Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23LinguistiqueLa contribution des innovations d...

Linguistique

La contribution des innovations des étudiants arabophones aux questions psycholinguistiques de l’hébreu contemporain

The Contribution of Innovations Made by Arabic Speaking Students to Some Psycho‑Linguistic Questions of Contemporary Hebrew
תרומות גזירות הלשון של דוברי ערבית לשאלות פסיכו-לינגוויסטיות של העברית בת-ימינו
Nimrod Shatil
p. 65-83

Résumés

Certains étudiants arabophones apprenant l’hébreu dérivent des formes nouvelles comme un remède à leurs propres lacunes lexicales (comme chaque apprenant de langue). L’article analyse ces innovations lexicales (« erreurs ») selon leurs catégories morphologiques – verbes (conjugaisons), noms et adjectifs – et leurs catégories sémantiques. Les résultats prouvent que les innovateurs sont conscients des fonctions sémantiques de deux composants du mot sémitique (schème et racine). Par exemple, lorsqu’ils ne connaissent pas la forme d’un nom d’action, ils dérivent un autre nom dont le schème est celui de noms abstraits. Les dérivations combinatoires (racine et schème) sont beaucoup plus nombreuses (83,15 %) que les combinatoires linéaires, conformément aux résultats des dérivations des enfants hébréophones en âge préscolaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je tiens à remercier Il‑Il Malibert dont les remarques ont beaucoup contribué à améliorer l’articl (...)
  • 2 Deutsch et al., 1998 ; Frost et al., 2000.

1Certains psycholinguistes, particulièrement ceux de l’Université hébraïque de Jérusalem, soutiennent que selon leurs expériences, les schèmes verbaux tiennent une place plus importante dans le lexique mental des locuteurs de l’hébreu contemporain que les schèmes nominaux2. Ils expliquent que le système verbal de l’hébreu comprend sept schèmes dont les fonctions syntaxico‑sémantiques mutuelles sont relativement systématiques. Par exemple, le schème hifˁil exprime une action causative par rapport au schème de « base », paˁal, qui dérive de la même racine (hilbiʃ – vêtir par rapport à lavaʃ – revêtir). En revanche, le système nominal comprend environ 100 schèmes dont les fonctions sémantiques mutuelles sont bien moins systématiques. Par exemple, on ne peut pas déterminer la relation sémantique entre le schème maktul et le schème ktul, même si leurs dérivations sont de la même racine. C’est le cas par exemple de malbuʃ vs levuʃ : les deux mots malbuʃ et levuʃ ont le même sens, vêtement.

  • 3 Shatil, 2014, 2016.

2J’ai montré dans une série d’articles que cette opposition entre les deux systèmes était erronée3. En effet, ces chercheurs ont basé leurs conclusions sur les chiffres bruts obtenus de l’observation des schèmes nominaux (toutes couches historiques confondues), tandis que j’ai basé les miennes sur les chiffres résultant de l’observation des schèmes nominaux en usage en hébreu contemporain, soit environ 33 schèmes. Par ailleurs, ces chercheurs ignorent le fait que les schèmes verbaux, les binyanim, comprennent à la fois des formes verbales et nominales. Presque la moitié de cet inventaire (15 schèmes) découle du système verbal : participe actif (kotel, niktal, mekatel, maktil, mitkatel désignent des noms d’agent), participe passif (katul, mekutal, muktal), noms d’action (ktila, hikatlut, kitul, haktala, hitkatlut) et leurs fonctions d’agent, de participe passé et de nom d’action sont aussi évidentes que les fonctions des schèmes verbaux. Ainsi, seuls les 18 schèmes restants ont un caractère nominal pur, dont quelques‑uns ont un profil sémantique défini comme maktél, katélet. D’autres sont polyvalents (kétel), comme c’est d’ailleurs le cas des schèmes verbaux.

3La différence quantitative entre les deux catégories peut s’expliquer par le fait que du point de vue syntaxique, chaque verbe est relié à plusieurs noms. Ainsi, les langues ont besoin de moyens de dérivation nominale plus riches qu’elles n’en ont besoin pour le verbe. Cette différence entre les deux systèmes n’est pas aussi grande qu’il y paraît.

  • 4 Berman, 1999.

4De plus, bon nombre de chercheurs ayant traité la question des dérivations de mots par des enfants en âge préscolaire, ont découvert que ces locuteurs « innovateurs » connaissaient les fonctions des schèmes nominaux concernés4. Par exemple, un enfant qui ne connaissait pas le mot מַמְטֵרָה, mamterá [arroseur] a inventé le mot מַרְטֵבָה, martevá [humidificateur], c’est‑à‑dire qu’il a intégré la racine qui lui était connue : r‑t‑v (de l’adjectif ratúv [humide]) au schème maktela, sur le modèle maʦlemá [caméra] entre autres. Généralement, le schème maktela désigne des appareils. Cet exemple montre que l’auteur de la dérivation avait conscience de la fonction de chacune des deux composantes du mot.

