Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2Varia« Maybe it’s the third world / Ma...

Varia

« Maybe it’s the third world / Maybe it’s the first time around » : variations autour du terme world music chez Paul Simon, de Graceland à Songs from the Capeman

“Maybe it’s the Third World / Maybe it’s the First Time Around”: Variations on the Term “World Music” in Paul Simon’s Music, from Graceland to Songs from the Capeman
Claire Fraysse
p. 117-132

Résumés

En 1986, l’album Graceland de Paul Simon provoque un engouement mondial pour les musiques extra-occidentales, en particulier la pop music sud-africaine : ce succès sans précédent et le bourgeonnement parallèle d’autres collaborations musicales multiculturelles permettent la création d’une nouvelle catégorie commerciale, la world music. Mais cette catégorie ne reflète pas un style unifié et ses définitions mouvantes posent de nombreux problèmes de classement musical, de détermination artistique, esthétique, voire sociologique et politique. L’étude des albums Graceland (1986), The Rhythm of the Saints (1990) et Songs from the Capeman (1997) permet toutefois de saisir trois approches différentes de la world music, tout en mettant en lumière le travail de créateur-enquêteur de Paul Simon. Ce dernier joue avec l’ambiguïté définitionnelle de la world music pour proposer différentes productions musicales, chacune centrée sur une problématique intrinsèque à cette catégorie : l’articulation pop locale/pop internationale dans Graceland, le brouillage des pistes entre pop music, folk music, et musique savante dans The Rhythm of the Saints et la déconstruction puis la réactualisation d’influences considérées comme pleinement assimilées à la musique nord-américaine dans Songs from the Capeman.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La world music, une catégorie problématique
Graceland : le studio, lieu de rencontre entre deux pop musics
The Rhythm of the Saints : jouer avec l’ambiguïté définitionnelle de la world music
Songs from The Capeman : la réactualisation des flux d’influence entre musiques latino-américaines et musiques nord-américaines
Conclusion

Aperçu du texte

En 1985, Paul Simon part quinze jours à Johannesburg pour enregistrer avec des musiciens noirs de la scène pop sud-africaine – Stimela, la chorale Ladysmith Black Mambazo, The Boyoyo Boys, General M.D. Sherinda & the Gaza Sisters et l’accordéoniste Tao Ea Matsekha. Simon rentre à New York avec ces pistes pour les retravailler avec d’autres artistes invités et procéder au montage. Sa carrière prend un virage esthétique inédit avec l’album Graceland, qui renouvelle son langage et met en lumière des musiciens sud-africains jusqu’ici tenus à l’écart du succès international. Certains artistes anglo-américains comme les Talking Heads, Brian Eno ou Peter Gabriel travaillaient déjà à partir de sources culturelles diverses avant 1986 et « faisaient des ventes respectables, mais n’étaient guère [pour Simon] des modèles pour un retour éclatant, et la world-beat des musiciens africains comme Sunny Adé et Fela Kuti ne représentait qu’une infime partie du marché américain » (Bonca, 2015 : 100). L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Fraysse, « « Maybe it’s the third world / Maybe it’s the first time around » : variations autour du terme world music chez Paul Simon, de Graceland à Songs from the Capeman »Volume !, 18 : 2 | 2021, 117-132.

Référence électronique

Claire Fraysse, « « Maybe it’s the third world / Maybe it’s the first time around » : variations autour du terme world music chez Paul Simon, de Graceland à Songs from the Capeman »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/9748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9748

Haut de page

Auteur

Claire Fraysse

ENS Ulm
Claire Fraysse est étudiante en musicologie à l’Ecole Normale Supérieure. Elle a réalisé son mémoire de master sur Paul Simon et la World Music à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction d’Olivier Julien. Actuellement lectrice à l’université de Yale (États-Unis), elle entreprend des recherches sur les musiques populaires américaines tout en enseignant le français.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search