Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros18 : 2DossierArticlesLes musiques populaires dans l’en...

Dossier
Articles

Les musiques populaires dans l’enseignement et la recherche musicologiques en France

Popular Music in Musicological Education and Research in France
Christophe Pirenne
p. 71-83

Résumés

C’est autour du millénaire que les universités françaises ont commencé à recruter des musicologues spécialisés dans l’étude des musiques populaires. Ceux-ci représentent aujourd’hui à peu près 7 % des musicologues actifs alors que les répertoires qu’ils étudient représentent sans doute plus de 95 % de la consommation musicale. Outre ce décalage important, on constate aussi que ces spécialistes des musiques populaires ne s’occupent presque jamais des musiques les plus populaires, soit celles qui triomphent depuis plus de 50 ans dans les hit-parades. Ce sont plutôt des spécialistes d’autres disciplines (essentiellement la sociologie et les sciences de l’information et de la communication) ainsi que les amateurs qui s’en sont emparés. Après avoir posé ces constats, l’article se focalise sur les causes et les conséquences de ce décalage entre consommation musicale et approche musicologique dans l’étude de la musique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du texte

S’il est instructif de se demander comment et pourquoi se forgent nos connaissances disciplinaires, il est tout aussi intéressant de réfléchir à ce qui nous échappe. Il se peut que nous soyons ignorants parce que nos questions n’ont pas abouti à des réponses ; parce qu’il nous manque des compétences ; mais aussi – et c’est ce que la sociologie des sciences nous a enseigné – parce que nous sommes détournés de certains objets d’étude par des a priori, des modes d’évaluation ou par le protectionnisme d’institutions qui tentent, pour des raisons diverses, de se protéger – quelles que soient les raisons qui poussent les acteurs à élaborer et diffuser ces musiques.

Certains pans considérables des musiques populaires figurent parmi les objets d’étude potentiels qui nous échappent largement. Dans le cadre de cette réflexion, il s’est agi d’interroger d’une part la place des musiques populaires au sein des universités françaises et d’inventorier d’autre part, les sujets dont se sont emparés l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Pirenne, « Les musiques populaires dans l’enseignement et la recherche musicologiques en France »Volume !, 18 : 2 | 2021, 71-83.

Référence électronique

Christophe Pirenne, « Les musiques populaires dans l’enseignement et la recherche musicologiques en France »Volume ! [En ligne], 18 : 2 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/volume/9804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/volume.9804

Haut de page

Auteur

Christophe Pirenne

Christophe Pirenne enseigne l’histoire de la musique et les politiques culturelles à l’université de Liège et à l’université de Louvain-la-Neuve. Il a d’abord travaillé sur le rock dit « progressif » puis a publié une synthèse de l’histoire du rock (Fayard, 2011). Outre ses travaux consacrés au rock, il s’intéresse également à la vie musicale belge des xixe et xx siècles. Il est l’éditeur de la Revue de la Société liégeoise de Musicologie et administrateur délégué de la firme de disque Musique en Wallonie. Il est membre de la Classe des Arts de l’Académie royale de Belgique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

L'auteur & les Éd. Mélanie Seteun

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search