Dérivation par les étudiants arabes

5La question de la dérivation de mots hébraïques par des étudiants arabes présente un intérêt per se, mais elle est liée à la question posée ici. Les données de l’étude présentée sont les produits des étudiants arabophones du Collège académique de Safed. Les informateurs sont des étudiants âgés de 18 à 28 ans, habitant la Galilée pour la plupart. Ces données ont été collectées au cours des années 2014‑2018, à partir de travaux d’étudiants, de cahiers d’examens et de correspondance personnelle (e‑mails).

6L’étude présentée suit une méthode qualitative. Dans un premier temps, j’ai copié des phrases contenant des « erreurs » relevées par hasard dans leur contexte authentique. Ensuite, je les ai classifiées, puis analysées selon des critères morphologiques.

Type d’exemples et questions méthodologiques

7Ces innovations (dérivations ou solécismes) sont extraites de textes non vocalisés, sans possibilité de demander à leurs auteurs de les prononcer (ces exemples figurant dans des cahiers d’examens corrigés anonymement). Ainsi, le sens doit être parfois fixé par le contexte ou d’autres considérations. Par exemple, dans un examen s’est trouvée l’expression מוצרי נקייה. La signification de cette expression est certes évidente : produits de nettoyage, mais sa lecture ne l’est pas. Comme il s’agit d’un nom d’action et que la forme ktila est la forme dominante utilisée pour les noms d’action chez ces étudiants (voir plus loin), on peut en déduire que la lecture de נקייה est nekija.

8Parfois les données sont extraites d’exercices à compléter par la forme verbale correcte de l’infinitif donné entre parenthèses, au sein de la phrase énoncée.

9Par exemple :

התערוכה הובאה ל"יד ושם" ב____ (לסייע) מכון גתה.

L’exposition a été présentée à Yad Vashem avec l’aide de l’Institut Goethe.

10La forme demandée était ב-סיוע (be-sijuaˁ). Parfois la forme obtenue était בסייעת. Dans ce cas, on peut admettre que cette forme est supposée se lire *sajáˁat sur le modèle בַּקָּשָה (bakaʃa, forme dérivée du verbe לְבַקֵּש le-vakéʃ [demander]) se rapportant au schème piˁel, plutôt que *sjiˁa. Des formes dont la lecture est douteuse ne sont pas inclues dans la discussion.

Les données

11Quelques innovations (exemples d’invention) seront présentées ici dans leur contexte hébraïque d’origine, suivies d’une transcription, d’une analyse grammaticale et de la traduction du contexte et du terme. L’ensemble des exemples correspondant aux différents schèmes sera présenté sous forme de tableaux. L’ordre de présentation des tableaux indique de gauche à droite : la forme « innovée » en caractères hébraïques, les caractéristiques grammaticales, une traduction et la forme correcte, conventionnelle. Les données sont présentées selon leurs schèmes verbaux et leurs schèmes nominaux. Les exemples sont présentés selon l’ordre alphabétique hébreu. La transcription est donnée selon la prononciation de l’hébreu moderne général (à distinguer de l’hébreu dit « oriental »). Bien qu’il s’agisse de locuteurs réputés être capables de prononcer les phonèmes de la langue hébraïque classique telle qu’elle a été reconstruite, avec les phonèmes pharyngaux et emphatiques, ils ne les utilisent pas dans leur élocution courante, car ils essaient d’imiter la prononciation de la majorité des locuteurs. Néanmoins, et pour plus de clarté, j’ai marqué la différence entre אˀ et עˁ dans les tableaux. L’accent est marqué sous forme d’accent aigu sur la voyelle, seulement quand il est pénultième.

Les innovations verbales

12Les innovations verbales se produisent quand l’auteur de la dérivation connaît bien la racine, mais ne connaît pas le schème conventionnel exprimant le sens voulu. Les exemples sont présentés ici selon l’ordre conventionnel des conjugaisons, à savoir : kal-paˁal, nifˁal, piˁel-puˁal, hifˁil-hufˁal, hitpaˁel.

Innovations dérivées du schème kal-paˁal

13a) למצוא כלי מיון אחר ששוקף את התלמיד בצורה אמיתית

limʦó kli mijún axér ʃe- ʃokef et ha- talmíd be-ʦura amití-t
trouver moyen- MS- CS classification autre- MS qui reflète ACC ART-élève en- façon- FS réelle-FS

[Il faut] trouver un autre moyen de classification [au lieu de l’examen] qui reflète [le niveau de] l’élève de façon réelle.

