Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2VariaLes disques des parents

Varia

Les disques des parents

Récits de circulation de la musique au sein de la famille
The Parents’ Record Collection. Accounts of Music Circulation Within the Family
Sylvain Martet
p. 135-148

Résumés

Cet article apporte des éléments de réflexion sur les modalités et processus de circulation de musique qui existent entre les parents et les enfants. Ce travail repose sur des entretiens semi-dirigés avec 29 jeunes adultes de Montréal qui ont été incités à porter un regard sur le rapport à la musique existant dans leur foyer d’origine. Cet article permet de comprendre l’importance des échanges autour de la musique, la mobilisation autonome de corpus musicaux, ou encore le partage de contenus. Grâce à cette approche, nous montrons que le rapport à la musique familiale évolue et ne peut pas être compris uniquement lorsque les enfants vivent dans le foyer. Ainsi, dans les discours rétrospectifs sur l’influence des parents lors de l’adolescence, la majorité des répondants souligne une part de défiance ou de désintérêt de la musique parentale. C’est dans un deuxième temps, une fois adulte, que les collections sont redécouvertes ou que des liens se matérialisent entre la musique présente dans le foyer et les goûts actuels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la musique dans le foyer

1La transmission culturelle est généralement limitée à la sphère familiale. Plus spécifiquement, elle est souvent circonscrite à la relation des parents vers les enfants, suivant la « métaphore de l’héritage » comme le note Sylvie Octobre (2009). Cette approche n’épuise cependant pas l’ensemble des transmissions possibles et actées. L’idée d’héritage suppose une décision des parents vers les enfants, donnant à ces derniers des postures attentistes. Or, on sait qu’il existe d’autres modalités de transmission, telle que l’observation, l’imitation (Moschis, 1987), mais également beaucoup d’interactions non-hiérarchisées se déroulant dans l’espace familial (Octobre et al., 2010). L’existence de possibles parcours atypiques (Lahire, 2004) ou l’influence variable de la fratrie forcent une lecture ouverte de la transmission culturelle. La transmission, même lorsqu’elle prend la forme d’un héritage, n’est pas une reproduction stricte de goûts et pratiques d’abord parce que les enfants sont actifs (Octobre, 2009) dans l’écoute musicale, mais aussi parce que les dynamiques d’attachements culturels s’avèrent des processus complexes et évolutifs (Hennion, 1993). Le goût ou l’attachement à une forme musicale se transforme au fil des parcours d’auditeurs, dans ses contours et ses modalités. L’appropriation par les enfants (dans le foyer ou plus tard, dans la vie d’adulte), suppose ainsi une implication dans l’interprétation et la mobilisation de ce qui est partagé. S’il est possible d’utiliser le concept de transmission culturelle dans cette définition large, nous proposons plutôt d’utiliser et de développer, pour cet article, celui de circulation de la musique afin de mieux décrire les phénomènes de découverte, d’écoute, de partage ou de jugements concernant la musique. Initialement développé pour décrire le mode d’existence des objets culturels dans le double contexte de la globalisation et de la numérisation (Lee & LiPuma, 2002 ; Lash & Lury, 2007), le concept de circulation de la culture a été repris et adapté par Beer (2013) pour aborder la musique par le prisme des données l’accompagnant dans le contexte numérique. Ce faisant, l’auteur nous permet de voir des formes et des processus d’attachements à la musique qui n’apparaissent pas ou sont plus difficilement visibles dans les enquêtes de consommation, de fréquentation ou d’écoute, en plus de documenter ce que la circulation des objets musicaux fait à la musique elle-même. Le concept de circulation de la musique, que nous proposons ici d’étendre hors du numérique (tout en l’intégrant), nous intéresse particulièrement parce qu’il permet de prendre en compte toutes les dynamiques de partage et de découverte qui peuvent avoir lieu au sein du foyer parental, qu’elles se transforment ou non en goûts et attachements une fois adulte. En incluant les modalités et processus par lesquels la musique circule au sein d’un foyer, nous pouvons également documenter les objets et dispositifs d’écoute et de partage dans leur diversité (disques, formats numériques, streaming, médias…). Par cette approche, il devient également possible de prendre en compte la musique connue mais non écoutée, la musique du passé ou encore la musique des autres et en premier lieu, dans cet article, la musique des parents telle que décrite dans les parcours d’auditeurs. Étudier ce qui circule, c’est donc aborder les dynamiques d’écoute, de découverte, de partage, mais aussi de sélection et de jugement qui sont à l’œuvre dans les processus de transmissions.

2Cet article vise à compléter la compréhension des dynamiques familiales en s’intéressant aux récits d’enfants devenus adultes sur la mobilisation des objets musicaux et le partage des goûts de leurs parents. Nous viserons à mettre en lumière les processus de négociation et de redécouverte des goûts musicaux parentaux afin de montrer que dans un parcours de vie, la musique circule davantage qu’elle ne se transmet.

Méthodologie

3Ce travail repose sur des entretiens semi-dirigés avec 29 jeunes adultes de Montréal (Québec, Canada) réalisés dans le cadre d’une recherche doctorale (Martet, 2017). La recherche sur les pratiques et les goûts culturels, particulièrement des jeunes, nous montre que ce qui est déclaré diffère en partie de ce qui est réellement écouté au moment de l’enquête, notamment parce que les goûts et pratiques évoluent alors que l’instrument de collecte a souvent tendance à chercher à les « figer » dans le temps, mais aussi parce que les représentations du soi culturel ont une importance au-delà des pratiques (Lavenu, 2001 ; Mercklé & Octobre, 2015). Notre approche méthodologique vise ainsi à documenter prioritairement les mécanismes employés dans la présentation des goûts musicaux et de leur circulation dans l’environnement familial. Dans ce cas de figure, ce qui guide la constitution du terrain n’est pas une recherche d’exhaustivité, mais plutôt une quête de typicalité. L’objectif premier de définition du terrain ne réside pas ici dans la représentativité statistique du groupe, mais bien dans la présence d’une large diversité de parcours. Ceci étant dit, nous pouvons caractériser notre échantillon avec à la fois des critères sociodémographiques et des critères liés à l’implication dans la passion musicale.

