Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2VariaD’Erik Satie aux Smashing Pumpkin...

Varia

D’Erik Satie aux Smashing Pumpkins : à propos d’un riff de garçon fragile

From Erik Satie to the Smashing Pumpkins: About a Fragile Boy’s RiffFrom Erik Satie to the Smashing Pumpkins: About a Fragile Boy Riff
Héctor Cavallaro et Michaël Spanu
p. 99-114

Résumés

Pouvons-nous parler de riff chez Satie, d’impressionnisme chez les Smashing Pumpkins ? Tel un remix, la syntaxe de la pop d’aujourd’hui n’est que le résultat d’une réutilisation constante de matériaux sonores passés, dont la substance permet d’articuler des rapports sociaux. De la Belle Époque au rock alternatif des années 1990, nous proposons, dans une démarche expérimentale, une archéologie d’un « riff ». Dans le contexte de la Belle Époque, l’œuvre de Satie exprime une dissolution de la syntaxe tonale classique en tant que structure compositionnelle rigide et limitée. Mais son noyau expérientiel permet aussi d’explorer le sens d’un riff emblématique du rock indie, celui de « 1979 » des Smashing Pumpkins, que nous articulons à l’expression d’une masculinité ambivalente. En conclusion, cet article prétend non seulement éclairer la musique des Smashing Pumpkins grâce à Satie, mais aussi réactualiser l’analyse de Satie en la passant par le prisme du riff. En dernier recours, l’article combine une démarche musicologique à une autre, plus sociologique, mettant en lumière différentes composantes du sens de la musique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Une archéologie du riff
Un riff impressionniste : correspondance des matériaux entre Satie et Smashing Pumpkins
Noyau d’expérience de la septième majeure
De la Belle Époque au rock alternatif, le son d’une masculinité fragile
Conclusion

Aperçu du texte

« Au moment où l’on ne discerne plus dans un accord ce qu’il y a en lui d’expression historique, cet accord exige impérieusement que son entourage tienne compte des implications historiques qui sont devenues sa nature […] chaque accord renferme en lui le tout, et aussi toute l’histoire. »
(Adorno, 1979 : 44-47)

Erik Satie, aujourd’hui compositeur reconnu, a longtemps été rejeté par le milieu musical parisien. Considéré comme trop peu académique, trop expérimental, voire ésotérique, il dédaignait la quête wagnérienne d’une musique grandiose et trouvait davantage son inspiration chez les peintres français, notamment les impressionnistes. En dépit de quelques publications et collaborations clés dont le ballet Parade (1917) coécrit avec Jean Cocteau, ainsi que le ballet dadaïste Relâche (1924) avec Francis Picabia, auxquelles s’ajoute son apparition dans le film expérimental de René Clair intitulé Entr’acte (1924), l’image du vieux fou alcoolique jouant dans les cabarets de Montmartre lu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Héctor Cavallaro et Michaël Spanu, « D’Erik Satie aux Smashing Pumpkins : à propos d’un riff de garçon fragile »Volume !, 18 : 2 | 2021, 99-114.

Référence électronique

Héctor Cavallaro et Michaël Spanu, « D’Erik Satie aux Smashing Pumpkins : à propos d’un riff de garçon fragile »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/9722 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9722

Haut de page

Auteurs

Héctor Cavallaro

Université Paris 8
Héctor Cavallaro développe une thèse de doctorat en recherche-création en Musicologie à l’École Doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des arts (Lab. Musidanse) de l’université Paris 8, sous la direction de Jean-Paul Olive et d’Álvaro Oviedo. Ses recherches portent sur les articulations temporelles et matérielles au sein des musiques dites « statiques » ou non linéaires remettant en question la téléologie musicale occidentale au xxe siècle. En tant que compositeur, ses créations ont été jouées dans des festivals de musique contemporaine en Amérique Latine et en Europe. Parallèlement à sa formation musicale, il a étudié les arts visuels et la photographie, participant à plusieurs expositions et publications.

Michaël Spanu

Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM)
Michaël Spanu est docteur en sociologie de l’Université de Lorraine et postdoctorant à l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Ses travaux portent, d’une part, sur la diversité et la circulation globale des musiques populaires, et d’autre part, sur l’évolution de la musique live en lien avec les plateformes numériques et les dynamiques urbaines. Il est également membre du comité éditorial de Volume !, la revue des musiques populaires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search