14La forme שוֹקֵף ʃokef [reflète] (de la racine ʃ‑k‑f) est construite selon le schème paˁal, tandis que cette idée est construite normalement selon le schème piˁel (meʃakef).

15b) ולכן אחוז העישון ינמך

ve-laxén axúz ha -ˁiʃún i- nmáx
et-par conséquent taux-CS ART-action de fumer FUT-1 SG-baisser

Et par conséquent le taux d’action de fumer (= pourcentage des fumeurs) baissera.

16La forme ינמך i‑nmax [baissera] (de la racine renouvelée n‑m‑x) est insérée dans le schème paˁal, tandis que cette idée est habituellement exprimée par le schème hitpaˁel (i-tnamex) ou hufˁal (j-unmax).

17Parfois les innovations calquent la forme parallèle de la langue maternelle.

Par exemple :

18c) הוא רוגש שהוא שונה משאר הילדים

hu rogeʃ ʃe- hu ʃone mi-ʃˀar ha -jelad-im
Il sentir-PTCP-MSG que-il être différent-PTCP-MSG du-reste-CS ART-enfant-MPL

Il se sent différent des autres enfants.

19La forme רוגש rogéʃ (de la racine r‑g‑ʃ) existe dans un niveau de langue élevé dans le sens d’orageux, sens inconnu de l’auteur. Il est possible que celui‑ci ait extrait la racine du mot hargaʃa sentiment (ou encore régeʃ ?) et l’ait insérée dans le schème paˁal, tandis que cette idée est exprimée conventionnellement par le schème hifˁil (hirgiʃ). Le choix du schème verbal est un calque de la forme parallèle en arabe, jaʃˁur (يَشْعُر), dont le schème est faˁala.

Tableau 1

Exemples Forme grammaticale Transcription Glose Forme conventionnelle

זוהם

3.m.sg. présent zohem il pollue mezahem

ינמך

3.m.sg. futur inmax (se) baissera ju-nmax

לשחוק

inf. li-sxok jouer le-saxek

לעשון

inf. la-ˁaʃon fumer le-ˁaʃen

קונאים

3.m.pl. présent konˀ-im ils sont jaloux mekanˀ-im

רוגש

3.m.sg. présent rogeʃ il se sent margiʃ

שונים

3.m.pl. présent ʃon-im ils changent meʃan-im

שוקף

3.m.sg. présent ʃokef il reflète meʃakef

ינצרו

3.m.pl. futur i-nʦer-u ils seront créés/produits i-v(v)aʦru

Innovations selon le schème kal-paˁal

20Quelques formes de cette liste existent en hébreu et expriment d’autres sens : la forme לשחוק (li‑sxok) existe dans le sens de rire dans la langue élevée ; la forme שונים (ʃonim) existe dans le sens de l’adjectif « différents » ; la forme ינצרו (inʦeru) existe dans le sens de « ils préserveront ». Si l’on admet que, selon toute probabilité, ces significations n’étaient pas connues des étudiants, « auteurs » ou « créateurs » de ces formes, celles‑ci doivent être considérées comme des innovations dans le cadre de cette étude.

Innovations dérivées du schème nifˁal

21d) כך האלימות נפחתת

Kax ha- ˀalimut nifxetet
Ainsi ART-violence-F réduire-REFL-PTCP-FSG

Ainsi la violence se réduit.

22La forme nifxetet est une intégration de la racine p‑x‑t [être moins, diminuer] au schème nifˁal, dérivée du mot paxot [moins]. La forme conventionnelle est construite selon le schème paˁal, appliqué au verbe intransitif poxét (m), poxétet (f).

Tableau 2

Exemples Forme grammaticale Transcription Glose Forme conventionnelle

להירחק

inf. le-hiraxek s’éloigner le-hitraxek

נחנך

3.m.sg. présent nexnax il est élevé/éduqué mitxanex

נכרח

3.m.sg. présent nixrax il est obligé muxrax

נצלחה

3.f.sg. présent niʦlax-a elle réussit maʦlix-a

נפחתת

3.f.sg. présent nifxét-et elle diminue poxét-et

נשפעים

3.m.pl. présent niʃpaˁ-im ils sont influencés muʃpaˁ-im

Innovations selon le schème nifˁal

23La forme נחנך (nexnax) existe en hébreu au sens d’« être inauguré » mais pas au sens d’« être élevé/éduqué ». Les formes de participe du nifˁal construites avec le suffixe féminin ‑a (au lieu de ‑et) sont rares et réservées à quelques formes exclusives d’adjectifs, par ex. nixbada [honorable]. Les autres innovations montrent une confusion entres schèmes, due à une maîtrise insuffisante de la langue cible.