4Le groupe est constitué de 13 personnes se définissant comme hommes et de 16 personnes se définissant comme femmes. Leur répartition sur le territoire de Montréal est équilibrée en fonction des équipements culturels présents et des données de participation culturelle existantes. Une diversité de catégories socioprofessionnelles est présente dans le groupe qui comporte cependant un niveau de diplomation moyen plus élevé que la moyenne canadienne. Les personnes rencontrées étaient âgées de 20 à 35 ans. Le choix de cette fourchette d’âge s’ancre notamment dans les travaux d’Olivier Galland (2011) en France et de Madeleine Gauthier (1999, 2003) au Québec en cela qu’il vise la période de vie définie comme le temps d’autonomie vis-à-vis du foyer familial et le temps de création d’un nouveau foyer. Cet ensemble est régulièrement utilisé au Canada pour définir la catégorie « jeune adulte » (Statistiques Canada, 2017). Le processus d’autonomisation recouvre à la fois l’indépendance financière progressive, tant en ressources monétaires qu’en termes de logement et l’autonomie par rapport aux structures d’influence de l’enfance et du monde scolaire. Ce processus est, comme le dit Glevarec (2015), résolument non linéaire. L’autonomie n’est pas constituée de ruptures franches, mais plutôt d’allers-retours, de liens qui se complexifient, de responsabilités qui s’accumulent petit à petit (Galland, 2011). À titre de référence, à Montréal, environ deux tiers des 20-35 ans ne vivent plus chez leurs parents (Statistiques Canada, 2017). Ce corpus n’a pas été sous-divisé en davantage de classes d’âges, l’objectif n’étant pas d’effectuer une comparaison selon les âges de la jeunesse mais bien de comprendre les dynamiques de circulation de la musique entre des jeunes adultes et leurs parents. Dans cet esprit, il a été décidé de ne pas préciser l’âge des personnes participantes lorsque des citations sont présentées.

5Aux caractéristiques d’ordre sociodémographiques s’ajoutent deux indicateurs de variété du groupe en lien avec l’investissement dans la musique : la pratique musicale et la fréquence d’écoute déclarée. Les pratiques du groupe correspondent aux chiffres pour Montréal de l’Enquête sur les pratiques culturelles au Québec 2014 produite par le Ministère de la Culture et des Communications : environ 75 % déclarent écouter de la musique tous les jours ou presque et 25 % une fois par semaine ou moins. Concernant la pratique musicale, la moitié du groupe n’a pas d’expérience, le quart joue en amateur, 17 % ont fait de la musique dans le passé et les 11 % restants sont des musiciens professionnels. Il n’y a pas eu de sélection concernant les genres de musique écoutée, on retrouve cependant dans les entretiens une grande cohérence avec les chiffres produits par l’Enquête sur les pratiques culturelles de 2014 : la musique pop et le rock (dans toutes leurs déclinaisons) sont très majoritaires (plus de 50 % du groupe dans les deux cas), le rap et les musiques électroniques suivent pour environ un tiers des participants tandis que le classique, le jazz, la chanson ou les musiques du monde sont minoritaires (10 à 15 %). Il est important de noter que l’ensemble des personnes rencontrées écoute une diversité de genres musicaux et que l’enquête portant sur les parcours d’auditeurs encourageait à nommer les genres écoutés dans le passé plus ou moins assidument, ce qui dresse un panorama musical très éclectique.

6L’entretien visait en partie à revenir avec les personnes participantes sur la construction de leurs goûts musicaux présents et passés. À ce titre, une large part des entretiens portait sur l’environnement familial. Dans la suite de cet article, des extraits des entretiens réalisés viendront exemplifier les résultats de la recherche. Cet article se développe en deux temps, d’abord en documentant la découverte musicale réalisée au sein du foyer parental, puis en offrant une réflexion sur les formes de circulation de la musique entre enfants et parents.

La musique des parents

7Dans les récits des personnes rencontrées, il existe une grande variété de descriptions des discothèques parentales (et parfois familiales). Cette variété se retrouve dans le type d’objets (vinyles, cassettes, CD, collections numériques…), mais aussi dans les lieux où ils sont rangés (dans un meuble, dans une pièce dédiée, dans des cartons, dans la boîte à gants…) ainsi que dans les conditions d’accessibilité. Certains parents vont accompagner leurs enfants dans la découverte, en proposant des albums, en écoutant ensemble ou en modérant l’accès à leur discothèque. La majorité cependant semble laisser un accès possible, tant aux supports musicaux qu’aux dispositifs d’écoute, sans pour autant encadrer les pratiques. Tous ne possèdent pas de discothèques très fournies. Il y a donc une certaine variabilité dans l’opportunité donnée aux enfants de découvrir de la musique à la maison.

8Lorsque de nombreux objets musicaux sont présents dans l’environnement familial, ils constituent des ressources potentielles, activées ou non par des incitations parentales. Jade tient une part de ses goûts de son père et relie son intérêt pour la musique à son climat d’éducation :

  • 1 Les extraits des verbatims des entretiens issus de retranscription complètes ont été édités minimal (...)

