Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2VariaÉcrans, médiations et authenticit...

Varia

Écrans, médiations et authenticité dans le concert pop : deux cas d’étude

Screens, Mediations, and Authenticity in the Pop Concert: Two Case Studies
Giulia Sarno
p. 151-163

Résumés

En recourant à des méthodologies d’analyse qualitative de contenu, l’essai examine certaines implications de l’utilisation de projections vidéo dans le concert de musique populaire avec deux études de cas : celui de Kraftwerk, qui développe un « double » visant à déshumaniser la performance, en phase avec la célébration de la machine et de l’androïde, cruciale dans leur esthétique ; et celui de Gorillaz, un groupe virtuel composé de personnages animés agissant sur des écrans ou comme des hologrammes, tandis que les musiciens « réel » restent cachés. Dans les deux cas, des choix spécifiques dans l’utilisation des vidéoprojections affectent le statut ontologique de l’auteur/performer, déclenchant une réflexion sur la nature de la performance musicale et problématisant les concepts de liveness et d’authenticité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est une traduction de l’italien de l’article « Schermi, mediazioni e autenticità nel concerto popular: due casi di studio » paru en 2018 dans la revue Between (vol. 8, no 16).

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Kraftwerk : le corps transcendé par la machine
Gorillaz : le corps en tension entre physique et virtuel
Conclusions

Aperçu du texte

Depuis le minimalisme chaotique de la scène de Woodstock jusqu’aux architectures extrêmement élaborées des lives d’aujourd’hui, le grand concert rock et pop a rapidement atteint une envergure monumentale, dans laquelle l’impact de la dimension visuelle est aussi important que la dimension acoustique, sinon plus. Dans cette forme spectaculaire, la structure de la scène à son « degré zéro », avec des échafaudages et des pylônes en métal pour soutenir l’installation audio, des lumières et des éléments scénographiques, possède la même fonction conceptuelle que l’arc de scène du théâtre à l’italienne : celle de circonscrire le spectacle dans un cadre signifiant, délimitant l’espace de performance comme monde autonome, et orientant la vision du spectateur vers le centre focal du spectacle. De ce « degré zero », on est vite passé à des organisations scéniques plus complexes, en particulier pour les concerts immenses des stars. Celles-ci tendent à déstructurer le dispositif visuel, donnant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Sarno, « Écrans, médiations et authenticité dans le concert pop : deux cas d’étude »Volume !, 18 : 2 | 2021, 151-163.

Référence électronique

Giulia Sarno, « Écrans, médiations et authenticité dans le concert pop : deux cas d’étude »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/9768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9768

Haut de page

Auteur

Giulia Sarno

Université de Florence
Giulia Sarno est actuellement doctorante en ethnomusicologie à l’Université de Florence, où elle s’occupe de l’histoire et des archives du centre de recherche musicale Tempo Reale. Ses principaux intérêts de recherche touchent à divers domaines des études de la musique contemporaine, y compris la musique électronique expérimentale, les pratiques participatives et le patrimoine oral, et la musique populaire. Elle a abordé la musique populaire pour la première fois en 2008, soutenant un mémoire de licence en critique littéraire et littérature comparée à l’Université de Sienne sur les relations entre poésie et chanson. Depuis, elle a publié des articles sur Lou Reed, Björk, les murder ballads contemporaines et le punk chinois. Elle participe au projet de recherche triennal « Come suona la Toscana » sur le patrimoine sonore de la Toscane, et étudie actuellement les pratiques musicales liées au football fandom à Florence. Elle est également membre du groupe de recherche RISME digitali sur les musiques électroniques (Società Italiana di Musicologia).

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search