Tableau 3

Exemples Forme grammaticale Transcription Glose Forme conventionnelle

ימותתו

3.m.pl. futur je-motetu ils mourront ja-mútu

לנצל

inf. le-naʦel sauver le-haʦil

לצמץ

inf. le-ʦameʦ réduire le-ʦamʦem

לשאר

inf. le-ʃaˀer rester le-hiʃaˀer

לשפע

inf. le-ʃapeaˁ influencer le-haʃpiaˁ

מהגנים

3.m.pl. présent mehagnim ils défendent magin(n)-im

מאבטחה

3.f.sg. présent meˀavtaxa sûre betuxa

ממשכים

3.m.pl. présent memaʃk-im ils continuent mamʃix-im

מעצר

3.m.sg. présent meˁaʦer il arrête ˁoʦer

משוקף

3.m.sg. présent meʃukaf se-reflète miʃtakef

Innovations selon les schèmes piˁel-puˁal

24Il convient de noter que l’auteur de la forme je‑motetu connaît bien le type de racines défectives nommées ע"ו (mwt, kwn, etc.), dont les formes dérivées doublent le dernier élément de la racine, par ex., komemu (ils ont relevé), konenu (ils ont constitué), etc. Par ailleurs, la forme anticipée ja‑mútu se trouve également en arabe.

25La forme le‑ʃapeaˁ au piˁel peut être inspirée du verbe arabe ayant le même sens, ˀaṯṯara, construit selon le schème parallèle (nommé 2ème forme). D’autres innovations présentent une dérivation correcte de la racine, mais ignorent le schème adéquat.

Tableau 4

Exemples Forme grammaticale Transcription Glose Forme conventionnelle

הטריד

3.m.sg. passé hitrid il a renvoyé piter

להחזיק

inf. le-haxzik renforcer le-xazek

להמניע

inf. le-hamniaˁ prévenir/éviter li-mnoaˁ

מפליט

3.m.sg. présent maflit dégage (de la fumée) polet

מצעיק

3.m.sg. présent maʦˁik il crie ʦoˁek

מריבות

3.m.pl. présent meriv-ot elles se bagarrent rav-ot

מרחיץ

3.m.sg. présent marxiʦ il (se) lave roxeʦ

מוחלק

3.m.sg. présent muxlak il est divisé/partagé nexlak

Innovations selon les schèmes hifˁil-hufˁal

  • 5 Bolozky, 2009.

26La forme hitrid au sens de renvoyer, au lieu de la forme conventionnelle piter (piŧŧer), est construite sur la même racine du mot parallèle en arabe, ŧarada. Cette forme est utilisée en hébreu contemporain dans le sens de harceler (surtout dans le contexte d’abus sexuel), tandis que le sens d’origine de chasser, renvoyer, proche de la forme arabe ŧarada, est désuet, voire oublié. On peut remarquer que les formes passives puˁal (tableau 3) et hufˁal (tableau 4) sont peu représentées dans ce corpus par rapport aux formes actives, un seul exemple est attesté pour chacun de ces deux binyanim. D’après Bolozky, la répartition des schèmes verbaux dans des textes longs et variés est la suivante : paˁal 54,4 %, hifˁil 18,2 %, piˁel 13,6 %, nifˁal 9,1 %, hitpaˁel 3,3 %, puˁal 1,0 %, hufˁal 0,4 %5. En conséquence, on peut supposer que les apprenants sont moins exposés aux formes passives ou qu’ils en ont moins besoin que des formes actives.

  • 6 Brook & Tomasselo, 1999.
  • 7 Berman, 1985.
  • 8 Ravid, 2017.
  • 9 Hinkel, 2004.

27Dans la littérature linguistique, l’acquisition du système passif est considérée comme retardée pour certaines langues et préalables pour d’autres. En anglais la compréhension ainsi que la production des formes passives sont différées jusqu’à l’âge de six ans6. En hébreu des adjectifs déverbaux passifs sont acquis à l’âge de quatre ans7, mais les formes verbales passives le sont dix ans plus tard8. Hinkel a montré que des étudiants étrangers apprenant l’anglais ont beaucoup de difficultés dans l’emploi des temps, les aspects et les formes passives lorsqu’ils rédigent des travaux universitaires par rapport aux étudiants possédant l’anglais dès l’enfance9. L’ensemble de ces évidences peut jeter une lumière sur la pauvreté des formes passives dans ce corpus d’innovations.