Mon père aime beaucoup la musique aussi. Souvent ça venait de lui la musique classique, la musique française. Il m’a fait découvrir plein d’artistes québécois. S’il n’avait pas été là, j’aurais pas été portée probablement vers la musique1.

9Victoria et ses frères et sœurs avaient un accès illimité à la collection parentale : « Mes parents ont toujours été “ce qui est à moi est à vous” donc il n’y avait pas de “ça c’est mes disques précieux, tu n’y touches pas.” » Dans les cas où la collection parentale est conséquente et mise à disposition, les enfants témoignent d’une bonne connaissance des discothèques familiales en termes de genres musicaux, d’artistes. Jacob, dont le père possède une imposante collection, décrit celle-ci en plusieurs blocs, insistant sur ceux qu’il s’est davantage appropriés, mais nommant les autres, qu’il connaît toutefois. La présence de disques en nombre à la maison a un effet direct sur la quantité et la diversité de l’écoute musicale, au sein du foyer comme plus tard, une fois adulte : « Mon père avait beaucoup de CD puis ma mère avait pas mal de CD, plus jazz par exemple, mais ouais, mes deux parents avaient des grosses bibliothèques de CD [alors] moi je pouvais aller prendre des CD. » Emma attribue à une partie de la musique qu’elle aime un poids nostalgique lié à des moments familiaux : « Mes parents aimaient beaucoup les chansonniers québécois […] donc souvent ils mettaient des disques puis on écoutait ça ensemble. Puis c’était toujours associé à des moments privilégiés de rencontre. » La musique accompagne les enfants au quotidien et une part des goûts adultes viennent directement d’eux. Alexis a ainsi trouvé certains de ses artistes favoris chez ses parents : « [Jean Leloup], j’ai pris les CD à mon père à un moment donné pour les mettre sur mon ordi, mais tu sais, je lui ai pas dit en tant que tel. » Les collections dormantes constituent également des espaces de découverte.

  • 2 Québécisme signifiant « alors ».

Je pense que ça a été le point tournant pour moi, pour le rock ça a été Led Zeppelin… Que mon père écoutait pas beaucoup, mais il avait tous les vinyles [rires]. Faque2 moi je me suis mis à l’écouter puis c’est là, avec mon frère, […] qu’on a commencé à écouter beaucoup de rock. (Mia)

10La découverte musicale peut aussi se faire indépendamment du contrôle parental, comme pour Victoria qui a découvert avec son frère et sa sœur de nombreux disques dans le sous-sol familial : « On a le vinyle de Thriller puis à un moment on a trouvé un tourne-disque qu’on pensait qu’il marchait plus. On a commencé à écouter ça. » Dans cette forme de découverte, on retrouve un jeu typique des relations parents-enfants dans la négociation sur les objets écoutés :

Ce qu’il nous disait d’écouter on l’écoutait pas, puis ce qu’il nous disait de ne pas écouter ben là on allait fouiller puis on l’écoutait. C’était, j’imagine, comme n’importe quel enfant. Ce que tes parents veulent que t’écoutes, tu l’écoutes pas. Ça a fait qu’il y a une époque où je me suis mise à écouter du Dolly Parton [rires]. Parce qu’ils étaient comme « écoute pas ça » puis moi j’étais comme « ah non, moi je l’aime Dolly Parton. (Mia)

11La collection familiale constitue une ressource importante mais son activation dans les parcours de découverte et d’attachement (Hennion et al., 2000) ne se fait pas strictement dans un rapport au goût des parents. En effet, la circulation de la musique au sein du foyer relève de négociations, de décisions d’investissement personnel mais aussi d’éléments contextuels extérieurs.

  • 3 Anglicisme signifiant « se passionner » ou « aimer ».
  • 4 Anglicisme signifiant « groupe ».

Quand je me suis mise à tripper3 sur les Rolling Stones et les Doors au secondaire, parce que ma gang4 d’amis aimait ça, j’ai pu juste aller toute prendre les albums que mon père avait parce qu’il écoutait ça quand il était plus jeune. (Zoé)

12La collection parentale constitue ici une ressource de choix pour le développement des goûts et des pratiques d’écoute de Zoé, mais l’échange ne se situe pas avec son père dont l’intérêt pour ces groupes est marqué dans le passé, mais avec le groupe d’amis qui viennent de découvrir ce corpus musical. La collection parentale devient, dans ce cas, pleinement familiale. Le concept de circulation de la musique montre ici tout son potentiel puisqu’il permet de comprendre comment une partie d’une collection peut se réactiver à la jonction de plusieurs dynamiques. Les objets musicaux issus du passé des parents qui sont conservés mais qui ne sont pas écoutés régulièrement constituent souvent des formes musicales « autres » que celles présentes au quotidien. Il y a donc deux niveaux différents de musique découvrable grâce aux parents au sein du foyer : ce qui est écouté, aimé, parfois directement partagé par ceux-ci avec leurs enfants ; et ce qui est stocké sans être écouté, que ce soient des collections formellement organisées ou non. Les modalités d’accès à ces morceaux de musique varient, tout comme les formes d’attachements qui peuvent en découler. Les supports (cassette, CD, vinyle, mp3, etc.) jouent un rôle important dans la question de l’autonomie de l’accès à la collection parentale. À ce titre, les découvertes en famille peuvent constituer des connaissances musicales en général, au-delà de la musique plébiscitée. Une répondante relie ainsi activement certaines de ses références musicales à son père : « C’est lui qui m’a fait découvrir Pink Floyd, The Smiths, The Cure. T’sais, des trucs, Yes, Black Sabbath. Tout ça, c’était mon père qui écoutait ça. » (Sofia) Cependant, elle nuance le poids de ces artistes dans la constitution de ses goûts : « J’ai apprécié de les connaître, mais c’est pas quelque chose qui m’a suivi tant que ça au cours de ma vie. » Toute la musique écoutée dans le cadre familial n’est donc pas intégrée aux goûts des enfants, elle participe cependant à une familiarisation à la diversité et à la découverte musicales. Emma estime ainsi que ses découvertes musicales adolescentes et adultes sont liées à son environnement familial :

