ouvertes ayant trait au dérèglement climatique ? Pour éviter le sujet plus qu’épineux de la pandémie de Covid-19, relatée quasi instantanément avec les écueils que l’on imagine), celle-ci prend le parti évident d’une science, qui, si elle ne ressort pas du positivisme, s’avère pour le moins traditionaliste. Une conception de la science face à laquelle de nombreux partisans de la théorie de l’acteur-réseau et de la citizen science se sont précisément opposés au fil des dernières années. « Par définition, l’encyclopédie est une compilation des données factuelles, et non des articles analytiques » (Chiriac, 2015 : 164). Dont acte.

25La marge de manœuvre laissée aux utilisateurs pour développer en communauté le savoir est ainsi limitée. Comment alors dans le cadre de l’enquête menée plus haut proposer interprétations ou même commentaires inédits, notamment en matière de données non publiées par les institutions d’emploi ou de chômage ? Comment par ailleurs faire intervenir la voix des musiciens, organisateurs de concerts, militants ou autres afin de la rendre audible ? Nulle solution n’est proposée par l’interface : « Elle n’est pas destinée à servir de lieu de publication pour les travaux inédits, dits aussi recherches personnelles16. » À terme, l’on ne peut ainsi que donner raison à Emanuela Chiriac : le rapprochement de Wikipédia, des universités et des chercheurs risque certes de décevoir (2015 : 164).

Quelles perspectives ?

26Les spécialistes des musiques populaires risquent de répéter les erreurs d’ethnocentrisme et d’élitisme qu’ils déploraient dans l’ancien système d'études musicales eurocentriques ; ils construiraient des barrières plutôt que des ponts, écrivait Philip Tagg en 2015 (2). Or, face à l’opportunité, voire au remède, qu’offrirait le savoir participatif, les mêmes chercheurs ont concédé un terrain gigantesque à Wikipédia ; une encyclopédie dont les principes fondateurs relèvent in fine peu de la science citoyenne à proprement parler, et s’apparentent plutôt à la collation et au collage d’une recherche déjà établie par les experts, qu’il s’agisse ici de chercheurs ou de journalistes. Rien de neuf sous le soleil donc, malgré les milliers d’articles de Wikipédia publiés sur les musiques populaires ; ceux-ci font une somme (certes utile) des savoirs, mais ne le produisent pas. Lorsque les popular music studies se constituaient à la croisée des années 1970-1980, le nouveau champ faisait date dans le paysage des sciences humaines et en particulier dans l’étude de l’art en s’ouvrant aux formes d’expression non-élitistes. Près d’un demi-siècle plus tard, à l’époque de la digitalisation du savoir, de la multiplication des projets online et open access, en s’inspirant aussi bien des travaux de citizen science que de Wikipédia, les popular music studies, celles-ci qui rassemblent tant d’amateurs qu’ils soient professionnels ou non, pourraient avoir un nouveau coup à jouer.

Haut de page

Bibliographie

Isabelle Arpin, Florian Charvolin & Agnès Fortier (2015), « Les inventaires naturalistes : des pratiques aux modes de gouvernement », Études rurales, no 195, p. 11-26.

Bacqué Marie-Hélène & Sintomer Yves (2011), La démocratie participative. Histoire et généalogie, Paris, Éditions La Découverte.

Bates Eliot (2012), « The Social Life of Musical Instruments », Ethnomusicology, no 56.

Bijsterveld Karin & Marten Schulp (2004), « Breaking into a World of Perfection : Innovation in Today’s Classical Musical Instruments », Social Studies of Science, vol. 34, no 5, p. 649–74.

Born Georgina (1995), Rationalizing Culture : IRCAM, Boulez, and the Institutionalization of the Musical Avant-Garde, Berkeley, University of California Press.

Brauer Michael (2018), Opportunities and limitations of citizen science in the humanities. Austrian Citizen Science Conference, University of Salzburg, Autriche, février 01–03, https://klf.univie.ac.at/fileadmin/user_upload/p_klf/Proceedings_OECSK2018.pdf.

Browne Ray B. (1971), « Foreword », Popular Music and Society, vol. 1, no 1, p. 2.

Buranyi Stephen (2017), « Is the Staggeringly Profitable Business of Scientific Publishing Bad for Science ? », The Guardian, 27 juin, en ligne : https://www.theguardian.com/science/2017/jun/27/profitable-business-scientific-publishing-bad-for-science [consulté le 16 novembre 2020].

Callon Michel, Lascoumes Pierre & Barthe Yannick (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Chiriac Emmanuela (2015), « Wikipédia, la chimère du savoir libre », Documentation et bibliothèques, vol. 61, no 4, p. 159–166.

Cloonan Martin (2005), « What Is Popular Music Studies ? Some Observations », British Journal of Music Education, vol. 22, no 1, p. 77-93.

DeNora Tia (2000), Music in Everyday Life, Cambridge, Cambridge University Press.

Despret Vinciane (2019), Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud.

Drott Eric (2013), « The End(s) of Genre », Journal of Music Theory, 57-(1), p. 1–45.