Tableau 5

Exemples Forme grammaticale Transcription Glose Forme conventionnelle

יתעזב

3.m.sg. futur it-ˁazev il sera négligé/abandonné je-ˁazev

ליתרשם

inf. l-itraʃem faire impression le-harʃim

להתעשן

inf. le-hitˁaʃen fumer le-ˁaʃen

להתפרש =לפרוש

inf. le-hitpareʃ quitter le travail/prendre sa retraite li-froʃ

להתפחד

inf. le-hitpaxed avoir peur li-fxod / le-faxed

מסתביר

3.m.sg. présent mistaber raisonnable savir

aמרטכזת

3.f.sg. présent mirtakézet elle se concentre mitrakézet

מתלחץ

3.m.sg. présent mitlaxeʦ il se presse nilxaʦ

מתפרש

3.m.sg. présent mitpareʃ est enraciné mufraʃ

נתפגש

1.pl. futur nitpageʃ nous nous rencontrerons ni-pageʃ
a. Sic.

Innovations selon le schème hitpaˁel

28Les dérivations sur le schème hitpaˁel témoignent d’une bonne perception de la racine d’une part, mais d’une confusion quant aux schèmes adéquats d’autre part. La forme mirtakézet suit la forme arabe ˀirtákaza (schème ˀiftáˁala) dans le même sens.

Les innovations nominales

29La plupart des innovations nominales sont des noms d’action, surtout selon le schème ktila qui est la forme non marquée du premier schème verbal (kal). Elles sont présentées selon leurs schèmes.

Noms d’action dérivés du binyan kalktila

30e) לתת לו עונש סהירה

latet lo óneʃ sehira
donner lui peine-CS emprisonnement

Lui donner une peine d’emprisonnement/le condamner à l’emprisonnement.

31La forme סהירה sehira [emprisonnement], dérivée de l’expression lexicale bet sóhar [maison d’emprisonnement], est employée au lieu du nom anticipé maˀsar ayant ce même sens.

32f) יגיעו למצב של שגיעה

j-agiˁ-u le-maʦav ʃel ʃgiˁa
3-FUT-arriver-PL à situation de folie

Ils (en) arrivent à (une) situation de folie.

33Les étudiants arabes tendent à rendre sous forme de futur le temps d’action conçu par les locuteurs natifs comme un présent et ce, suite à la structure de leur propre langue. La langue arabe formelle ne possède pas de temps dit présent.

Tableau 6

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

אסירה

ˀasira emprisonnement maˀasar

גרייה

grija stimulation geruj

דאיגה

deˀiga inquiétude deˀaga

נקייה

nekija nettoyage nikajon

סהירה

sehira emprisonnement maˀasar

עקימה

ˁakima courbure (du dos) ˁikum

פזירה

pzira déploiement pizur

פחידה

pxida peur páxad

פחיתה

pxita réduction hafxata

פקיחה

pkixa surveillance pikúax

שגיעה

ʃgiˁa folie ʃigaˁon

שליבה

ʃliva intégration ʃiluv

שמינה

ʃmina obésité haʃmana

Innovations de noms d’action selon le binyan kalktila

34On peut remarquer que le schème ktila est la forme préférée (non marquée) des auteurs, afin de créer des noms d’action déviant de leur construction correcte.

Noms d’action dérivés du binyan piˁel - kit(t)ul

35g) התוצאה פיקוק עקב המשאיות

ha-toʦaa pikuk ékev ha-masaij-ot
ART-résultat embouteillage à cause de ART-camion-FPL

La conséquence est un embouteillage à cause des camions.

36La forme פיקוק pikuk est dérivée de pkak bouchon. L’auteur a extrait la racine p‑k‑k (historiquement, p‑q‑q) du mot pkak et l’a insérée dans le schème nominal kitul, qui sert de nom d’action du binyan piˁel.

Tableau 7

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

אינוש

ˀinuʃ éducation/politesse nimus

גימוש

gimuʃ élasticité gmiʃut

יישוב

jiʃuv position assise jeʃiva

סימוס

simus envoi d’un texto ʃlixat misron

פיקוק

pikuk embouteillage pkakim

צימוץ

ʦimuʦ restriction ʦimʦum

צינזור

ʦinzur censure ʦenzura

שילול

ʃilul annulation ʃlila

Innovations de noms d’action selon le binyan piˁel - kit(t)ul

37Le schème kitul est très répandu en hébreu et il est bien assimilé par les apprenants. La forme simus témoigne d’une bonne application des règles de la langue. Ce mot n’existe pas encore dans le dictionnaire numérique en ligne Rav Milim, ce qui signifie que le mot n’a pas encore atteint un statut formel, mais uniquement potentiel. La forme ʦimuʦ résulte d’une abréviation de la racine doublée ʦ‑m‑ʦ‑m.

Noms d’action dérivés du binyan hifˁil - haktala

38h) המנעה מעישון

hamnaˁa me-ˀiʃun
Abstention de fumer

(Prière de) S’abstenir de fumer

39La forme hamnaˁa est construite selon le schème haktala qui sert de nom d’action du hifˁil. Comme l’idée de s’abstenir est exprimée par le nifˁal, nimna me-iʃun (il s’abstient de fumer), la forme anticipée est la forme du nom d’action du nifˁal, himanˁut.