Je pense qu’il y avait déjà un terreau fertile. T’sais, c’est ça, je pense que c’était déjà ancré en moi dès mon plus jeune âge, mais j’ai développé encore plus ça par la suite de rencontres ou de cours, même à l’université. J’ai éventuellement ouvert encore plus mes horizons. (Emma)

13Si la découverte sur les discothèques et les goûts musicaux des parents ne se transforment pas nécessairement en passions pour les enfants, cette phase d’exploration a cependant une autre valeur dans les parcours d’auditeurs : elle permet le développement de connaissances sur des artistes, des groupes, des types de son, des démarches artistiques.

Mon père avait une collection de disques impressionnante. Surtout de musique populaire vénézuélienne, des Caraïbes et la salsa. Et tous les genres apparentés. Mais moi j’aimais pas. […] La plupart des choses que j’ai appris à apprécier c’était par moi-même, parce que chez moi, normalement, ni mon père ni ma mère ils écoutaient [ce que j’aimais]. (Florence)

14Ces différences n’entraînent cependant pas une rupture dans le partage. Ils forment une des modalités de la discussion musicale. Celle-ci prend une forme argumentée ou érudite, y compris dans les désaccords et les dégoûts. Les situations d’échanges, de discussions ou de négociations participent activement à la connaissance de la musique développée en famille, au-delà des goûts partagés.

Ils disaient « les Backstreet Boys savent pas jouer de la musique, [la musique qu’on aime] c’est de la vraie musique, les Backstreet Boys seront jamais capables de jouer ça ». Puis nous on leur disait « oui, ils jouent de la musique pour vrai ! » (Victoria)

15Le poids des goûts familiaux, mais également de l’approche musicale des parents se répercute très clairement chez certains, pour qui la rupture entre goûts d’enfant et goûts d’adolescent n’est pas si franche. Ainsi, Jacob déclare s’être rebellé contre le classique qu’écoutait son père (« c’est quoi tous ces morts ? »), mais avoir continué à écouter les Beatles. Le père de Jade contribuait, dès son enfance, à la constitution de sa propre collection, ce qui a participé à un effet de dédoublement des goûts musicaux :

Ouais il m’achetait les albums. Carrément ouais, il les achetait. Puis il voulait que je les écoute. C’était toujours un peu en parallèle. J’avais la musique avec mes amis, mais j’avais une musique chez moi. Quand mes amis venaient chez moi ils se rendaient compte que j’écoutais vraiment plein d’autres affaires qui étaient moi à l’avenir. (Jade)

  • 5 Québécisme signifiant « objet, intérêt ou coutume de mauvais goût, démodé, kitsch ».

16Le rapport aux goûts des parents peut enfin se retrouver dans des espaces paradoxaux : successivement aimés, puis critiqués voire rejetés, partiellement reproduits, redécouverts, aimés par nostalgie, etc. Maeva parle ainsi de l’époque où elle écoutait (et aimait) les « quétaineries5 » de sa mère.

  • 6 Anglicisme signifiant « morceau de musique ».
  • 7 Québécisme signifiant « beaucoup ».
  • 8 Synonyme dans ce contexte de « choses » ou « trucs ».
  • 9 Québécisme signifiant « plusieurs ».

J’allais en auto avec elle à tous les jours […] pour aller à l’école, alors on écoutait ce qui passait à radio et puis on aimait des tounes6, on les chantait ensemble. J’aimais ben gros7 Céline Dion. […] Moi j’écoutais de la musique un peu pas vraiment cool quand tout le monde écoutait des affaires8 de leur âge, moi j’écoutais les affaires de mes parents. Ma mère avait des CD genre les Beatles, Simon and Garfunkel, ces affaires-là tu sais, un petit peu plus vieilles, et ça a commencé à un peu plus m’intéresser aussi. J’écoutais et puis je fouillais dans ses CD, y’avait une couple9 d’affaires que j’aimais et qui me rejoignaient plus là. (Maeva)

  • 10 Québécisme grossier signifiant « vraiment beaucoup ».

17Un rapport ambivalent peut s’installer par rapport aux discothèques familiales. Alexis souligne son incompréhension de la différence entre la musique possédée par ses parents et leurs écoutes effectives : « Ils en ont crissement gros10. Ils ont vraiment plein de CD. Ça, ça m’impressionne. Plein de vinyles. Ils ont plein de stock. Mais ils n’écoutent pas tant de musique que ça. » Olivier, dont les parents avaient une grosse collection musicale (« ils se sont tout débarrassés, ils ont tout numérisé ») ancrée dans le rock, le blues et le jazz, n’appréciait que très peu la musique que ses parents faisaient jouer pendant les moments passés ensemble : « C’était eux qui écoutaient et moi j’avais pas le choix de subir. » Cependant, plus loin dans l’entretien, Olivier indique avoir trouvé quelques-uns de ses disques favoris en fouillant de manière autonome dans la collection familiale :

Pink Floyd, The Wall ça a été une grosse influence. J’ai toujours adoré l’album là. […] Rolling Stones, Beatles – ça dépend quoi des Beatles. Et puis tout le vieux blues, BB King…

18Il existe une différence entre la musique possédée et la musique écoutée au quotidien par les parents. Celle-ci peut s’expliquer par la temporalité de constitution des collections musicales parentales qui diffère souvent dans les récits du temps d’écoute musicale avec les enfants et adolescents. Les ressources musicales parentales dépassent souvent la musique consciemment transmise. Elles constituent un « autre » culturel accessible et mobilisé, du moins dans des contextes de découvertes, suivis ou non d’attachements dans le temps. Par ces jeux d’appropriation, de découverte autonome, de négociation d’écoute, nous voyons aussi que le développement de goûts musicaux s’accompagne du développement de connaissances sur la musique mais aussi de jugements critiques.