Ewell Philip A. (2020), « Music Theory and the White Racial Frame », Music Theory Online, 26/2.

Farzan Rosta & Kraut Robert E. (2013), « Wikipédia Classroom Experiment : Bidirectional Benefits of Students’ Engagement in Online Production Communities », in Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems (CHI’13), New York (NY), Association for Computing Machinery, p. 783–792.

Fortier Agnès (2009), « La conservation de la biodiversité », Études rurales, no 183, p. 129-142.

Frith Simon (1981), « “The Magic That Can Set You Free” : The Ideology of Folk and the Myth of the Rock Community », Popular Music, vol. 1, p. 159-68.

Frith Simon (1983), Sound Effects : Youth, Leisure, and the Politics of Rock, Londres, Constable.

Frith Simon (2004), « Essay Review. Reasons to Be Cheerful », Popular Music, vol 23, no 3, p. 363-372.

Frith Simon (2019), « Remembrance of Things Past : Marxism and the Study of Popular Music », Twentieth-Century Music, vol. 16, no 1, p. 141–55.

Gemenne François (2019), Atlas de l’anthropocène, Paris, Presses de Sciences Po.

Gendron Bernard (2002), Between Montmartre and the Mudd Club : Popular Music and the Avant- Garde, Chicago, University of Chicago Press.

Grenier Line, Kassabian Anahid, Brackett David & Straw Will (1999), « Roundtable : The Future of Popular Music Studies », Journal of Popular Music Studies, no 11-12, p. 151-166.

Grossberg Lawrence (2002), « Reflections of a Disappointed Popular Music Scholar », in Beebe Roger, Fulbrook Denise & Saunders Ben (eds.), Rock Over the Edge. Transformations in Popular Music Culture, Durham & Londres, Duke University Press.

Guibert Gérome (2008), « De l’originalité du travail de Philip Tagg, pionnier des popular music studies », Volume ! La revue des musiques populaires, vol. 6, no 1-2, p. 162-167.

Haraway Donna (2020), Vivre avec le trouble, Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire.

Hennion Antoine (1987), « Rameau et l’harmonie : comment avoir raison de la musique ? », in de La Gorce Jérôme (ed.), Jean-Philippe Rameau, Paris-Genève, Champion-Slatkine, p. 393-405.

Hennion Antoine (1989), « An Intermediary between Production and Consumption : The Producer of Popular Music », Science, Technology, & Human Values, vol. 14, no 4, p. 400-424.

Hennion Antoine (1997), « Baroque and Rock : Music, Mediators and Musical Taste », Poetics, vol. 24, no 6, p. 415-435.

Hennion Antoine (2013), « D’une sociologie de la médiation à une pragmatique des attachements », SociologieS, Théories et recherches, mis en ligne le 25 juin 2013 [consulté le 17 novembre 2020] : http://journals.openedition.org/sociologies/4353.

Philippe Hert (2002), « Bruno Latour, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie », Questions de communication, no 1, p. 1-3.

Kallio Alexis (2015), Navigating (Un)popular Music in the Classroom. Censure and Censorship in an Inclusive, Democratic Music Education, Helsinki, Ungrafia.

Konieczny Piotr (2012), « Wikis and Wikipédia as a Teaching Tool : Five Years Later », First Monday, vol. 17, no 9.

Latour Bruno (1989), La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (2012), Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (2004 [1999]), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Mather Olivia Carter (2017), « Race in Country Music Scholarship », in Travis D. Stimeling (ed.), The Oxford Handbook of Country Music, Oxford, Oxford University Press.

Marcus Greil (1998), Lipstick Traces. Une histoire secrète du vingtième siècle, Paris, Allia.

Mendívil Julio (2013), The Use of Ethnography. On the Contribution of Ethnomusicology to Popular Music Studies, in Grupe Gerd (ed.), Ethnomusicology and Popular Music Studies, Aachen, Shaker Verlag, p. 197-219.

Middleton Richard (1971), « The Musical Significance of Pop », Contact, no 1, p. 10–13.

Middleton Richard (1993), « Popular Music Analysis and Musicology : Bridging the Gap », Popular Music, vol. 12, no 2, p. 177–190.

Middelton Richard & David Horn (1981), « Preface », Popular Music, no 1, p. 1-2.

Middleton Richard & Peter Manuel (2001), « Popular music », Grove Music Online, en ligne : https://www.oxfordmusiconline.com/grovemusic/view/10.1093/gmo/9781561592630.001.0001/omo-9781561592630-e-0000043179 [consulté le 13 novembre 2020].

Moore Allan F. (ed.) (2002), Analyzing Popular Music, Cambridge, Cambridge University Press.

Piekut Benjamin (2011), Experimentalism Otherwise : The New York Avant-Garde and Its Limits, University Berkeley of Califormia Press.

Reuell Peter (2019), Playing Our Song, en ligne : https://news.harvard.edu/gazette/story/2019/09/online-music-lab-studies-questions-of-melody-and-humanity/.