Tableau 8

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

המנעה

hamnaˁa prévention meniˁa

הפזרה

hafzara diffusion pizur

הפסדה

hafsada perte hefsed

Innovations de noms d’action selon le binyan hifˁil - haktala

40Les formes hamnaˁa, hafzara sont considérées comme des fautes, parce que leurs racines ne fonctionnent pas selon le schème verbal hifˁil, mais seulement selon d’autres schèmes. En revanche, la forme hafsada est inusitée au profit d’une autre forme liée au schème hifˁil, le schème hektel. Cette « faute » est parfaitement logique.

Noms d’action dérivés du binyan hitpaˁel - hitkatlut

41i) הכי גרוע זה התגרשות

haxi garuaˁ ze hitgarʃut
le plus mauvais c’est divorce

Le pire c’est le divorce.

42L’auteur a dérivé la forme du schème nominal hitkatlut, qui est la forme habituelle des noms d’action dérivés du schème verbal hitpaˁel. Cela montre sa connaissance et sa maîtrise des formes conventionnelles. Dans ce cas, le lexème conventionnel (grâce à la tradition de la langue mishnique) est גֵרושין geruʃin, qui est la forme du nom d’action du piˁel au pluriel (dans sa forme araméenne). Outre cette forme, il existe dans le corpus, la forme גרושה utilisée dans le même sens, probablement calquée sur le schème nominal ktula, qui exprime des notions abstraites.

Tableau 9

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

התגרשות

hitgarʃut divorce geruʃin

השתמשות

hiʃtamʃut usage ʃimuʃ

Innovations de noms d’action selon le binyan hitpaˁel - hitkatlut

43L’explication donnée ci‑dessus pour la forme hitgarʃut est également valable pour l’autre exemple : hiʃtamʃut.

Tableau 10

Exemple Transcription Glose Forme conventionnelle

גרושה

gruʃa divorce geruʃin

צעוקה

ʦeˁuka cri ʦeˁaka

ישנה

jeʃna/jeʃena sommeil ʃena

מצפה בטלוויזיה

miʦpe/miʦpa le fait de regarder (la télévision) ʦfija (ba-télévizia)

Innovations de noms d’action selon diverses dérivations

44Les deux premières innovations figurant dans ce tableau : gruʃa et ʦeˁuka, semblent avoir été construites selon le schème ktula (= ktulla). Il est vraisemblable qu’elles sont calquées sur le modèle des mots connus des auteurs comme kvuʦa [groupe], ʃmuˁa [rumeur]. Les deux dernières innovations sont des cas dont la prononciation est incertaine. La forme jeʃna peut être saisie sur le modèle ˁezra [aide], ˁemda [position] (la prononciation alternative jeʃena est une forme adjectivale ou un adjectif signifiant endormie), et expliquée comme une tendance à créer une forme trilitère à partir d’une racine défective. La forme miʦpe peut avoir été calquée sur le modèle de mots comme mivne [édifice], miʃge [erreur].

Les dérivations linéaires

45La dérivation linéaire est une dérivation d’un lexème nouveau à partir d’une base (mot existant) suffixée à un autre morphème (par exemple, zahir [prudent] + ut, suffixe notant l’abstraction, > zehirut [prudence]) ou préfixé à un autre morphème (par exemple, tat [sous] + jami [maritime] > tat-jami [sous‑marin]). Les dérivations linéaires sont peu nombreuses par rapport aux dérivations combinatoires, combinaisons d’un schème et d’une racine. Elles se produisent surtout quand la racine de la base de dérivation est imprécise (la plupart des racines défectives, mais pas exclusivement). Par exemple :

46j) הצמחים יקבלו מעט מים וזה יגרום לאיטות בצימוח

ha-ʦmax-im je-kabl-u meat maim
ART-plantes-MPL 1FUT-recevoir-PL Peu eau
ve-ze i- grom le-ˀitt-ut b- a- ʦimuax
et-cela FUT-1 SG-causer á-ralentissement á-ART croissance

Les plantes recevront peu d’eau et cela causera un ralentissement de la croissance.

47L’auteur a ajouté le suffixe ‑ut à la base איטי iti (=ˀiţţi) [lent] (dont l’origine historique de la racine est ˀ‑ţ‑ţ). Ainsi, il a innové la forme itt‑ut au lieu d’utiliser la forme attendue, heˀata.

48k) היא הופכת אותו למדוכאן

hi hoféxet oto le-medukˀ-án
elle rend ACC3MSG en déprimé

Elle le rend déprimé/ Elle le déprime.

  • 10 La forme medukaˀ (en hébreu classique medukkaˀ) est une intégration de la racine d‑k‑ˀ au schème m (...)