Les goûts des parents : entre redécouvertes et jugements

19Si la collection familiale n’est pas systématiquement investie et appropriée par l’enfant durant sa croissance ou ses différentes étapes de socialisation, elle peut donc l’être dans un deuxième temps. En portant notre attention sur les récits de circulation des objets musicaux parentaux et les discours d’appropriation de ces corpus, nous pouvons identifier des processus de redécouverte des goûts parentaux, principalement alors que les enfants devenus adultes ont quitté le foyer. Ainsi, plusieurs répondants ont récupéré une part ou la totalité des vinyles de leurs parents (ou grands-parents). Benjamin a aussi récupéré le dispositif d’écoute :

  • 11 Chanteur québécois né en 1961 et actif depuis 1971.

C’est mon père qui avait une table tournante chez mes parents et je l’ai tout simplement prise quand je suis parti. C’est là que genre, je me suis monté ma grosse collection de vinyles en prenant les vinyles de mes parents (rires). Je les choisissais, peut-être pas René Simard11 là…

Plusieurs répondants sont dans des processus de redécouverte de la discographie parentale :

  • 12 Québécisme signifiant « mauvais, nul ».

Mon père a toujours écouté de la musique country. [Alors] quand j’étais jeune je disais « Ah le country c’est poche12 ». Mais maintenant que je suis plus vieux je suis comme « Ah cool ». T’sais j’avais six ans puis genre j’écoutais du Johnny Cash. (Thomas)

20Le poids de la familiarisation durant l’enfance semble jouer sur l’ouverture d’esprit à l’éclectisme (Glevarec & Pinet, 2009) à l’âge adulte sans toutefois que cela se déroule dans un contexte de transmission culturelle parentale stricto sensu. En effet, dans ces dynamiques, les parents sont finalement absents. Cette redécouverte se fait davantage avec des connaissances extérieures acquises indépendamment qu’avec l’expertise parentale. Thomas poursuit :

  • 13 Québécisme signifiant « de mauvais goût, démodé, kitsch ».

Je me suis aperçu que dans la collection de disques de ma mère, elle avait du Tangerine Dream, du Vangelis, des trucs que quand j’étais jeune je trouvais vraiment quétaines13. Ou, t’sais, du mom rock. Là, en vieillissant, tu vois d’où ça vient, t’as toute cette connaissance d’une autre contre-culture dans l’historique. Quand t’es un enfant t’as pas cette connaissance-là, t’as pas cette curiosité-là. […] En retournant vers la collection de disques à ma mère j’étais comme « Oh shit ! » J’ai quand même emprunté une couple de disques. (Thomas)

21Les parents de Félix écoutent beaucoup de musique country locale, et, après avoir développé de fortes connaissances en musiques du monde, Félix réinvestit ce champ dans une optique tout à fait différente :

  • 14 Famille de musiciens country québécois actifs depuis les années 60.

La famille Daraîche14 c’est vraiment un bon exemple. La famille Daraîche, j’haïssais ça. J’aimais pas ça. La musique est répétitive. Les paroles sont vraiment plates. Le style de chant m’énervait. Puis là maintenant je suis en train de redécouvrir ce style-là et je l’aime vraiment. Parce que c’est notre musique du monde en fait.

22C’est donc davantage une fois adulte que les intérêts des parents sont mobilisés. Ainsi, Juliette note qu’elle n’avait pas voulu écouter le premier album d’un artiste que sa mère lui avait conseillé. Elle vient de le découvrir à son troisième album : « Pour certains artistes, je regrette un peu de pas avoir écouté leur disque, en les connaissant aujourd’hui. » Victoria continue de cacher à son père les écoutes qu’elle fait dans sa collection, séparant le rapport dans la source (le lien de parentalité) avec l’appréciation de la musique.

– Il est arrivé que mon père oublie une cassette [de musique marocaine] dans ma voiture puis là je l’écoute… Sans lui dire ! [rires]
– Pourquoi sans lui dire ?
– Parce que lui il est tout le temps moralisateur : « tu vas regretter, vous connaissez pas ça, vous comprenez pas à quel point c’est bon. » Pareil comme son rock qu’on [avec sa sœur et son frère] n’aimait pas quand on était jeunes. Ça va venir un jour avec le temps j’imagine. (Victoria)

23Une part des discours sur l’apport des parents ne concerne pas les genres de musique ou même les artistes qui ont pénétré les listes de lecture des enfants, mais plutôt un certain rapport à la musique nourri par les expériences en famille. Les processus de transmission culturelle existent dans des dispositions très subtiles davantage ancrées dans les manières d’aimer ou les souches d’influences que dans les goûts ou les habitudes en tant que tels. Florence dont le père était animateur de radio reconnaît son influence dans le rapport à la documentation qui accompagne ses intérêts musicaux : « J’ai appris un peu à justement fouiller aussi dans ses livres pour trouver qu’est-ce qu’il y avait et qui pouvait m’intéresser. » Si, dans un premier temps, cette répondante avance ne pas partager des goûts familiaux, une fois l’entretien terminé, elle indique que les classiques de salsa qu’elle écoute et connaît viennent de l’influence parentale. Raphaël tient un discours élaboré entre musique familiale et prédisposition aux types de musiques qu’il préfère et qu’il rassemble sous le vocable de « musique noire » :

Ce que mon père écoute c’est vraiment du jazz puis genre les Beatles. Comme, dans ma tête, ça vient tout le temps de la musique rythmée donc de la musique noire là… Les Beatles écoutaient du soul… T’sais, mes parents ont jamais écouté de country, pas devant moi en tout cas. […] Mes parents ont pas de CD de Céline Dion […]. C’est de mon éducation musicale que je suis prédisposé de près ou de loin à de la musique noire.