Simpson Dave (2018), « What crisis ? Why Music Journalism is Actually Healthier Than Ever », The Guardian, 24 octobre, en ligne : https://www.theguardian.com/music/2018/oct/24/the-crisis-in-music-journalism [consulté le 16 novembre 2020].

Suresh Arvind (2013), Hooked – Can’t Get That Song Out of Your Head ? Here’s How You Find Out Why !, en ligne : https://blog.scistarter.org/2013/11/hooked-cant-get-song-head-heres-find/.

Stadler Gustavus (2015), « On Whiteness and Sound Studies », Sounding Out !, en ligne : https://soundstudiesblog.com/2015/07/06/on-whiteness-and-sound-studies/.

Strong Catherine (2015), « All the Girls in Town : The Missing Women of Australian Rock, Cultural Memory and Coverage of the Death of Chrissy Amphlett », Perfect Beat, vol. 15, no 2, p. 149-166.

Strong Catherine & Rush Emma (2018), « Musical Genius and/or Nasty Piece of Work ? Dealing With Violence and Sexual Assault in Accounts of Popular Music’s Past », Continuum, vol. 32, no 5, p. 569-580.

Tagg Philip (1982), « Analysing Popular Music : Theory, Method and Practice », Popular Music, no 2, p. 37–67.

Tagg Philip (1998), « The Göteborg Connection : Lessons in the History and Politics of Popular Music Education and Research », Popular Music, vol. 17, n2, p. 219–42.

Tagg Philip (2015 [1998]), « Popular Music Studies — Bridge or Barrier ? », article rédigé à l’occasion du symposium « La musica come ponte fra popoli », Bozano, Istituto per l’educazione musicale in lingua italiana.

Warwick Jacqueline (2020), « Music Education Has a Race Problem, and Universities Must Address It », The Conversation.

Wicke Peter (1990), « Rock Music : Dimensions of a Mass Medium – Meaning Production through Popular Music », Canadian University Music Review, vol. 10, no 2, p. 37–156.

Wright Brian F., Coddington Amy & Mall Andrew (2021), « Looking Towards the Future : Popular Music Studies and Music Scholarship », Twentieth-Century Music, no 18-(1), p. 3-11.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations sont traduites en français par mes soins.

2 Voir également Tagg, 1998 ; et Guibert, 2008 pour un éclairage sur la position de Tagg sur les popular music studies.

3 Voir la recension de Rock Over the Edge (au sein duquel parait le texte de Grossberg) par Simon Frith (2004 : 369).

4 Des critiques sur la blanchité (« whiteness ») de la recherche en musicologie ont été formulées par Stadler (2015) au sujet des sound studies, par Ewell (2020) relativement à la recherche en théorie musicale ou par Warwick (2020) au sujet de l’enseignement parmi d’autres. Dans le contexte des popular music studies, on notera la même critique chez Wright et al. (2021), David Brackett dans Grenier et al. (1999) ainsi que Mather (2017) (avec la musique country pour cas d’étude).

5 https://www.cambridge.org/core/journals/popular-music

6 Une problématique qui s’est récemment invitée dans la presse généraliste ; voir Buranyi, 2017.

7 http://iaspm2021.org/index.php?gt=about/about01

8 Voir https://en.wikipédia.org/wiki/Category:Pop_music_articles.

9 Voir https://en.wikipédia.org/wiki/Wikipédia:Multiyear_ranking_of_most_viewed_pages et https://xtools.wmflabs.org/articleinfo/en.wikipédia.org/Michael_Jackson.

10 Dans le domaine de l’écologie ou de la conservation de la biodiversité par exemple (Arpin et al., 2015 ; Fortier, 2009). Voir également Participations, une revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté.

11 Voir http://pind.univ-tours.fr

12 Voir https://fr.wikipédia.org/wiki/Wikipédia

13 Voir à titre d’exemple https://fr.wikipedia.org/wiki/Ins_stille_Land_(Schubert)

14 https://xtools.wmflabs.org/articleinfo/fr.wikipédia.org/Impact_de_la_pandémie_de_Covid-19_sur_le_secteur_musical_belge

15 Voir les principes fondateurs de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Principes_fondateurs.

16 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Travaux_inédits. Des difficultés comparables sont rencontrées dans le cadre des notices Schubert mentionnées ici plus haut, lorsque les étudiants visent à publier une analyse musicale (inédite) des pièces en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Levaux, « Vers une étude citoyenne des musiques populaires ? »Volume !, 18 : 2 | 2021, 85-97.

Référence électronique

Christophe Levaux, « Vers une étude citoyenne des musiques populaires ? »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/9449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9449

Haut de page

Auteur

Christophe Levaux

Sapienza Università di Roma
Christophe Levaux est musicologue et chercheur à l’université de Rome « La Sapienza ». Il enseigne par ailleurs à l’université de Liège. Ses recherches portent sur la musique d’avant-garde et populaire du XXsiècle. Son approche s’inspire largement des méthodologies développées dans le secteur des Sciences Studies et de la Théorie de l’Acteur-Réseau en particulier. Il a publié des monographies ou co-dirigé des ouvrages collectifs pour Bloomsbury Academic, The University of California Press, ou encore Routledge.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search