49L’auteur a ajouté à la base מדוכא medukaˀ10 (ou meduke) [déprimé], le suffixe -an qui désigne des noms d’agents (comme xalil flûte + ‑an > xalilan [flûtiste]) et des adjectifs (comme xuʦ insolence + ‑an > xuʦpán [insolent]).

Tableau 11

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

איטות

ˀitt-ut ralentissement heˀata

אמיצות

amiʦ-ut courage omeʦ

אסירות

ˀasir-ut emprisonnement maˀasar

דיאגון

diˀagon inquiétude deˀaga

כאבות הנפש

keev-ut hanefeʃ dépression keˀev nafʃi

מדוכאן

medukˁ-an déprimé medukaˀ

מנהיגות

manhigut conduite nehiga

נהנות

nehen-ut plaisir hanaˁa

סייעות

sajaˁ-ut aide siu’a

פידופיליזם

pedofil-ízm pédophilie pedofílja

ריחה

rex-a odeur réax

Les dérivations linéaires – noms

50Le suffixe le plus répandu parmi ces innovations est ‑ut qui sert à désigner des notions abstraites. Les autres suffixes sont peu utilisés, comme par exemple, ‑on pour diˀag‑on (au lieu de deˀaga) qui sert aussi à désigner des notions abstraites. L’exemple pedofil‑ízm est intéressant. La langue arabe n’utilise pas ce suffixe, apparemment universel ; de nombreuses notions politiques telles que communisme, socialisme etc. y sont construites sur des base internes (ʃujûˁ [collectivisme] > ʃujûˁ-ijja [communisme] ; ˀʃtirāk [association] > ˀʃtirāk-ijja [socialisme]). Dans ce cas, le suffixe ‑izm est ajouté à une base qui, elle aussi, est étrangère. On peut supposer que l’auteur, ayant perçu le caractère étranger de ce mot, l’a accentué par son suffixe.

Tableau 12

Exemples Transcription Glose Forme conventionnelle

גופי

gufi physique gufani

חופשני

xofʃani permissif matirani

חכמתית

xoxmatit sophistiquée metuxkémet

רמזי

rimzi symbolique simli

Les dérivations linéaires – adjectifs

51Le morphème qui sert de manière quasi automatique à transformer, en hébreu comme en arabe, un nom en adjectif est le suffixe ‑ijj appelé ya al‑nisba en arabe ou yod ha‑yaas (yod de relation) en hébreu. Ce morphème a un allomorphe ‑anij qui apparaît parfois en hébreu quand la base est courte, dans des conditions irrégulières. Les auteurs ont appliqué les suffixes à l’inverse de la règle conventionnelle. Les deux dernières dérivations représentent des fautes de nature lexicale. En théorie toutefois, ces dérivations sont des formes potentielles.

Résumé quantitatif

52Bien que l’article vise essentiellement une analyse qualitative, il est utile de connaître les proportions quantitatives des catégories discutées ici.

Schème verbal Total Schème nominal Total Dérivation combinatoire Dérivation linéaire Total Total
paˁal 9 ktila 13 Noms 11
nifˁal 6 kitul 8 Adjectifs 4
piˁel 9 haktala 3
puˁal 1 hikatlut 2
hifˁil 7 divers 5
hufˁal 1
hitpaˁel 10
Total 43 Total 31 74 15 89
Pourcentage 83,15 16,85 100

Conclusions

  • 11 Berman, 1994 ; Ravid & Levie, 2010 ; Ravid, Bar‑On, Levie & Douani, 2016.

53Il est intéressant de noter que ces exemples de dérivations sont conformes à celles faites par des enfants de langue maternelle hébreu, en âge préscolaire : la dérivation combinatoire (racine et schème) précède la dérivation linéaire (base et suffixe) et elle occupe une position plus importante11. Dans ce cas, la dérivation combinatoire représente 83,15 % du total, et la dérivation linéaire 16,85 %.

54Les étudiants ont inventé des formes lorsqu’ils ont senti une lacune lexicale, en l’absence de matériel auxiliaire (dictionnaires par exemple). Ce fait laisse supposer qu’ils ont innové des formes sur la base d’éléments ancrés dans leur lexique mental. Les locuteurs ont ainsi extrait les racines des mots qu’ils connaissaient et les ont insérées dans des schèmes correspondant à l’orientation de sens qu’ils voulaient donner aux mots, mais sous une forme non conforme à l’usage.

  • 12 Efrat, 1997, Boudelaa & Marslen‑Wilson, 2000.

55Par exemple, ils ont créé des formes abstraites de noms d’action sans les confondre avec des schèmes désignant des notions substantielles. Ils se sont montrés créatifs en innovant des formes verbales ainsi que des formes nominales. Les exemples analysés laissent supposer que les étudiants avaient conscience des deux composantes du mot hébraïque, conformément aux résultats des études expérimentales précédentes12. Il semble que cette constatation soit valable pour une grande partie des hébréophones qui sont avant tout arabophones.