Nous l’avons vu, il existe des modalités de partage de la musique au sein du foyer. Certaines sont conscientes (musique dans l’auto, écoutes « dirigées », etc.) d’autres laissées au bon vouloir des enfants (discothèques accessibles). À l’âge adulte, les échanges peuvent se poursuivre.

Les échanges adultes

24Avec le temps, le départ du foyer parental et la raréfaction des moments quotidiens passés ensemble, les échanges entre parents et enfants diminuent. La question technologique est alors ici particulièrement intéressante à investiguer. Le peu d’échanges qui existent se réalise en effet sur des supports non numériques (écoute ensemble, CD en cadeau). Ce constat est lié, pour la majorité des personnes rencontrés, à une vision des goûts parentaux comme majoritairement figés dans le temps, dans le passé. Avec les artistes et les genres, c’est aussi le support technique de la musique qui s’ancre dans des formes passées, ce qui n’est pas toujours vu négativement d’ailleurs, en témoigne l’engouement pour le format vinyle. Le numérique n’est que peu investi parce que les parents sont davantage vus, par les personnes rencontrées, comme conservateurs dans leurs pratiques. L’image de la musique des parents ne correspond peut-être pas exactement aux pratiques d’écoute réelles des parents, mais ce décalage à la fois dans la vision de goûts et de supports d’écoutes majoritairement ancrés dans le passé, a un impact sur les échanges réalisés à l’âge adulte. Les personnes rencontrées vont ainsi en général favoriser des incitations à la découverte dans des formes classiques. Les rares essais d’initiation à de nouveaux supports décrits lors de l’enquête ne semblent pas concluant, par exemple pour Liam : « Mon père je lui ai acheté un iPhone et un iPod shuffle mais il n’a pas d’ordi donc il a toujours le même stock depuis que je lui ai acheté, genre, depuis 2007. » Les interactions qui se poursuivent à l’âge adulte changent de sens, partant nettement des enfants vers les parents. Au sein du foyer, on parle généralement de rétrosocialisation (Pasquier, 2005). La différence ici réside dans la forme que prennent les échanges qui ont lieu entre enfants devenus adultes et parents. La mise en circulation de contenus musicaux ne vise pas ici à conforter les goûts déjà connus, mais plutôt à partager des découvertes, à ouvrir la porte à des connaissances nouvelles, pour les parents, par les enfants : « À Noël je leur achète des albums que je pense qu’ils aimeraient bien, de la musique locale parce que ben moi je trouve ça important de supporter cette scène-là. » (Zoé)

  • 15 Groupe québécois actif depuis 2004, classé en folk et country folk.

25Ces efforts, ponctuels parce que souvent liés à des cadeaux ou des moments de sociabilité plus rares une fois adulte, ne sont pas nécessairement couronnés de succès. Parlant des groupes qu’elle essaie de faire découvrir à son père, Sofia estime que souvent ses incitations se passent « mal », ce qui ne l’empêche pas d’insister : « À part mettons Avec Pas d’Casque15 qu’il trouve super beau et bien écrit, il n’a pas aimé grand-chose que je lui ai fait découvrir. » Elle estime qu’elle essaie « juste une fois par année » de lui faire découvrir « un petit truc que je pense qu’il aimerait. » Parlant de sa mère, Maeva estime que son intérêt pour la découverte de nouveaux contenus amenés par sa fille est faible. Après quelques essais, elle a préféré arrêter. Elle formule un étonnant renversement d’attitude vis-à-vis du conseil musical familial.

Une fois de temps en temps j’y apportais un CD « ah peut-être tu vas aimer ça », mais tu sais c’est difficile, ça la rejoignait pas tu sais. Je pense pas que ce soit quelqu’un qui a une grande capacité de découverte musicale. […] J’ai aucun intérêt à éduquer musicalement ma mère parce que ça l’intéressera pas, et puis parce que, tu sais, moi j’étais comme ça aussi quand j’étais un peu plus jeune. (Maeva)

26Le constat de passivité dans la découverte musicale chez les parents revient régulièrement. Il est à comparer avec l’importance croissante des recherches personnelles réalisées en ligne par les jeunes auditeurs (Maisonneuve, 2019).

[Mon père] aime beaucoup la musique, mais je sais qu’il se permet pas tant d’en écouter. Il a pas tant le temps d’essayer de découvrir d’autres choses et tout. Je lui dis des trucs à aller voir, des fois il va aller voir. Sinon il pousse pas plus ses recherches là-dessus. (Noah)

L’offre de découverte peut parfois s’accompagner d’une forme de critique sur les goûts des parents, les enfants se proposant comme passeurs de goût :

  • 16 Chanteur canadien né en 1975, actif depuis 1996 et classé dans le jazz et l’adulte contemporain.

[parlant de l’album d’un groupe avec lequel il a joué] je l’ai apporté à mes parents juste pour qu’ils voient autre chose que genre Michael Bublé16. […] C’était comme un petit peu, pas un devoir, mais « regardez, ça existe, c’est pas mauvais ». (Benjamin)

27Lorsque la curiosité vis-à-vis de la musique est encouragée par la famille, les récits de mise en circulation de morceaux des enfants vers les parents sont plus courants. Emma décrit la musique dans sa famille comme associée à l’idée de rencontre, que ce soit des intérêts de ses parents vers elle ou de ses découvertes vers ses parents. La musique proposée à l’écoute pour les parents découle d’une volonté à la fois de présenter ses goûts, mais également des artistes ou des morceaux susceptibles de correspondre avec les goûts des parents.

Mon père, il trippe beaucoup, je lui amène plein de styles de musique. […] Mon père aimait beaucoup l’opéra, quand j’étais jeune c’était Pavarotti. C’était tous des chanteurs à grosse voix, il aime ça. Faque quand je lui ai apporté un groupe de rock un peu metal avec une fille qui chante de l’opéra, il a trippé tout de suite. (Juliette)

28La description des modes de circulation de musique entre les enfants devenus adultes et leurs parents permet de mettre en lumière l’effet de l’âge sur la découverte musicale. Majoritairement, les répondants estiment que les goûts parentaux stagnent. C’est surtout dans les genres de musique écoutés que cette absence de changement apparaît comme absolue. Des études sur les pratiques de consommation musicale (Holbrook & Schindler, 2003 ; Derbaix et al., 2016) suggèrent que la nostalgie constitue une raison essentielle de la cristallisation des goûts. Raphaël considère ainsi que les goûts de ses parents sont figés : « Avant, mes parents écoutaient plus de musique, mais maintenant… Je parlais avec mon père puis, maintenant il n’écoute plus de nouvelle musique. » Cette différence de curiosité musicale selon l’âge permet de comprendre l’évolution des postures d’auditeurs. Les échanges adultes sont généralement provoqués par les enfants mais les objectifs de découverte musicale qui les sous-tendent se confrontent à des pratiques d’auditeurs qui favorisent la répétition à la curiosité.

Conclusion : la famille et la circulation de la musique

29Cet article apporte des éléments de réflexion sur les modalités et processus de circulation de musique qui existent entre les parents et les enfants en permettant à ceux-ci, une fois adultes, de porter un regard sur le rapport à la musique existant dans leur foyer d’origine. La transmission culturelle a été ici largement complétée par l’idée de circulation de la musique. Celle-ci permet d’intégrer les échanges autour de la musique, la mobilisation autonome de corpus musicaux, ou encore le partage de contenus. Il est intéressant de noter que dans les discours rétrospectifs sur l’influence des parents lors de l’adolescence, la majorité des répondants souligne une part de défiance ou de désintérêt de la musique parentale. C’est surtout dans un deuxième temps que les collections sont redécouvertes ou que des liens se matérialisent entre la musique présente dans le foyer avant et les goûts présents.

30Cet article montre sans surprise qu’il existe des liens entre la place de la musique dans l’environnement familial et l’implication dans la musique que connaîtront, à l’âge adulte, les enfants du foyer. La transmission culturelle familiale doit être comprise au delà d’un processus mécanique concernant les goûts et les pratiques d’écoute. C’est aussi et surtout dans les façons d’aborder la musique, d’en parler, de la comprendre que l’influence familiale se fait sentir. Les discours élaborés sur la musique profitent des interactions élevées poursuivies avec les parents de l’enfance à l’âge adulte. Nous avons mobilisé dans cet article le concept de circulation de la musique dans l’optique d’une réflexion sur l’apport des intérêts parentaux dans les goûts musicaux personnels. Cette approche permet de tenir compte de la diversité et des subtilités de la place de la famille dans la musique. La famille est une référence essentielle dans les parcours d’auditeur, mais ne peut expliquer seule la variété des pratiques.

31Compte tenu de l’âge des personnes interrogées, il n’y a que très peu de matériel connecté à Internet durant l’enfance dans les témoignages des personnes rencontrées. Internet fait son apparition, dans les discours, à la fin de l’adolescence et n’est que peu présent dans le foyer des parents. Ce dernier point constitue une piste de recherche future particulièrement intéressante à envisager. Plusieurs chercheurs (Livingstone, 2010 ; Balleys, 2015 ; Balleys, 2017 ; Détrez, 2017) en appellent au développement de recherches mobilisant des dispositifs de terrain permettant de comprendre la diversité et la complexité des liens entre outils technologiques et pratiques culturelles. Afin de voir comment le rapport à la découverte musicale, à la circulation de la musique et à sa conservation évolue, il serait pertinent de développer des recherches sur les pratiques contemporaines de circulation de la musique au sein du foyer et de suivre une cohorte

Haut de page

Bibliographie

Balleys Claire (2017), « Socialisation adolescente et usages du numérique : Revue de littérature », Revue des politiques sociales et familiales, no 125, p. 33-44.

Balleys Claire (2015), Grandir entre adolescents. À l’école et sur Internet, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Beer David (2013), Popular Culture and New Media. The Politics of Circulation, New York, Palgrave Macmillan.

Derbaix Maud (ed.) (2016), « Transmissions culturelles entre parents et enfants : le cas des goûts musicaux », Management & Avenir, vol. 87, no 5, p. 151-174.

Galland Olivier (2011), Sociologie de la jeunesse, 5e édition, Paris, Armand Colin.