Haut de page

Bibliographie

Berman Ruth A., 1985, Acquisition of Hebrew, Lawrence Erlbaum, Hillsdale, NJ, 116 p.

Berman Ruth A., 1994, “Formal, Lexical, and Semantic Factors in the Acquisition of Hebrew Resultative Participles” in Berkeley Linguistic Society, no 20, pp. 82‑92.

Berman Ruth A., 1999, “Children’s Innovative Verbs Versus Nouns: Structured Elicitations and Spontaneous Coinage” in Menn Lise & Bernstein‑Ratner Nan (eds.), Methods in studying language production, Erlbaum Associates, Mahwah, NJ, pp. 69‑93.

Bolozky Shmuel, 2009, “Frequency and Productivity in the Verb System of Israeli Hebrew” in Lĕšonénu, no 72 (3‑4), pp. 345‑367.

Boudelaa Sami & Marslen‑Wilsonm William, 2000, Non‑concatenative Morphemes in Language Processing: Evidence from Modern Standard Arabic. Proceedings of Spoken Word Access Processes, Max Planck Institute, Nijmegen, Netherlands, pp. 23‑26.

Brooks Patricia & Tomasello Michael, 1999, “Young Children Learn to Produce Passives with Nonce Verbs” in Developmental Psychology, no 35, pp. 29‑44.

Choueka Yaacov, Rav Milim. An on‑line Hebrew‑Hebrew and Hebrew‑English Dictionary, https://www.melingo.com/dictionaries/rav-milim/.

Deutsch Avital, Frost Ram & Forster Kenneth, 1998, “Verbs and Nouns Are Organized and Accessed Differently in the Mental Lexicon: Evidence from Hebrew” in Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, no 24, pp. 1238‑1255.

Efrat Michal, 1997, “The Psycholinguistic Status of the Root in Modern Hebrew” in Folia Linguistica, no 31 (1‑2), pp. 77‑103.

Hinkel Eli, 2004, “Tense, Aspect and the Passive Voice in L1 and L2 Academic Texts” in Language Teaching Research, no 8 (1), pp. 5‑29.

Frost Ram, Deutsch Avital, Gilboa Orna, Tannenbaum Michal & Marslen‑Wilson William, 2000, “Morphological Priming: Dissociation of Phonological, Semantic, and Morphological Factors” in Memory & Cognition, no 28 (8), pp. 1277‑1288.

Ravid Dorit & Levie Ronit, 2010, “Adjectives in the Development of Text Production: Lexical Morphological and Syntactic Analyses” in First Language, no 30, pp. 27‑55.

Ravid Dorit, Bar‑On Amalia, Levie Ronit & Douani Odelia, 2016, “Hebrew Adjective Lexicons in Developmental Perspective: Subjective Register and Morphology” in The Mental Lexicon, no 11, pp. 401‑428.

Ravid Dorit & Vered Lizzy, 2017, “Hebrew Verbal Passives in Later Language Development: The Interface of Register and Verb Morphology” in Journal of Child Language, pp 1‑28.

Shatil Nimrod, 2014, “Principles for the Vitality of a Noun Pattern in Contemporary Hebrew” in Hebrew Studies, no 55, pp. 201‑234.

Shatil Nimrod, 2016, “Hebrew Nominal Patterns in the Speaker’s Mind” in Hebrew Studies, no 57, pp. 239‑255.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Il‑Il Malibert dont les remarques ont beaucoup contribué à améliorer l’article.

2 Deutsch et al., 1998 ; Frost et al., 2000.

3 Shatil, 2014, 2016.

4 Berman, 1999.

5 Bolozky, 2009.

6 Brook & Tomasselo, 1999.

7 Berman, 1985.

8 Ravid, 2017.

9 Hinkel, 2004.

10 La forme medukaˀ (en hébreu classique medukkaˀ) est une intégration de la racine d‑k‑ˀ au schème mekuttal, participe du schème verbal puˁal.

11 Berman, 1994 ; Ravid & Levie, 2010 ; Ravid, Bar‑On, Levie & Douani, 2016.

12 Efrat, 1997, Boudelaa & Marslen‑Wilson, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nimrod Shatil, « La contribution des innovations des étudiants arabophones aux questions psycholinguistiques de l’hébreu contemporain »Yod, 23 | 2021, 65-83.

Référence électronique

Nimrod Shatil, « La contribution des innovations des étudiants arabophones aux questions psycholinguistiques de l’hébreu contemporain »Yod [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 14 avril 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/yod/4247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/yod.4247

Haut de page

Auteur

Nimrod Shatil

Collège académique de Safed (Israël)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Yod est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search