Gauthier Madeleine & Guillaume Jean-François (eds.) (1999), Définir la jeunesse ? D’un bout du monde à l’autre, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

Gauthier Madeleine (ed.) (2003), Regard sur… La Jeunesse au Québec, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

Glevarec Hervé (2015), Le temps d’avant de la préadolescence : affiliation, différenciation et autonomie par la culture, communication au Cycle de conférence Les cultures juvéniles en France et au Québec, Paris/Montréal.

Hennion Antoine (1993), La Passion musicale : une sociologie de la médiation, Paris, Métailié.

Hennion Antoine, Maisonneuve Sophie & Gomart Émilie (2000), Figures de l’amateur : formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui, Paris, La documentation française.

Holbrook Morris B. & Schindler Robert M. (2003), « Nostalgic bonding : Exploring the role of nostalgia in the consumption experience », Journal of Consumer Behaviour, vol. 3, no 2, p. 107-127.

Lahire Bernard (2004), La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La découverte.

Lavenu Daniel (2001), « Activités du temps libre et sociabilité de jeunes à la sortie de l’adolescence », Loisir et Société, vol. 24, no 2, p. 403-430.

Lash Scott & Lury Celia (2007), Global Culture Industry : The Mediation of Things, Cambridge, Polity.

Lee Benjamin & LiPuma Edward (2002), « Culture of Circulation : The Imaginations of Modernity », Public Culture, vol. 14, no 1, p. 191-213.

Lincoln Sia (2012), Youth Culture and Private Space, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Livingstone Sonia (2010), « Digital Learning and Participation among Youth : Critical Reflections on Future Research Priorities », International Journal of Learning and Media, vol. 2, no 2-3, p. 1-13.

Martet Sylvain (2017), « Découverte et partage des goûts musicaux : une analyse des parcours d’auditeurs de jeunes adultes montréalais », Thèse, Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Doctorat de sociologie.

Mercklé Pierre & Octobre Sylvie (2015), « Les enquêtés mentent-ils ? Incohérences de réponse et illusion biographique dans une enquête longitudinale sur les loisirs des adolescents », Revue française de sociologie, vol. 56, no 3, p. 561-591.

Ministère de la Culture et des Communications du Québec (2016), Les pratiques culturelles au Québec en 2014 – Recueil statistique – Volume 1. Groupes sociaux, en ligne : https://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/Enquete_pratiques_culturelles/RecueilStat2014-Vol1.pdf (consulté le 19 juin 2021).

Moschis George (1987), Consumer Socialization: A Life-Cycle Perspective, Lexington, Lexington Books.

Octobre Sylvie (2009), La transmission culturelle : vers de nouveaux modèles ? Intervention aux 7èmes rencontres des services d’action éducative des bibliothèques, musées, théâtres et archives, Paris, BNF.

Octobre Sylvie (ed.) (2010), Enfance et culture  Transmission, appropriation et représentation, Paris, Ministère de la Culture – DEPS.

Octobre Sylvie & Berthomier Nathalie (2012), « Socialisation et pratiques culturelles des frères et sœurs », Informations sociales, vol. 5, no 173, p. 49-58.

Pasquier Dominique (2005), Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité, Paris, Autrement.

Statistiques Canada (2017), Les jeunes adultes vivant avec leurs parents au Canada en 2016, Recensement en bref, Statistiques Canada, récupéré le 21 juin 2021 à https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/as-sa/98-200-x/2016008/98-200-x2016008-fra.pdf.

Haut de page

Notes

1 Les extraits des verbatims des entretiens issus de retranscription complètes ont été édités minimalement (répétitions, hésitations) afin de préserver la langue parlée par nos interlocuteurs. Les prénoms ont été modifiés aléatoirement à partir de la liste des prénoms les plus populaires au Québec en 2015. Certains mots et expressions sont explicités en notes de bas de page.

2 Québécisme signifiant « alors ».

3 Anglicisme signifiant « se passionner » ou « aimer ».

4 Anglicisme signifiant « groupe ».

5 Québécisme signifiant « objet, intérêt ou coutume de mauvais goût, démodé, kitsch ».

6 Anglicisme signifiant « morceau de musique ».

7 Québécisme signifiant « beaucoup ».

8 Synonyme dans ce contexte de « choses » ou « trucs ».

9 Québécisme signifiant « plusieurs ».

10 Québécisme grossier signifiant « vraiment beaucoup ».

11 Chanteur québécois né en 1961 et actif depuis 1971.

12 Québécisme signifiant « mauvais, nul ».

13 Québécisme signifiant « de mauvais goût, démodé, kitsch ».

14 Famille de musiciens country québécois actifs depuis les années 60.

15 Groupe québécois actif depuis 2004, classé en folk et country folk.

16 Chanteur canadien né en 1975, actif depuis 1996 et classé dans le jazz et l’adulte contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Martet, « Les disques des parents »Volume !, 18 : 2 | 2021, 135-148.

Référence électronique

Sylvain Martet, « Les disques des parents »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/volume/9758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9758

Haut de page

Auteur

Sylvain Martet

Université du Québec à Montréal (UQAM)
Sylvain Martet détient un doctorat de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). À titre de chercheur, il a participé depuis une dizaine d’années à de nombreuses recherches sur les pratiques de médiation culturelle, l’impact du numérique sur les métiers de la culture ou encore la participation culturelle. Ses travaux portent notamment sur la circulation de la musique et des goûts musicaux, particulièrement en contexte numérique. Membre de l’Observatoire des médiations culturelles (OMEC), de l’Étude partenariale sur la médiation de la musique (EPMM) et de l’International Association for the Study of Popular Music (IASPM), Sylvain Martet est actuellement responsable scientifique du centre de recherche collégial ARTENSO à Montréal (Québec). Il est également chargé de cours au programme d’action culturelle de l’UQAM.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search